Arthur Machen

auteur de récits fantastiques et autres
Arthur Machen
Description de cette image, également commentée ci-après
Arthur Machen
Nom de naissance Arthur Llewelyn Jones
Naissance
Caerleon
Drapeau du pays de Galles Pays de Galles
Décès (à 84 ans)
Beaconsfield
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres

Œuvres principales

Signature de Arthur Machen

Arthur Llewelyn Jones, dit Arthur Machen, né le à Caerleon dans la commune de Newport au Pays de Galles et mort le (à 84 ans) à Beaconsfield en Angleterre, est un écrivain britannique. Son œuvre se rattache à la littérature fantastique.

BiographieModifier

Il fit ses études à la Cathedral School de Hereford, mais appréciait particulièrement les livres de la bibliothèque de son père et les promenades dans la campagne du Gwent. Il publia un poème mystique, Eleusinia en 1881, puis partit pour Londres où il travailla dans diverses maisons d'édition avant de se consacrer totalement à la littérature.

Toutefois, ses livres lui rapportaient peu, et il ne devait sa subsistance qu'à un petit héritage familial.

Après la mort de sa femme, il rejoignit la société secrète de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée, fut aussi acteur, et se remaria en 1903.
À partir de là, il travailla comme journaliste au Evening News pendant une dizaine d'années. En 1914 il y créa involontairement la légende des « Anges de Mons ».

Il passa la fin de sa vie à Amersham dans le Buckinghamshire, et mourut le à Beaconsfield.

Son œuvreModifier

Son premier roman, Le Grand Dieu Pan, a inspiré Paul-Jean Toulet, traducteur en langue française de l'ouvrage en 1901, et H. P. Lovecraft pour L'Appel de Cthulhu et surtout L'Abomination de Dunwich qui reprend le thème du fruit de l'union entre une humaine et une entité surnaturelle[1].

Les romans d'Arthur Machen ont souvent pour objet le « petit peuple », c'est-à-dire tout un folklore féerique (fées, lutins, etc.) qu'il développe sur le mode de la peur. L'auteur insiste particulièrement sur le caractère autre de ce monde.

Ses histoires ont souvent pour cadre le pays de Galles, sa région natale, à laquelle il était très attaché, et connue pour ses nombreuses légendes. Plusieurs de ces nouvelles sont réunies dans le recueil Chroniques du petit peuple, dont certaines sont tirées du semi-roman Les Trois Imposteurs ou les Transmutations.

Son roman La Colline des rêves est largement autobiographique. Il y est question d'un jeune auteur qui tente d'écrire à Londres son chef-d'œuvre. Mais la misère, le désespoir et le souvenir d'une vision d'enfance viennent le perturber.

ŒuvreModifier

Romans et nouvelles traduits en françaisModifier

  • Histoire de la vierge de fer (The Novel of the Iron Maid, 1890).
  • Le Grand Dieu Pan, traduit par Paul-Jean Toulet, 1901 (The Great God Pan, 1894).
  • La Pyramide de feu (The Shining Pyramid, 1895).
  • Histoire du cachet noir (The Novel of the Black Seal, 1895).
  • Histoire de la poudre blanche, traduit par Jacques Parsons, 1968 (The Novel of the White Powder, 1895).
  • Les Trois Imposteurs ou les Transmutations (The Three Impostors or The Transmutations, 1895).
  • La Cérémonie (The Ceremony, 1897).
  • Le Peuple Blanc, traduit par Jacques Parsons, 1970 (The White People, 1904).
  • La Main rouge, traduit par Norbert Gaulard, 1998 (The Red Hand, 1906).
  • La Colline des rêves (The Hill of Dreams, 1907).
  • Les Archers (The Bowmen, 1914).
  • Le Grand Retour (The Great Return, 1915).
  • Sortis de la terre (Out of the Earth, 1915).
  • La Terreur (The Terror, 1917).
  • Le Petit Peuple (The Little Folk, 1927).
  • Un grand vide, traduit par Denise Hersant, 1965 (Opening the door, 1931).

Œuvres en langue anglaiseModifier

  • The House of Souls, Grant Richards, 1906.

BibliographieModifier

  • Évelyne Caron, « Structures et organisation de quelques thèmes dans les œuvres d'Arthur Machen », Littérature, Paris, Éditions Larousse, no 8 « Le fantastique »,‎ , p. 36-40 (lire en ligne).
  • Roger Dobson, « Préface », dans Arthur Machen, Chroniques du Petit Peuple, Rennes, Éditions Terre de Brume, 2002.
  • (en) S. T. Joshi, « Arthur Machen : Philosophy and Fiction », dans Darrel Schweitzer (dir.), Discovering Classic Horror Fiction, vol. I, Gillette (New Jersey), Wildside Press, , 191 p. (ISBN 978-1-587-15002-9), p. 1-33.
  • (en) S. T. Joshi, The Weird Tale : Arthur Machen, Lord Dunsany, Algernon Blackwood, M. R. James, Ambrose Bierce, H. P. Lovecraft, Holicong (Pennsylvanie), Wildside Press, (1re éd. 1990, Austin, University of Texas Press), XII-292 p. (ISBN 978-0-8095-3122-6, présentation en ligne), chap. 1 (« Arthur Machen : The Mystery of the Universe »), p. 12-41.
  • Sophie Mantrant, Arthur Machen ou l'art du hiéroglyphe, Cadillon, Le Visage vert, , 220 p. (ISBN 978-2-918061-36-6, notice BnF no FRBNF45234634).
  • Michel Meurger, Lovecraft et la S.-F., vol. 1, Amiens, Encrage, coll. « Travaux » (no 11), , 190 p. (ISBN 978-2-906389-31-1, notice BnF no FRBNF35561730), « Le Thème du Petit Peuple chez Arthur Machen et John Buchan », p. 111-150.
  • (en) Aidan Reynolds et William Charlton (préf. Dominic Bevan Wyndham Lewis), Arthur Machen : A Short Account of His Life and Work, Londres, Richards Press, , XIV-202 p..
  • (en) Mark Valentine, Arthur Machen, Bridgend, Seren, coll. « The Border Lines Series », , 147 p. (ISBN 978-1-85411-123-4, notice BnF no FRBNF36996763).

Notes et référencesModifier

  1. (en) James Machin, « The Great God Pan », dans Matt Cardin (dir.), Horror Literature through History : An Encyclopedia of the Stories that Speak to Our Deepest Fears, vol. 1, Santa Barbara / Denver, Greenwood, , 967 p. (ISBN 978-1-4408-4756-1), p. 401.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier