Ouvrir le menu principal

Arthur-Léon Imbert de Saint-Amand

diplomate et historien français
Arthur-Léon Imbert de Saint-Amand
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Arme
Distinctions

Arthur-Léon-Georges Imbert de Saint-Amand, né le à Paris où il est mort le , est un diplomate et historien français.

BiographieModifier

Né au no 9 de la rue Jean-Goujon, de Marie-Flore Domon et du baron Jean-Bernard Marthe, colonel au 2e régiment de dragons[1], il fut élève du lycée Bonaparte[2]. Après avoir passé ses licences ès lettres et en droit, il entra, en 1855, au ministère des Affaires étrangères[3]. Il y devint successivement sous-directeur adjoint à la direction politique en 1866, secrétaire de première classe à la disposition du ministre en 1869, ministre plénipotentiaire de 2e classe en 1877 et de première classe en 1882, et fut presque constamment chargé de travaux particuliers dans l’administration centrale de ce ministère[3].

Imbert de Saint-Amand s’est fait connaitre par une série de publications sur les femmes de l’ancienne cour de France, du premier Empire et de la Restauration, comprenant les femmes de la cour de Louis XIV, de la cour de Louis XV, des dernières années du règne de Louis XV, les beaux jours de Marie-Antoinette et la fin de l’ancien régime, puis, entre autres, Marie-Antoinette aux Tuileries, la dernière année de celle-ci, l’agonie de la royauté, la citoyenne Bonaparte, la femme du premier consul, la cour de l’impératrice Joséphine, les beaux jours de Marie-Louise, Marie-Louise et la décadence de l’Empire, la duchesse de Berry, la duchesse d’Angoulême, etc. En dehors de ces deux séries il a publié des portraits de la cour des derniers Valois et des derniers Bourbons, de Françaises et du XVIIIe et du XIXe siècle, de l’abbé Deguerry et de Delphine de Girardin[3].

Décoré de la Légion d’honneur, le , il a été promu officier, le [3].

Notes et référencesModifier

  1. Charles Nauroy, Le Curieux, t. 2, Paris, , 380 p. (lire en ligne), p. 371.
  2. Concours généraux de l’université : devoirs français, latins et grecs donnés aux élèves des collèges de Paris et de Versailles, Paris, Jules Delalain, (lire en ligne), p. 15.
  3. a b c et d Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers : ouvrage rédigé et tenu à jour avec le concours d'écrivains de tous les pays, t. 2, Paris, Hachette et Cie, , 6e éd., 1740 p. (lire en ligne), p. 826.

PublicationsModifier

  • Les Femmes de Versailles, 1875-1879, Paris, Édouard Dentu, 5 vol. in-18.
  • Les Femmes des Tuileries, 1880-1887, Paris, Édouard Dentu, 14 vol. in-18.
  • Les Femmes des Tuileries - La Révolution de 1848, Paris, Édouard Dentu
  • Portraits de femmes françaises du XVIIIe et du XIXe siècle, Paris, Ferdinand-Fleurus Amyot (d), 1869, in-18.
  • L’Abbé Deguerry, curé de la Madeleine, Paris, Ferdinand-Fleurus Amyot, 1875, in-18.
  • Souvenirs, poésies, Paris, Ferdinand-Fleurus Amyot, 1872, 70 p., in-12.
  • Les Femmes de la Cour des derniers Valois, Paris, Édouard Dentu, 1872, in-18.
  • Madame de Girardin, Paris, Édouard Dentu, 1874, in-18.
  • Portraits de grandes dames, Paris, Édouard Dentu, 1875, in-18.
  • La Captivité de la duchesse de Berry. Nantes et Blaye, Paris, Édouard Dentu, 1890, in-18.
  • La Cour de Louis XVIII, Paris, Édouard Dentu, 1891, in-4°.
  • La Cour de Charles X, Paris, Édouard Dentu, 1891, in-4°.
  • Marie-Amélie et la Cour de Palerme, Paris, Édouard Dentu, 1891, in-8°.

Liens externesModifier