Arsène Darmesteter

érudit du judaïsme et philologue français

Arsène Darmesteter, né à Château-Salins (Moselle) le et décédé à Paris le , est un érudit du judaïsme et philologue français.

Arsène Darmesteter
Arsène Darmsteter.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Distinctions

Il était l'époux de la célèbre peintre britannique Helena Darmesteter (née Hartog) et le frère du linguiste James Darmesteter.

Éléments biographiques

modifier

Arsène Darmesteter naît dans une famille juive installée en Lorraine depuis le milieu du XVIIIe siècle et dont les ancêtres sont originaires du ghetto de Darmstadt.

Calmann, le père, et Cerf, le grand-père, sont relieurs et libraires ; l’un des grands oncles Darmesteter était scientifique à la cour du tsar de Russie. La mère, Rosalie née Brandeis, est issue d’une famille juive polonaise qui compte des soldats, des scientifiques et des rabbins.

La famille comprend, outre Arsène, deux fils, James et Achille, lequel meurt en bas âge. À la mort de la grand-mère, toute la famille s'installe en 1852 à Paris, dans le quartier du Marais. Le travail manque et bien des privations se font sentir. Arsène entame des études rabbiniques le destinant à la carrière de rabbin. Séduit par le scientisme alors triomphant, il renonce à cette voie[1]. Brillant élève, Arsène obtient son baccalauréat à seize ans et sa licence à dix-huit ans en 1864. Il suit quelque temps les cours de philologie française à l'École impériale des chartes à partir de 1865 (dans la promotion 1869)[2], puis rejoint la toute nouvelle École pratique des hautes études en 1868[3]. En 1867 il est l’élève de Gaston Paris, grand spécialiste de l’étude du Moyen Âge.

Le 13 juin 1877, Arsène Darmesteter soutient ses deux thèses de doctorat ès lettres à la Faculté de Paris[4]. La première, en français, traite de la création actuelle de nouveaux mots dans la langue française. La deuxième, en latin, s'intéresse à la chanson de geste de Floovant et au cycle mérovingien.

Il meurt en , emporté par une maladie pulmonaire. Il est enterré le 18 novembre au cimetière du Montparnasse[5].

Carrière

modifier

Lors de ses études à l'EPHE, il part en mission en Angleterre en 1869 puis de 1872 à 1883, il est répétiteur dans cette École.

Étant docteur ès lettres, il est maitre de conférences de langue et littérature françaises du Moyen Âge à la Faculté des lettres de Paris à partir de 1877 puis il est professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge dès 1878 au sein de la même université.

À partir de 1881, il est chargé de conférences de grammaire à l'École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres puis professeur de français en 1882. Il enseigne également au Séminaire israélite de France (SIF).

Arsène Darmesteter est également le collaborateur de nombreuses revues telles que Romania, la Revue critique, La Revue internationale de l'enseignement. En 1879, il fonde également la Revue des études juives[3].

De 1877 à sa mort en 1888, il participe à de nombreuses soutenances de thèses de doctorat ès lettres, en qualité de membre du jury[4].

Principales publications

modifier
  • Traité de la formation des mots composés dans la langue française, comparée aux autres langues romanes et au latin, préface de Gaston Paris (1873)
  • Morceaux choisis des principaux écrivains en prose et en vers du XVIe siècle, publiés d'après les éditions originales ou les éditions critiques les plus autorisées, et accompagnés de notes explicatives, avec Adolphe Hatzfeld (1876). Plusieurs fois réédité sous le titre Le Seizième Siècle en France : tableau de la littérature et de la langue, suivi de Morceaux en prose et en vers choisis dans les principaux écrivains de cette époque. Texte en ligne
  • De la Création actuelle de mots nouveaux dans la langue française et des lois qui la régissent, thèse de doctorat (1877)
  • La Vie des mots étudiée dans leurs significations (1887) (rééd. Champ libre, 1979)
Ouvrages posthumes

Hommage

modifier

De l'Académie française, il reçoit le prix Archon-Despérouses en 1878 et en 1884[6] et le prix Saintour en 1897.

La rue Darmesteter dans le 13e arrondissement de Paris et une rue de Château-Salins portent le nom de Darmesteter en hommage aux travaux d'Arsène et de James Darmesteter.

Notes et références

modifier
  1. Moshé Catane, Préface à Arsène Darmesteter, Le Talmud, Editions Allia, Paris, 1997, p. 9-10
  2. « Chronique juillet-septembre 1866. », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 27, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b Christophe Charle, « 26. Darmesteter (Arsène) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 52–53 (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b https://eslettres.bis-sorbonne.fr/notice/Doctorant/5016, consulté le 27 novembre 2023.
  5. « Gazette du Jour », La Justice,‎ (lire en ligne  )
  6. « Prix Archon-Despérouses | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le )

Liens externes

modifier