Ouvrir le menu principal

Arnas

commune française du département du Rhône

Arnas
Arnas
Mairie d'Arnas, avec l'église en arrière-plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Gleizé
Intercommunalité Communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône
Maire
Mandat
Michel Romanet-Chancrin
2014-2020
Code postal 69400
Code commune 69013
Démographie
Gentilé Arnassiennes, Arnassiens
Population
municipale
3 594 hab. (2015 en augmentation de 8,91 % par rapport à 2010)
Densité 205 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 28″ nord, 4° 42′ 33″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 264 m
Superficie 17,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Arnas

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Arnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnas
Liens
Site web arnas.fr

Arnas est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

 
Arnas.
 
Square de la mairie.
 
Route à Arnas.
 
Château dans le bourg.

Commune de la région Rhône-Alpes, située dans le département du Rhône à environ 5 km au nord de Villefranche-sur-Saône. Ce village est édifié sur la rive droite de la Saône à une altitude moyenne de 185 mètres. La topographie locale composée de nombreux coteaux en pente douce est très favorable à la vigne qui représente un élément clé de ces paysages.

Arnas possède une superficie moyenne. Plusieurs hameaux sont dépendants de la commune dont Joux, l'Ave Maria, la Grange Perret et une partie de la Chartonnière.

Arnas est traversée par le Marverand et le Nizerand.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

L'ancien nom de la commune est Saint-Saturnin d'Arnas.

Le bourg était situé sur une voie romaine.

L'église Saint-Saturnin fut construit avant 1020 par les seigneurs de Chamelet, de la branche aînée de la maison de Semur-en-Brionnais. En 1020, l'église était en indivision entre Asceline de Chamelet, abbesse de Péloges, monastère de femme située sur le territoire de la commune, et ses neveux et nièce Hugues, Bérard et Raimonde, femme de Guy, seigneur de Belmont (-d'Azergues)[1]. La moitié en fut cédée peu de temps après à l'abbaye de Savigny par la nouvelle Abbesse Astrude, après que Raimonde de Chamelet lui ait vendu ses parts[2].

Le monastère de Péloges n'existait déjà plus en 1117[3].

Le village laisse son nom à une bataille qui, le 18 mars 1814, oppose l'armée française de Lyon commandée par le maréchal Augereau à l'armée autrichienne[4].

Une partie de Ouilly est rattachée à la commune en 1853.

 
Le village au début du XXe siècle.

Un projet de fusion des communes d'Arnas, Gleizé, Limas et Villefranche-sur-Saône n'aboutit pas en 1971.

Politique et administrationModifier

Administration territorialeModifier

La commune appartient au canton de Villefranche-sur-Saône, avant de rejoindre celui de Gleizé en 2001.

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1972 [5]
(décès)
Anne de Fleurieu DVD  
En cours Michel Romanet-Chancrin FED-UDI Responsable performance La Poste
Vice-président de la CA Villefranche Beaujolais Saône (2014 → )
Maire par intérim du 9 novembre 2010 au 27 janvier 2011[6]
Les données manquantes sont à compléter.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 3 594 habitants[Note 1], en augmentation de 8,91 % par rapport à 2010 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498572518648694730769775828
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
932979985984927883931968950
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0311 0791 0369849651 0489971 1121 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3491 5472 1162 3362 7833 1063 1993 2123 409
2015 - - - - - - - -
3 594--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Arnas dispose d'une école maternelle publique et d'une école primaire publique.

SantéModifier

Arnas dispose d'un cabinet médical et d'un cabinet dentaire. La Polyclinique du Beaujolais est aussi implantée sur la commune.

 
Palais omnisports

En 2009, le projet de l'Escale aboutit. Un palais des sports et de nombreux stades de rugby (aussi utilisés par l'AS Arnas pour leur tournoi international) sortent de terre. Ces stades furent utilisés par l'équipe de rugby de Géorgie comme stades d'entrainement pour la coupe du monde 2007 se déroulant en France[11].

La commune comprend, outre l'équipement de la Communauté d'agglomération, des courts de tennis, des terrains de football ainsi qu'un boulodrome.

Cadre de vieModifier

EnvironnementModifier

 
Polyclinique
 
La mairie
 
La ligne 2 du réseau Libellule dessert Arnas
  • Polyclinique du Beaujolais
  • Bords de Saône
  • Bois de Laye
  • La mairie

La Communauté d'agglomération de Villefranche-sur-Saône a implanté à Arnas le complexe sportif l'Escale comprenant un palais des sports et un complexe rugbystique.

 
Zone industrielle

Arnas possède de nombreuses industries de par sa grande zone industrielle dont l'essor est dû en partie à la superficie de la zone et à sa proximité avec Villefranche-sur-Saône.

En 2006, le groupe suédois Ikea annonce son intention d'ouvrir un second magasin dans le département du Rhône. Le secteur de l'Epi sur la commune d'Arnas est retenu. À cet emplacement, la Communauté de l'Agglomération de Villefranche souhaite y développer une zone commerciale avec des enseignes comme la Fnac ou Décathlon. Néanmoins, en 2009, le projet est déplacé sur le secteur de l'Ave Maria[12].

 
Diffuseur Nord de Villefranche
 
La sortie d'autoroute A6 31.1 (Villefranche-Nord) à Arnas

Grâce à sa sortie d'autoroute (Villefranche Nord - Arnas/31.1) c'est l'une des entrées principales du Beaujolais.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[13].

Transports en communModifier

Article détaillé : Réseau Libellule.

La commune est desservie par le réseau Libellule via la ligne 2 qui la relie à Villefranche-sur-Saône. Des services de transport à la demande complètent la desserte.

De plus, les lignes 118 et 236 du réseau départemental Les cars du Rhône desservent aussi la commune.

ManifestationsModifier

En février a lieu la traditionnelle fête des conscrits avec en point d'orgue la vague (le 2e dimanche).

En juin se tient la brocante d'Arnas, puis vient le tournoi de sixte des classes en 9 en juillet.

Chaque année en septembre est organisé le Paradis et Artisanat, fête célébrant les métiers d'autrefois, la gastronomie, et le beaujolais. L'année s'achève avec le réveillon de la Saint Sylvestre à la salle polyvalente d'Arnas [14].

 
L'église

Personnalités liées à la communeModifier

  • Claude Perroud, né le à Arnas et décédé en 1919, chercheur universitaire.
  • Michel Gandoger, né le 10 mai 1850 à Arnas et décédé le 4 octobre 1926, botaniste de renommée internationale.
  • Jean Chaffanjon, né le 7 septembre 1854 à Arnas et décédé le 7 décembre 1913, explorateur du bassin de l'Orénoque et de l'Asie centrale.

BibliographieModifier

  • Auguste Bernard, Essai historique sur les vicomtes de Lyon, de Vienne et de Mâcon du IXe au XIIe siècle, Montbrison, , 44 p. (lire en ligne), p. 10
  • Auguste Bernard, Cartulaire de l'Abbaye de Savigny : chartes n° 644 à 648, vol. 1, Paris, , 1167 p. (lire en ligne), p. 323
  • Auguste Bernard, Cartulaire de l'Abbaye de Savigny : Index géographique, vol. 2, Paris, , 1167 p. (lire en ligne), p. 1135

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. A.Bernard 1853, p. 323
  2. A.Bernard 1867, p. 10
  3. A.Bernard 1853, p. 1135
  4. [PDF]Trois batailles pour Lyon, 1814 par Diégo Mané ©1999, dépôt légal Lyon, janvier 1999, (ISBN 2-906960-06-3)
  5. « Arnas : Anne de Fleurieu est décédée », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  6. Premier adjoint d'Anne de Fleurieu, il devient maire au décès de cette dernière.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. [PDF]Arnas photos
  12. Article paru dans le Progrès, 28 mai 2009
  13. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  14. http://classes-en-9.blog4ever.com/blog/index-275189.html