Ouvrir le menu principal

Armoiries royales du Royaume-Uni

Armoiries du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

Armoiries royales du Royaume-Uni
Image illustrative de l’article Armoiries royales du Royaume-Uni
Détails
Souverain Elizabeth II
Adoption 1837
Timbre Heaume d'or surmonté de la couronne de Saint-Édouard et d'un lion couronné de même
Écu Écartelé : au 1 et 4, de gueules, à trois léopards d'or (qui est Angleterre), au 2, d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (qui est Écosse), au 3, d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent (qui est Irlande)
Supports À dextre un lion couronné d'or et à senestre une licorne d'argent armée, lampassée, et entravée aussi d'or. La chaîne est attachée à une couronne du même
Terrasse Roses de gueules et d'argent, boutonnées, tigées et feuillées de sinople, et de trèfles et de chardons au naturel
Devise Dieu et mon droit
Ordres Ordre de la Jarretière
Usage Armes du monarque

Les armoiries royales du Royaume-Uni sont les armoiries officielles du monarque britannique, actuellement la reine Élisabeth II. Ces armoiries sont utilisées par la reine en tant que monarque du Royaume-Uni partout sauf en Écosse, où une autre version des armoiries est utilisée. Des variantes des armoiries royales sont utilisées par le gouvernement britannique et les membres de la famille royale.

L'écu se blasonne ainsi : écartelé au 1 et 4, de gueules, à trois léopards d'or (qui est Angleterre), au 2, d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (qui est Écosse), au 3, d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent (qui est Irlande). Il est entouré d'une jarretière d'azur portant les mots « Honi soit qui mal y pense » d'or (il s'agit du collier et de la devise de l'ordre de la Jarretière). Le timbre porte un heaume d'or surmonté de la couronne impériale et d'un lion couronné de même. Le blason est supporté à dextre par un lion anglais également couronné d'or et à senestre par une licorne écossaise d'argent armée, lampassée, et entravée aussi d'or. La chaîne est attachée à une couronne du même. Les supports s'élèvent sur une terrasse de roses de gueules et d'argent, boutonnées, tigées et feuillées de sinople (Angleterre), et de trèfles (Irlande) et de chardons (Écosse) au naturel. Les armoiries portent la devise des monarques anglais « Dieu et mon droit ».

Versions et usagesModifier

  Les armoiries royales représentent la reine elle-même. Elles sont utilisées au Royaume-Uni (sauf en Écosse), notamment dans les tribunaux où les juges sont les représentants officiels de la couronne et sur certaines pièces frappées par la Royal Mint. Les armoiries sont aussi utilisées dans les églises de l'Église d'Angleterre, dont le souverain est le chef.
  Depuis l'Union des Couronnes, une version spécifique des armoiries royales est utilisée en Écosse dans laquelle les éléments écossais ont préséance sur les éléments anglais : le blason est écartelé en 1 et 4 d'Écosse, en 2 d'Angleterre et en 3 d'Irlande ; il est entouré du collier de l'ordre du Chardon ; la Couronne d'Écosse est surmontée d'un lion de gueules (rouge) tenant un listel dont le cri de guerre In My Defens God Me Defend est abrégé en « In Defens ». C'est la devise latine de l'ordre du Chardon, Nemo Me Impune Lacessit, qui souligne le blason.
  Le gouvernement britannique utilise une version allégée des armoiries royales (sans la terrasse et le heaume). Ces armes sont utilisées notamment sur les lois du Parlement britannique, les documents officiels, les passeports, la plupart des ministères ou à l'entrée des représentations à l'étranger.
  Le Bureau pour l'Écosse et, jusqu'en 2007, le gouvernement écossais utilisent une version allégée des armoiries royales pour l'Écosse.
  Le Bureau de l'Intérieur utilise l'écu armorié des armoiries royales, c'est-à-dire l'écu avec la couronne et la jarretière, sans les autres éléments.

HistoireModifier

Les armoiries royales actuelles sont une combinaison des blasons des anciens royaumes qui forment aujourd'hui le Royaume-Uni et qui trouvent leur origine dans les armes des rois d'Angleterre et des rois d'Écosse. De nombreuses modifications ont été faites au fil des siècles en fonction de l'évolution politique du pays ou des revendications des monarques.

Royaumes d'Angleterre et d'ÉcosseModifier

Royaume d'Angleterre Royaume d'Écosse
Blason Dates Détails
  c. 1189 Interprétation possible du blason du premier grand sceau de Richard Ier. Il s'agit des armoiries des Plantagenêt dont faisait partie Richard Ier. La couleur et le nombre de meubles sont des spéculations.
  1198–1340
1360–1369
Blason figurant sur le second grand sceau de Richard Cœur-de-Lion, utilisé par ses successeurs jusqu'en 1340 : De gueules aux trois léopards d'or[1].
  1340–1360
1369–1395
1399–1406
Édouard III écartèle les armes d'Angleterre avec celles de la France afin de symboliser sa revendication du trône de France[1].
  1395–1399 Le blason de Richard II est parti des armes attribués à Édouard le Confesseur[1].
  1406–1422 Henri IV utilise la version moderne des armes de France[1].
  1422–1461
1470–1471
Le blason d'Henri VI est parti de France et d'Angleterre[2].
  1461–1470
1471–1554
Édouard IV restaure le blason d'Henri IV.
  1554–1558 Le blason de Marie Ire est parti au premier des armes de son mari, Philippe II d'Espagne, au second des armes d'Angleterre[1]. Bien que son père Henri VIII, utilise le titre de roi d'Irlande, rien n'est intégré au blason pour représenter ce titre.
  1558–1603 Élisabeth Ire restaure le blason d'Henri IV.
Blason Dates Détails
  XIIe siècle – 1558 D'or, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, dans un double trescheur fleuronné et contre-fleuronné de gueules. D'abord utilisé par Guillaume Ier puis repris plus tard par ses successeurs.
  1558–1559 En tant que dauphine de France, le blason de Marie Stuart est parti des armes de son mari, François, dauphin de France et roi consort d'Écosse[3].
  1559–1560 Blason de Marie Stuart en tant que reine consort de France.
  1560–1565 Marie Stuart, reine douairière de France.
  1565–1603 À son mariage avec Henry Stuart en 1565, Marie Stuart revient aux pleines armes du royaume d'Écosse[4] Jacques VI est le dernier monarque d'Écosse à utiliser ce blason avant l'Union des Couronnes.

Union des Couronnes et CommonwealthModifier

L'Union des Couronnes place l'Angleterre et l'Écosse sous un seul monarque
Blason Dates Détails
   
1603–1689 Jacques VI d'Écosse hérite des trônes anglais et irlandais en 1603 : les armes d'Angleterre et d'Écosse sont écartelées et, pour la première fois, on introduit un élément pour l'Irlande[1]. Une version écossaise est utilisée en Écosse, qui donne préséance aux éléments écossais.
 
1649–1654 Ces armes, déjà utilisées par les parlementaires en 1648, sont adoptées pour le Commonwealth d'Angleterre en 1649[5].
 
1654–1655 Une croix de Saint-André est introduite en 1654[6]
 
1655–1659 Le grand sceau de 1655 inclut le blason personnel d'Oliver Cromwell[1] : Écartelé, 1 et 4, d'argent à la croix de gueules (Angleterre et pays de Galles) ; 2, d'azur au sautoir d'argent (d'Écosse) ; 3, d'azur à la harpe d'or, cordée d'argent (d'Irlande) ; sur-le-tout, de sable au lion d'argent (de Cromwell).
 
1659–1660 À la fin du Protectorat, les armoiries de 1654 sont restaurées.
   
1603–1689 À la Restauration de 1660, Charles II réintroduit les armoiries royales.
   
1689–1694 Jacques II et VII est déposé par le Parlement et remplacé par sa fille Marie qui règne conjointement avec son mari Guillaume, prince d'Orange : leur armes sont combinées. Celles de Guillaume arborent un écu représentant la maison d'Orange-Nassau[7],[8].
   
1694–1702 À la mort de Marie II, Guillaume III règne seul et utilise son blason[1],[7].
   
1702–1707 Anne hérite du trône et revient à la version de 1603[1].

Royaume de Grande-Bretagne et Royaume-UniModifier

Les Actes d'Union de 1707 créent le royaume de Grande-Bretagne. Les Actes d'Union de 1800 créent le Royaume-Uni
Blason Dates Détails
   
1707–1714 Les Actes d'Union crée le Royaume de Grande-Bretagne : le blason écartelé comprend en I et IV parti d'Angleterre et d'Écosse, comme pour un couple marié[1].
   
1714–1800 En vertu de l'Acte d'établissement, l'électeur de Hanovre hérite du trône et devient le roi George Ier : le quatrième quartier est modifié pour comprendre les armes de l'électorat de Hanovre (Brunswick, Lunebourg et la couronne du Saint-Empire)[1].
   
1801–1816 L'Acte d'Union unit la Grande-Bretagne et l'Irlande et George III renonce à la prétention au trône de France. Les armoiries sont modifiées et l'électorat de Hanovre figure sur un écu surmonté du bonnet électoral[1].
   
1816–1837 Le bonnet est remplacé par une couronne en 1816, après que l'électorat de Hanovre devient un royaume.
   
1837–present En devenant reine, Victoria met fin à l'union personnelle entre le Royaume-Uni et le Hanovre (où la loi salique s'applique) : l'écu représentant le royaume de Hanovre est supprimé[1]. Malgré les modifications ultérieurs du titre du monarque britannique (empereur des Indes de 1876 à 1947, partition de l'Irlande en 1921), le blason n'est plus modifié si ce n'est le dessin de la harpe irlandaise, selon le souhait d'Élisabeth II[9].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l et m (en) J.P., FSA Brooke-Little, Boutell's Heraldry, London, Frederick Warne LTD, (1re éd. 1950), 205–222 p. (ISBN 0-7232-2096-4)
  2. [1]
  3. The Franco-Scots Coinage of Mary Stuart and Francis II « https://web.archive.org/web/20080226164840/http://www.niceasso.net/cnumisnice/default.asp?a=6174 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  4. Scottish Coins ~ Mary (1542 - 1567)Modèle {{Lien brisé}} : paramètres « url » et « titre » manquants. ,
  5. (en) W.J., Massachusetts Petchey, A Short Account of the Armorial Bearings of the Sovereigns of England, London, National Council of Social Service,
  6. L'Écosse est réunie à l'Angleterre par une ordonnance du 16 avril 1654 : « That the arms of Scotland viz: a Cross commonly called the St Andrew's Cross be received onto and borne from henceforth in the Arms of this Commonwealth ... etc. » 'April 1654: An Ordinance for uniting Scotland into one Commonwealth with England.', Acts and Ordinances of the Interregnum, 1642-1660 (1911), pp. 871-875. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=56540&strquery=arms Date accessed: 1 January 2011.
  7. a et b François Velde's Heraldica site
  8. Arnaud Bunel's Héraldique européenne siteModèle {{Lien brisé}} : paramètres « url » et « titre » manquants. ,
  9. British Royal Standards since 1801 David Prothero et Martin Grieve. Consulté le 13 ma 2011.