Ouvrir le menu principal

Armand Achille-Fould

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Fould.

Armand Achille-Fould[1], né le à Condé-sur-Sarthe (Orne) et mort le à Saint-Julien-Beychevelle (Gironde), est un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Armand Achille-Fould est le fils de Marie-Louise Heine-Fould et d'Achille Fould (1861-1926), député des Hautes-Pyrénées, et le père d'Aymar Achille-Fould (1925-1986), député de la Gironde et secrétaire d'État.

Docteur en droit et diplômé des sciences économiques et politiques de l'Université d'Oxford, Achille-Fould est au concours d'élève officier de réserve en mars 1913, est nommé sous-lieutenant au 25e régiment de dragons et, sur sa demande, passe dans l'active. Prenant part à la Première Guerre mondiale, il y reçoit une blessure et sept citations. Suite à l'armistice, Fould est affecté à l'état-major interallié de Versailles, nommé chef du secrétariat militaire du général Émile Belin et en tant qu'interprète aux séances de la Conférence de paix.

Donnant sa démission de l'armée en 1919, il est élu député des Hautes-Pyrénées le 16 novembre 1919 suivant. Il obtient successivement sa réélection à la Chambre le 11 mai 1924, 22 avril 1928, 1er mai 1932 et 26 avril 1936.

Éleveur de chevaux de courses dans les Basses-Pyrénées et propriétaire d'un vignoble dans le Médoc, maire de la commune de Condé-sur-Sarthe, il s'intéresse aux questions rurales et agricoles, devient président de la Société centrale d'aviculture de France en 1928 et du groupe de défense paysanne. Il est ainsi nommé sous-secrétaire d'État à l'Agriculture dans les cabinets Laval le 24 janvier 1931, avant de devenir ministre de l'Agriculture le 14 janvier 1932. Il devient ensuite sous-secrétaire d'État à la Défense nationale dans le 20 février 1932.

MandatsModifier

DistinctionsModifier

SourcesModifier

  • « Armand Achille-Fould », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier