Armée du Nord (révolution belge)

L'armée du Nord est un corps expéditionnaire envoyé par la France durant la révolution belge et commandé par le maréchal Étienne Maurice Gérard.

Le maréchal Étienne Maurice Gérard

HistoriqueModifier

La révolution belge de 1830 conduit à la scission de plusieurs provinces du Sud du royaume uni des Pays-Bas et à l'indépendance de la Belgique, proclamée par le gouvernement provisoire de Belgique le 4 octobre 1830. Le roi Guillaume Ier des Pays-Bas vit la sécession belge comme un échec personnel et lorsqu’il apprend l'élection de Léopold de Saxe-Cobourg comme roi des Belges, il prend la décision d'envahir la Belgique le 2 août 1831.

Le 8 août 1831, le roi Léopold Ier, à peine intronisé, demande l'aide de la France qui, avec l'Angleterre, s'était portée garante de l'indépendance belge. L’Armée du Nord française, commandée par le maréchal Étienne Maurice Gérard, passe la frontière le jour suivant.

Campagne des Dix-Jours (1831)Modifier

Le roi des Pays-Bas ne peut pas compter sur l'aide de la Prusse et de la Russie, dérangées par la révolution belge qui était une atteinte au traité de Vienne. Le roi de Prusse manque de moyens pour s'engager loin à l'ouest de son territoire et les troupes du Tsar sont retenues par la révolte polonaise. L'armée des Pays-Bas est donc laissée à elle-même face aux Français qui montent du sud, bien qu'ayant reçu l'ordre de ne pas provoquer le combat, et des volontaires belges, venant du nord.

Se sentant pris entre deux adversaires, les Hollandais évacuent toutes leurs positions en Belgique à l'exception de la citadelle d'Anvers.

Siège de la citadelle d'Anvers (1832)Modifier

Les Hollandais laissent une garnison dans la citadelle d'Anvers, entraînant le siège de celle-ci par l'Armée du Nord le 15 novembre 1832. Le général hollandais David Chassé, un ancien militaire de Napoléon, bombarde la ville d'Anvers à boulets rouges, mettant le feu aux maisons et faisant de nombreuses victimes dans la population civile. Le général français François Haxo, commandant le génie, emploie pour la première fois, de manière massive, les mortiers dont les tirs paraboliques se révèlent très efficaces.

Les hollandais capitulent le 23 décembre, au bout de 24 jours de siège.

 
Mortier de gros calibre utilisé à Anvers

CompositionModifier

Avant-garde, commandée par le duc d'Orléans :

Quatre divisions d'infanterie :

- 1ère division d'infanterie, commandée par le général Tiburce Sébastiani :

a/ Brigade Harlet :

b/ Brigade de Rumigny :

- 2e division d'infanterie, commandée par le général Achard :

a/ Brigade Castellane :

b/ Brigade Voirol :

- 3e division d'infanterie, commandée par le général Jamin :

a/ Brigade Zœpfel :

b/ Brigade Georges :

- 4e division d'infanterie, commandée par le général Fabre :

a/ Brigade Rapatel :

b/ Brigade d'Héricourt :

Deux brigades et deux divisions de cavalerie :

- Brigade Lavoestine :

- Brigade Simonneau :

- Division Dejean :

a/ Brigade de Rigny :

b/ Brigade Latour-Maubourg :

- Division Gentil de Saint-Alphonse :

a/ Brigade Villate :

b/ Brigade Gusler :

Une cinquième division, dite de réserve, formée à Valenciennes, Lille et Maubeuge :

Elle était commandée par le général Schramm qui avait sous ses ordres les généraux Rullière et Durocheret.

Le général Haxo commandait le génie.

Le général Neigre commandait l'artillerie.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier