Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ALP.

Armée de libération de la Palestine
Image illustrative de l’article Armée de libération de la Palestine

Idéologie Nationalisme arabe
Nationalisme palestinien
Statut Actif
Fondation
Date de formation 1964
Pays d'origine Drapeau de la Palestine Palestine, Drapeau du Liban Liban, Drapeau de la Syrie Syrie
Fondé par OLP
Actions
Zone d'opération Drapeau de la Syrie Syrie, Drapeau de la Palestine Palestine, Drapeau du Liban Liban
Période d'activité 1964 - aujourd'hui
Organisation
Chefs principaux Wajih al-Madani
Mohammad Tareq al-Khadraa
Membres environ 4 500 combattants
Branche politique OLP
Groupe relié FPLP-CG, As-Saiqa, Fatah al-Intifada et le régime syrien
Conflit israélo-palestinien
Guerre civile syrienne
Bataille de Karameh
Guerre du Liban

L’armée de libération de la Palestine a été créée en 1964 pour servir de branche militaire officielle de l'OLP, lors de la 1re Conférence palestinienne. Elle était initialement composée de trois brigades : Jalout Eiyn à Gaza et en Égypte, Kadissiyah en Irak, et Hitine en Syrie. Depuis l’établissement de l'Autorité palestinienne, l'essentiel des forces composants ces brigades en Égypte et en Jordanie ont été intégrées dans les forces de sécurité de l'OLP. Environ 4500 hommes seraient encore positionnés en Syrie[1].

Sommaire

HistoireModifier

Guerre du LibanModifier

Ses forces furent appuyées des commandos palestiniens pro-syriens d'As-Saiqa, de la Brigade Yarmouk, et furent responsables, entre autres exactions au Liban, du Massacre de Damour contre des Maronites le 20 janvier 1976, pendant la guerre civile libanaise, qui fit entre 300 et 582 morts [2]. Il faisait suite au massacre de plusieurs centaines (1000 à 1500 morts) d'habitants de Karantina, quartier de Beyrouth majoritairement peuplé de réfugiés palestiniens, par des milices Kataeb deux jours plus tôt.

Guerre civile syrienneModifier

L'Armée de libération de la Palestine participe à la guerre civile syrienne dans le camp du régime de Bachar el-Assad.

En juin 2019, Talel Naji, secrétaire-général adjoint du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), déclare que 1 858 Palestiniens sont morts en Syrie en combattants dans les rangs des forces gouvernementales et parmi eux 285 membres de l'Armée de libération de la Palestine[3].

RéférencesModifier