Ouvrir le menu principal

Arleen Augér

artiste lyrique (soprano)
(Redirigé depuis Arleen Auger)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auger.
Arleen Augér
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
LeusdenVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Ferncliff (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Tessiture
Soprano léger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fach
Soprano léger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature d'Arleen Augér
signature
Arleen Auger's grave on Ferncliff Cemetery.JPG
Vue de la sépulture.

Arleen Augér (South GateLeusden) est une cantatrice soprano colorature américaine.

Sommaire

BiographieModifier

Arleen Augér fait ses études générales au collège de Long Beach et pratique le chant à l'église dans la chorale, ainsi que le piano et le violon[1], puis étudie le chant de 1963 à 1968 à l'université de Californie et à Chicago avec le ténor Ralph Errolle. Après avoir remporté plusieurs concours et fait des tournées avec l'Orchestre philharmonique de Los Angeles, elle débute dans le rôle de Gilda dans Rigoletto de Verdi. Une bourse en 1967 lui permet de poursuivre ses études à Vienne. Après une audition par Josef Krips, elle débute dans La Flûte enchantée et obtient un contrat de longue durée à l'Opéra de 1967 à 1974[1],[2]. Elle trouve un autre admirateur en la personne de Karl Böhm, avec qui elle chante et enregistre une notable Konstanze dans Die Entführung aus dem Serail. Ses autres grands rôles à Vienne comptent notamment Marie dans La Fille du régiment de Donizetti.

Elle est ensuite invitée à Hambourg (1970), Munich, Salzbourg (1970) et au MET en 1978 où elle interprète le rôle de Marzelline dans Fidelio, Francfort (1974). Elle enregistre aussi la musique ancienne, une soixantaine de cantates de Bach sous la direction d'Helmuth Rilling, se produit dans Alcina de Haendel à Londres et Los Angeles (1985 et 1986) ainsi que dans L'incoronazione di Poppea (Londres, 1986). Elle enregistre et donne en récitals le répertoire du lied avec Irwin Gage[2] et l'enregistre avec Graham Johnson. Elle chante également à La Scala, L'Enfant et les Sortilèges (1975) et les Vier letzte Lieder de Richard Strauss[1].

Elle crée des œuvres de Gottfried von Einem, la Geistliche Sonate pour soprano, trompette et orgue (1974) et de Germaine Tailleferre, Concerto de la fidélité (1982)[2].

DiscographieModifier

Récitals
  • Liederabend : Gluck, Haydn, Mozart - Arleen Augér, soprano ; Erik Werba, piano (concert, 11 mai 1978, Orfeo) (OCLC 989978029)
  • Grandi voci : Mozart et Haydn - Drottningholms Slottsteater, dir. Arnold Östman (1987-1989, Decca) (OCLC 317543268)
  • The art of Arleen Augér (1989/1991, Koch Classics) (OCLC 29889358)
  • Arleen Augér, American soprano : Lieder et extraits d'oratorios, opéras, cantates et passions - Mostly Mozart Orchestra, dir. Gerald Schwarz : Dalton Baldwin, piano (2 CD Delos DE 3712) (OCLC 811335359)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Grove 2001.
  2. a b et c Pâris 2015, p. 44.

BibliographieModifier

Liens externesModifier