Ariel Colonomos

Ariel Colonomos, né en 1966, est un enseignant-chercheur spécialisé dans l'éthique des relations internationales et l'éthique de la guerre[1].

Ariel Colonomos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
Domaine

Membre du CNRS, il est directeur de recherche au Centre de recherches internationales[2], et enseignant en philosophie et éthique à Sciences Po Paris[1].

BiographieModifier

FormationModifier

Ariel Colonomos a été diplômé d'un DEUG de sciences économiques en 1986, puis d'une maîtrise de gestion en 1988, à l'Université Paris-Dauphine. Il est aussi diplômé d'une licence de philosophie en 1989 à Paris I Sorbonne, puis d'une maîtrise de philosophie à l'université Paris 10 Nanterre en 1990. Il a ensuite obtenu un DEA du cycle supérieur d’études politiques en 1991, et un doctorat en science politique en 1996, à Sciences Po Paris[1],[3].

Carrière universitaireModifier

Il a intégré le CNRS et a rejoint le Centre de recherches internationales, une unité de recherche commune à Sciences Po Paris et au CNRS, en 1998. En 2006, il a obtenu son habilitation à diriger des recherches à Sciences Po[1] et il est directeur d'études à l'école doctorale de Sciences Po depuis 2008[3],[4].

Au cours des années 2005 à 2007, il a été invité comme professeur à la School of International and Public Affairs de l'Université Columbia, notamment à l'Institute of War and Peace Studies (IWPS) dans le département de science politique[3], où il a enseigné les questions d'éthique en relations internationales (Ethical issues in international affairs)[1]. En automne 2014, il a été professeur adjoint dans le même département[3].

Il enseigne au collège universitaire de Sciences Po Paris depuis 2009, notamment l'éthique de la guerre. Il a enseigné dans la même école en master la théorie des relations internationales, et y a donné un cours sur la temporalité et l'éthique de la responsabilité collective des corps sociaux et politiques, jusqu'en printemps 2015. Il y donne encore aujourd'hui[Quand ?] un cours sur l'éthique de la guerre (Ethics of war), à l'École des affaires internationales de Sciences Po[5].

Autres activitésModifier

Il est co-responsable de deux domaines des Presses de Sciences Po : du domaine Mondes avec la chercheuse du CESSMA Laetitia Bucaille ; et du domaine Normes et sociétés avec le chercheur en éthique économique et sociale Axel Gosseries et le sociologue Patrick Pharo[1],[3].

Il est également membre du comité de rédaction de la revue International Political Sociology, éditée par Oxford University Press et couvrant les liens entre sociologie et études des relations internationales[1].

Jusqu'en juin 2015, il a régulièrement publié des articles sur son blog dédié du Huffington Post[6],[7].

Sujets de rechercheModifier

Ses recherches et publications portent l’éthique et l'épistémologie des relations internationales, d’un point de vue explicatif et normatif. Après avoir étudié l’usage préventif de la force, il a travaillé sur le rôle des idées prédictives internationales, leur capacité normative et performative[1],[3].  Il travaille également sur la question du "prix de la vie" à partir de l'étude des négociations de libération d'otages et des usages de la norme de proportionnalité dans l'emploi de la force[3].

Considérations sur l'éthique de la guerreModifier

Dans l'article Robots on the ground : à quand l'atterrissage de robots ?[7], Ariel Colonomos considère que le problème des pertes humaines lors des campagnes et opérations aériennes de bombardement se pose en ces termes : d'un côté, les technologies d'armement (avions, missiles...) devenant plus précises au cours du temps, les bombardements d'aujourd'hui sont (selon lui) plus précis, ce qui devrait limiter les pertes civiles par frappe ; d'un autre côté, les gouvernements et leurs armées veulent préserver la vie de leurs pilotes, donc les font voler à haute altitude ; or cela limite la précision des frappes et donc accroît le risque des victimes civiles, alors que voler à basse altitude ferait décroître ce risque. Selon Colonomos, la technologie des drones pose deux problèmes : la question de la souveraineté nationale des États dont le territoire est frappé, et la pratique américaine des signature strikes, c'est-à-dire l'établissement de cibles à partir d'algorithmes de probabilité, sans même être certain de qui sont les individus ciblés et tués ou s'ils sont vraiment des ennemis - ainsi les drones « diluent le principe de responsabilité dans la guerre »[7].

Il considère par ailleurs que l'emploi, dans un futur plus ou moins proche, d'armes autonomes (c'est-à-dire de robots) dans les airs ou sur le sol, pose la question de la responsabilité en cas d'erreurs de ciblage, ou de frappe disproportionnée. Il en détaille les conséquences qui en découleront selon lui : la diminution des pertes humaines dans les armées ; la révolution de la culture militaire (notamment concernant les valeurs du courage et du sacrifice) ; la multiplication d'opérations militaires qui auraient été auparavant considérées trop coûteuses en pertes humaines ; la prolifération de ces armes et leur emploi par des groupes armés non-étatiques, voire des groupes terroristes. Par conséquent, pour Colonomos, la question pressante des drones et des armes autonomes qui poussera l'humanité devant des faits accomplis doit la conduire à repenser la responsabilité administratives des forces armées[7].

OuvragesModifier

  • La politique des oracles – Raconter le futur aujourd’hui, Paris, Albin Michel, 2014 (traduction Hurst – Oxford University Press à paraître).
  • Le pari de la guerre – guerre préventive, guerre juste ?, Paris, Denoël, 2009 – traduction à paraître chez Palgrave en 2013, The Gamble for War – Justifying Preventive War
  • La Morale dans les relations internationales - Rendre des comptes, Paris, Odile Jacob, 2005 /// Moralizing International Relations : Called to Account, New York, Palgrave, 2008.
  • Églises en réseaux - Trajectoires politiques entre Europe et Amérique, Paris, Presses de Sciences Po, 2000

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Chercheur | Ariel Colonomos | Sciences Po CERI », sur www.sciencespo.fr (consulté le 18 septembre 2017)
  2. Ariel Colonomos, directeur de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po), « Une », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  3. a b c d e f et g « Ariel Colonomos », sur www.sciencespo.fr, (consulté le 18 septembre 2017)
  4. « Ariel Colonomos : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 19 septembre 2017)
  5. « Ethics of war | Sciences Po, Portail de la Scolarité », sur formation.sciences-po.fr (consulté le 18 septembre 2017)
  6. « Ariel Colonomos », sur Le Huffington Post (consulté le 19 septembre 2017)
  7. a b c et d « Robots on the ground: à quand l'atterrissage des robots? », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier