Ouvrir le menu principal

Aribert Reimann

compositeur et pianiste allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reimann.
Aribert Reimann
Description de cette image, également commentée ci-après
Aribert Reimann en septembre 2010.

Naissance (83 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Maîtres Boris Blacher

Aribert Reimann est un compositeur et pianiste allemand, né à Berlin le .

Sommaire

BiographieModifier

Après avoir étudié la composition musicale, le contrepoint et le piano à Berlin (avec comme enseignant, entre autres, Boris Blacher à la composition) à la Hochschule für Musik, Reimann est employé comme répétiteur au Deutsche Oper dans cette même ville. Sa première prestation en tant que pianiste et accompagnateur a lieu à la fin des années 1960. Il a, depuis, accompagné de nombreux chanteurs, dont Dietrich Fischer-Dieskau, Brigitte Fassbaender ou Ernst Haefliger. En 1971, il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin[1] et est nommé professeur de chant contemporain à l'École des beaux-arts de Berlin entre 1983 et 1998.

Sa réputation en tant que compositeur repose sur ses opéras basés sur des textes littéraires. Parmi ces derniers, on peut citer Lear et Le Château. Il a par ailleurs écrit plusieurs pièces de musique de chambre, des œuvres orchestrales ainsi que des lieders.

Il a reçu plusieurs distinctions dont le Großen Verdienstkreuz mit Stern der Bundesrepublik Deutschland (Grande croix de l'ordre du mérite allemand) et le Verdienstorden des Landes Berlin (Ordre du Mérite berlinois).

L'une de ses compositions, le Cantus pour clarinette et orchestre, dédicacé au clarinettiste Jörg Widmann, est créé le , à Cologne, en présence du compositeur qui dit s'être inspiré des œuvres de Claude Debussy pour clarinette.

Prix et distinctionsModifier

  • 1962 Berliner Kunstpreis für Musik (Junge Generation) – Prix d'art et de musique de Berlin (jeune génération)
  • 1963 Rompreis mit Villa Massimo-Stipendium – Prix de Rome, avec un stage à la Villa Massimo
  • 1965 Robert-Schumann-Preis der Stadt Düsseldorf – Prix Robert Schumann de la ville de Düsseldorf
  • 1966 Förderungspreis der Stadt Stuttgart – Prix du progrès de la ville de Stuttgart
  • 1985 Commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (Großes Verdienstkreuz)
  • 1985 Braunschweiger Ludwig-Spohr-Preis - Prix Braunschweig Ludwig Spohr
  • 1986 Prix de composition musicale de la Fondation Prince Pierre de Monaco
  • 1987 Bach-Preis der Freien und Hansestadt Hamburg – Prix JS Bach de la ville de Hambourg
  • 1991 Frankfurter Musikpreis – Prix de musique de la ville de Francfort
  • 1993 Officier de l’Ordre du Mérite culturel de la Principauté de Monaco ;
  • 1995 Grand officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (Großes Verdienstkreuz mit Stern)
  • 1999 Commandeur de l’Ordre du Mérite culturel de la Principauté de Monaco
  • 1999 Verleihung der Goldenen Nadel der Dramatiker Union – Aiguille d'or de l'Union Dramatique
  • 2002 Preis der Kulturstiftung Dortmund – Prix de la fondation culturelle de la ville de Dortmund
  • 2002 Kunstpreis Berlin – Prix d'art de Berlin
  • 2006 Arnold-Schönberg-Preis - Prix Arnold Schönberg
  • 2011 Ernst von Siemens Musikpreis - Prix Ernst von Siemens

Principales œuvresModifier

Œuvres scéniquesModifier

Œuvres symphoniquesModifier

  • Rondes pour orchestre à cordes (1967)
  • Loqui (1969)
  • Variations pour orchestre (1975)
  • Sept fragments pour orchestre in memoriam Robert Schumann (1988)
  • Neun Stücke (1993)
  • Concerto pour violon et orchestre (1995-1996)
  • Nahe Ferne (Distance proche) (2002-2003)
  • Cantus pour clarinette et orchestre (2006)

Musique vocaleModifier

  • Ein Totentanz, suite pour baryton et orchestre de chambre (1960)
  • Hölderlin-Fragmente pour soprano et orchestre (1963)
  • Verrà la morte, cantate sur un texte de Cesare Pavese pour Ssolistes (soprano, ténor et baryton), deux chœurs mixtes et orchestre (1966)
  • Engführung pour ténor et orchestre (1967)
  • Zyklus pour baryton et orchestre de chambre (1971), cycle d'après des poèmes de Paul Celan) (1956) sur une commande de la ville de Nuremberg pour le 500e anniversaire de la naissance d'Albrecht Dürer
  • Wolkenloses Christfest, requiem pour baryton, violoncelle et orchestre (1974)
  • Six Poems by Sylvia Plath (1975)
  • Drei Lieder sur des textes d'Edgar Allan Poe pour soprano et orchestre (1980-1982)
  • Unrevealed pour baryton et quatuor à cordes (1981)
  • Chacun sa chimère, poème de Charles Baudelaire pour ténor et orchestre (1981)
  • Requiem, pour soprano, mezzo-soprano, baryton, chœur mixte et orchestre (1982)
  • Entsorgt pour baryton solo (1989)
  • Nachtstuck (Nightpiece, Nocturnes) pour soprano et piano (1992)
  • Eingedunkelt pour alto solo (1992)
  • Lady Lazarus pour soprano solo (1992)
  • Finite Infinity sur des poèmes de Emily Dickinson pour soprano et orchestre (1994-1995)
  • Fünf Lieder nach Gedichten von Paul Celan pour countre-ténor et piano (1994-2001)
  • Kumi Ori (1999), sur une commande de la radio nord-allemande et créée le 2 janvier 2000 sous la direction de Christoph Eschenbach
  • Fünf Lieder nach Gedichten von Paul Celan pour contreténor et piano (Cinq chants d'après des poèmes de Paul Celan) (2001)
  • Tarde pour soprano et orchestre (2003)
  • Ein Blick war’s, der mich ins Verderben riss, texte de Johann Wolfgang von Goethe pour soprano et piano (2014)

Musique pour pianoModifier

  • Erste Sonate (1958)
  • Spektren (1967)
  • Variationen für Klavier (1979)
  • Auf dem Weg (1989/93)

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Luigi Bellingardi, Alcune riflessioni sulla »Gespenstersonate« di Aribert Reimann, in: Sabine Ehrmann-Herfort/Markus Engelhardt (éds.), »Vanitatis fuga, Aeternitatis amor«. Wolfgang Witzenmann zum 65. Geburtstag, »Analecta Musicologica«, vol. 36, Laaber (Laaber) 2005, pp. 689-695.
  • (de) Siglind Bruhn, Aribert Reimanns Vokalmusik. Waldkirch, Edition Gorz 2016. (ISBN 978-3-938095-21-8) présentation en ligne
  • (de) Wolfgang Burde, Aribert Reimann, Mainz (Schott) 2005.
  • (de) Albert Gier, Zurück zu Shakespeare! Claus H. Hennebergs Lear-Libretto für Aribert Reimann und seine englische Übersetzung von Desmond Clayton, in: Herbert Schneider/Rainer Schmusch (edd.), Librettoübersetzung: Interkulturalität im europäischen Musiktheater, Hildesheimn (Olms) 2009, »Musikwissenschaftliche Publikationen«, vol. 32), pp. 329-349.
  • (de) Kii-Ming Lo, Unsichtbarer Herrscher über ein gehorsames Volk. Aribert Reimanns Oper »Das Schloß« nach Franz Kafka, in: Peter Csobádi, Gernot Gruber, Ulrich Müller et al. (éds.), »Weine, weine, du armes Volk!« ─ Das verführte und betrogene Volk auf der Bühne, »Kongreßbericht Salzburg 1994«, Anif/Salzburg (Müller-Speiser) 1995, pp. 663-674.
  • (de) Jürgen Maehder, Aribert Reimanns »Nachtstück« ─ Studien zu musikalischer Struktur und Sprachvertonung, in: Aurora (»Jahrbuch der Eichendorff-Gesellschaft«) 36/1976, p. 107-121.
  • (de) Jürgen Maehder, Aribert Reimanns »Lear« ─ Anmerkungen zu einigen Strukturproblemen der Literaturoper, programme de salle pour l'Opéra d'État Bavaroise à Munich pour la première mondiale, München (Bayerische Staatsoper) 1978, pp. 61-73.
  • (de) Jürgen Maehder, Anmerkungen zu einigen Strukturproblemen der Literaturoper, in: Klaus Schultz (ed.), Aribert Reimanns »Lear«. Weg einer neuen Oper, München (dtv) 1984, pp. 79-89.
  • (en) Jürgen Maehder, Aribert Reimann and Paul Celan: The Setting of Hermetic Poetry in the Contemporary German Lied, in: Claus Reschke/Howard Pollack (éds.), German Literature and Music. An Aesthetic Fusion: 1890─1989, »Houston German Studies«, vol. 8, München (Fink) 1992, pp. 263-292.
  • (fr) Jürgen Maehder, Étude sur le théâtre musical d'Aribert Reimann ─ de »Lear« à »La sonate des spectres«, programme de salle pour l'Opéra National du Rhin, Strasbourg (TNOR) 1998, pp. 27-45.
  • (de) Jürgen Maehder, Untersuchungen zum Musiktheater Aribert Reimanns. Musikalische Dramaturgie in »Lear« und »Die Gespenstersonate«, in: Jürgen Kühnel/Ulrich Müller/Oswald Panagl (éds.), Musiktheater der Gegenwart. Text und Komposition, Rezeption und Kanonbildung, Anif/Salzburg (Müller-Speiser) 2008, pp. 342-373.
  • (fr) Jürgen Maehder, Aribert Reimann et Paul Celan. La mise en musique de la poésie hermétique dans le lied allemand contemporain, in: Antoine Bonnet/ Frédéric Marteau (edd.), Paul Celan, la poésie, la musique. »Avec une clé changeante«, Paris (Hermann) 2015, pp. 351-372.
  • (de) Klaus Schultz (éd.), Aribert Reimanns »Lear«. Weg einer neuen Oper, München (dtv) 1984.
  • (de) Ulrich Tadday (éd.), Aribert Reimann, »Musik-Konzepte«, vol. 139, München (text + kritik) 2008.
  • (de) Anselm Weyer: Günter Grass und die Musik (= »Kölner Studien zur Literaturwissenschaft«, vol. 16). Peter Lang, Frankfurt am Main u. a. 2007, (ISBN 978-3-631-55593-4) (Zugleich: Köln, Universität, Dissertation, 2005).
  • (de) Sigrid Wiesmann (éd.), Für und Wider die Literaturoper, »Thurnauer Schriften zum Musiktheater«, vol. 6, Laaber (Laaber) 1982.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier