Ouvrir le menu principal

Archives et Musée de la littérature

Les Archives et Musée de la littérature (AML) sont un centre d’archives agréé par la Communauté française de Belgique, consacré au théâtre et à la littérature belges francophones.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AML.

Archives et Musée de la littérature (AML)
Informations générales
Type Littérature et théâtre belges
Création 1958
Forme juridique Association sans but lucratif
Administrateur-délégué Marc Quaghebeur
Directrice Laurence Boudart
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Bruxelles
Coordonnées 50° 50′ 36″ nord, 4° 21′ 23″ est
Site web www.aml-cfwb.be

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Archives et Musée de la littérature (AML)

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Archives et Musée de la littérature (AML)

Les Archives et Musée de la littérature (AML) sont un centre d’archives agréé par la Communauté française de Belgique, consacré au théâtre et à la littérature belges francophones. Concrètement, cette institution donne accès à d'importants fonds d'archives sur des auteurs et des artistes belges, quelles que soient leurs formes d’expressions (théâtre, poésie, essais, contes, textes narratifs, etc.) ou leurs supports (papiers, photographies, enregistrements sonores, microfilms). Ces ressources sont complétées par des fonds d’archives d’éditeurs belges et par des œuvres d’artistes couvrant le domaine des arts plastiques.

Les AML sont également un important centre de documentation littéraire international au sein duquel se sont développés, par exemple, des fonds d’archives pour l’Afrique centrale (Burundi, Congo, Rwanda) ou l’ancienne Tchécoslovaquie, ainsi qu’une bibliothèque de revues très importante, toujours centrées autour de la thématique de l'écriture.

En outre, les AML sont un centre de recherche sur le patrimoine littéraire, théâtral et éditorial de la Belgique francophone, qui organise des colloques et des séminaires ; participe à des organisations ou à des rencontres internationales ; réalise des expositions, et communique ses travaux via l’édition littéraire ou la production audiovisuelle.

Les collections d’archives et les fonds documentaires sont consultables dans la bibliothèque des AML, située à Bruxelles, et sont diffusées plus largement par le musée de l’institution qui organise, par ailleurs, des expositions artistiques et littéraires temporaires dans ses locaux.

Historique et statut de l'institutionModifier

HistoriqueModifier

Les Archives et Musée de la littérature ont été fondés en 1958 à l’initiative de Joseph Hanse, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et avec la complicité d’Herman Liebaers, créateur de la nouvelle Bibliothèque royale de Belgique, institution fédérale bilingue dans laquelle la jeune institution s’installe dès ses premières heures.

Les AML se sont d’abord fixés comme mission d’inventorier, de cataloguer et de mettre à la disposition du public, des fonds d’archives d’auteurs belges de langue française issus de ces deux institutions « partenaires ». Ont été ainsi traités de volumineux fonds d’archives personnelles d’écrivains belges, tels les fonds d'Émile Verhaeren, Max Elskamp, André Baillon, Henry Van de Velde, Marie Gevers, Albert Mockel, pour ne citer que ceux-là[1].

Dès 1968, le Musée de la parole créé par Paul Hellyn, qui réunissait un nombre considérable de photos et d’enregistrements, est intégré aux AML et forme le noyau de la section audiovisuelle, composée aujourd’hui d’une sonothèque, d’une photothèque et d’une vidéothèque.

En 1979, le Centre international d’études poétiques créé par Fernand Verhesen dans le cadre des Biennales internationales de poésie est, lui aussi, définitivement rattaché à l’institution. Il sert de socle à la section internationale des AML. Il y renforce, en outre, la section Poésie belge.

À partir de 1980, le théâtre qui sommeillait dans les collections (avec des archives de Camille Poupeye ou bien encore Lionel Wiener), devient une section spécifique qui s’attache à conserver et à collecter les données sur le spectacle vivant francophone de Belgique. En 1981 débute ainsi la publication de L’Annuaire du spectacle, se basant sur des fonds de dramaturges issus du symbolisme et de l’expressionnisme (Maurice Maeterlinck, Georges Rodenbach, Michel de Ghelderode, Henry Soumagne, Fernand Crommelynck, etc.), mais aussi sur des fonds de dramaturges contemporains (Michèle Fabien, Jean Louvet, Paul Willems, René Kalisky, etc.), ainsi que sur des fonds d'archives de critiques (Jacques Hislaire, etc.) ou encore sur des archives privées de théâtres et de compagnies. Cette section collabore également avec l’Institut International du Théâtre (IIT) et traite les archives de son Centre belge. Depuis 1992, les AML président le Centre belge de la Société internationale des Bibliothèques et des Musées des arts du spectacle (SIBMAS)[2].

Dès 2006, les AML sont étroitement liés au travail de l’Association européenne d’Études francophones (AEEF). Et depuis 2008, à l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Ils viennent de créer une extension avec une section consacrée au Patrimoine Autobiographique des Archives (APA-AML) en vue d’élargir les collections d’archives autobiographiques inédites de l'institution, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune.

Statut juridique et organisationModifier

Association sans but lucratif (ASBL) subventionnée par le ministère de la Communauté française de Belgique, à travers un contrat-programme.

Le conseil d’administration détermine la politique de l’institution. Un conseil scientifique évalue ses orientations scientifiques.

Les AML regroupent des archivistes et des scientifiques.

Les ressources documentairesModifier

Le centre d'archives et le centre de documentationModifier

Les fonds d'archives des lettres belges

Les archives des lettres belges[3] se déclinent sous plusieurs formes (manuscrits, correspondances, livres, photographies, documents audiovisuels, enregistrements sonores, articles de presse, affiches, œuvres d’art, objets d’écrivain). Elles constituent des fonds de référence sur des auteurs tels Charles Bertin, Madeleine Bourdouxhe, Gaston Compère, Pierre Daye, Louis Delattre, Conrad Detrez, Paul-Aloïse De Bock, Vera Feyder, Jean Gérardy, Robert Goffin, Suzanne Gohy, Franz Hellens, Pierre Houart, Camille Lemonnier, Constant Malva, Marcel Moreau, Paul Nougé, Jean Raine, Raymond Rouleau, Albert Russo, Stanislas-André Steeman, etc. - et sur des fonds d’artistes belges tels que ceux de Claude Haumont, d'André Janssens, de Marcel Mariën ou encore de Jacques Meuris, etc.

Dans ces collections d'archives, se trouvent, par exemple, des lettres illustrées par Félicien Rops adressées notamment à Edmond Picard ; la bibliothèque personnelle de Georges Eekhoud ; des lettres manuscrites et autres documents ou œuvres de Christian Dotremont ; des correspondances, contrats, récits publiés ou inédits de Dominique Rolin ; la presque totalité des manuscrits des œuvres d’Henry Bauchau, les carnets de dessins de Sarah Kaliski ou de Jean-Claude Pirotte, etc.

D’importants fonds d’archives poétiques sont également réunis : Jean de Boschère, Michel Defgnée, Paul Desmeth, Max Elskamp, François Jacqmin, Werner Lambersy, Jacques-André Libioulle, Franz Moreau, Odilon-Jean Périer, etc.

Les AML regroupent par ailleurs des archives de parcours éditoriaux : les éditions Erel, l’éditeur Lebègue, les éditions Les Éperonniers, l’éditeur Jacques Antoine, les éditions Les Lèvres nues, etc.

Les archives audiovisuelles et photographiques (comme celles de Joseph Cayet, Robert Kayaert, Willy Kessels, Georges Thiry ou Marc Trivier) sont complétées par des clichés, de nouvelles captations audiovisuelles et des enregistrements sonores, réalisées par les AML sur des spectacles passés ou contemporains (''Jeudis lire'', La Chaire de poétique de l’Université catholique de Louvain ; les enregistrements du Festival Yambi ; des entretiens sur les auteurs (René Kalisky, Nicole Malinconi, Camille De Taeye, etc.) ; des hommages (Michèle Fabien, René Hainaux, etc.) ; de longues interviews filmés (Joseph Noiret, Jean Louvet, etc.)[4].

Dans les collections du musée, on peut également noter la présence de deux triptyques de San Damon sur le thème, pour l’un, de Bruxelles, et l’autre, de New York, au travers de l’Oniroscopisme dont San Damon est le créateur.

Les fonds d’archives spécifiques

Une des singularités des Archives et Musée de la littérature est de disposer de très riches collections d’archives internationales, souvent dégagées des fonds d’archives d’auteurs[5]. Ainsi, il est possible d’accéder aux littératures latino-américaines[6]. Mais aussi de consulter les littératures européennes de langue latine (Espagne, Portugal, Roumanie, Italie) avec, en outre, un fonds italien très important, passant des poètes classiques italiens (Pétrarque, Dante, etc.) aux auteurs du XXe siècle (Luigi Pirandello, etc.)

Les littératures suisses et québécoises sont également ici bien représentées[7].

En matière de langues non latines, de belles collections de livres russes, roumains, finlandais, tchèques et des ouvrages issus des écrivains du samizdat et de l’exil (avec notamment les archives de la revue Lettre internationale d’Antonin Liehm) sont abritées dans les AML.

À côté de cela, le fonds documentaire d’Afrique Centrale (Burundi, Congo, Rwanda) occupe une place très importante. Ce fonds concerne les écrivains africains francophones issus de ces trois pays, y vivant ou faisant partie de la diaspora. Il est enrichi régulièrement par des fonds comme ceux de Nadine Fettweiss ou de Lomami Tchibamba ou d’Albert Russo par exemple. Il va de pair avec un fonds littéraire belge consacré à l'Afrique centrale, lié aux étapes coloniales et postcoloniales.

Beaucoup d’artistes belges et étrangers présents dans les collections des AML ont permis l’émergence de fonds documentaires qui complètent les fonds d’archives sur ou autour des auteurs et des artistes plasticiens. Il s’agit par exemple de documents liés aux mouvements ou aux revues littéraires : qu’elles soient issues du surréalisme en Belgique, avec des manuscrits, des tracts et des lettres de Paul Nougé, d’Achille Chavée, de Louis Scutenaire pour ne citer que ces exemples, ou encore, des archives issues du groupe Cobra, de la revue Phantomas, etc.

Les archives inattendues

Dans l’ensemble des fonds d'archives, émergent aussi des archives inattendues qui proviennent de rapports entretenus par les Belges avec des écrivains français et étrangers. Ainsi est il possible par exemple, de lire aux Archives et Musée de la Littérature des lettres d’Aldous Huxley ou de Stefan Zweig, de R.M. Rilke, d’Oscar Wilde ou encore de Georgette Leblanc, de Stéphane Mallarmé (avec des lettres à Octave Maus et à Emile Verhaeren), de Victor Hugo (dont celles de l’édition des Misérables et un texte manuscrit autographe), de Georges Bataille ou encore d’André Gide, de Paul Claudel (archives sur la création des Choéphores au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles), Louis-Ferdinand Céline (brouillons autographes et dactylographiés d’une première version de Féerie pour une autre fois), Francis Ponge, Gabriele D'Annunzio, etc.


Le centre de rechercheModifier

Les centres et les universités partenaires

Le travail international s’opère régulièrement avec le concours de Wallonie-Bruxelles International (WBI), de l’AUF, de l’OIF et de l’AEEF, la Sibmas, l'IIT ou l’AFI, ou encore des universités partenaires pour la coorganisation de colloques ou d’expositions hors frontières; pour les fonds de documentation créés par les AML dans des centres spécialisés; pour les recherches (thèses, articles, etc.)

Pour accroître la transversalité de l'étude des Francophonies et pour promouvoir une approche scientifique du corpus littéraire belge, l’institution a en effet développé une politique de partenariat à l’étranger en suscitant la création de centres d’études des lettres belges dans ou avec les Facultés de lettres : l’Université d'Aarhus, l’Université d’Aix-la-Chapelle, l’Université Spiru Haret de Bucarest, l’Université d'Estremadure à Càceres, l’Institut Ben M'Sik de Casablanca, l’Université de Bologne, l’Université de Cluj, l’Université de Coimbra, l’Université pédagogique de Cracovie, l’Université d’Edimbourg, la Cellule littéraire de l’Université de Lubumbashi, l’Université de Mexico, l’Université Orientale de Naples, l’Université Janus Pannonius de Pécs, l’Université de Porto, l’Université Adam Mickiewicz de Poznàn, l’Université de Salerne et l’Université de Varsovie, etc. Des programmes de recherche sont mis en place, incluant toujours une dimension francophone.

Les colloques et les publications

Des colloques auxquels participent les AML, associés aux recherches des scientifiques de l’institution, émergent de nombreuses publications souvent coéditées.

Archives du futur est la première collection des publications des AML (1979/1980). Coéditée chez Labor, puis chez Luc Pire, et enfin à la Renaissance du Livre, cette collection publie aussi bien des correspondances que des textes, des monographies ou des biographies d’auteurs belges, des volumes collectifs, etc.

La collection Documents pour l’histoire des francophonies coéditée chez PIE-Peter Lang, se décline en trois séries : Europe, Afriques, et Théorie des Francophonies. Cette collection tend à mettre à la disposition du chercheur et du public plus large des contributions savantes sur les Francophonies et leurs auteurs.

Des séries liées au travail sur l’Afrique Centrale (Congo-Meuse, Papier Blanc-Encre noire, D’entre les bras du fleuve, etc.) sont publiées chez l'Harmattan ou en interne[8] ou au travail sur la poétique (Le Courrier du CIEP jadis, rebaptisé ensuite Balises et publié chez L’Harmattan, puis chez Didier Devillez).

Des chroniques sont publiées dans chaque numéro de Textyles, à la suite du dépouillement minutieux de fonds[9].

La collaboration des centres internationaux a débouché sur des séries Correspondance, Confluencias, Ecriture.

Les productions propres d’ordre événementiel sont diffusées aux lecteurs (L’œuvre en chantier, 50 ans au service des lettres et du théâtre)[10]

D'autre part, les AML ont publié d'autre part l'Annuaire du Spectacle de la Communauté française de Belgique pour les saisons 1981/1982 à 2004/2005. Annuaires qui constituent un répertoire des spectacles professionnels représentés dans la Communauté française de Belgique et des intervenants vivants en Belgique francophone. Ils ont été remplacés par la Banque de données Aspasia et des publications ponctuelles ou structurelles (Le Monde du Théâtre parait tous les deux ans et certains actes des colloques de la SIBMAS (2002, 2004, 2008).

La diffusion auprès du publicModifier

Les expositions

Des petites expositions, faute de locaux plus grands et appropriés[11], sont régulièrement accessibles dans la salle de lecture des AML. Elles sont destinées à un public non spécialiste et sont basées sur le traitement de plus de dix mille dossiers d’archives. À titre d’exemple, Robert Goffin et le jazz, Simenon et les romans de gare, François Jacqmin, Contes et proverbes d’Afrique centrale, Dominique Rolin et le dessin, Charles Quint : histoires dans les lettres belges, Jean Léo le funambule, Hommage à Otomar Krejča, Nouvelles archives de trois écrivains engagés : Oscar-Paul Gilbert, David Scheinert et Conrad Detrez, Les irréguliers du langage, 100 ans de théâtre en Belgique francophone, 100 ans de littérature francophone en Afrique centrale, Les 100 ans de Michel de Ghelderode, etc.[12]. Elles visent à recentrer un écrivain, un thème littéraire ou à faire découvrir le théâtre belge de langue française, à un large public. Elles sont accessibles dans la bibliothèque des AML et s’exportent aussi dans des organismes culturels.

Le site des AML offre également des notices biographiques, intitulées Coup d’œil sur une archive. Ces dernières visent à informer le public sur un auteur, un artiste, un mouvement ou une époque, en se basant directement sur les fonds d’archives.

Des expositions plus importantes ou de prestige sont par ailleurs installées dans la Bibliothèque royale ou hors des murs des AML. Ainsi en 1997, l'exposition Émile Verhaeren et ses peintres fut installée au musée d’Orsay ; en 2010, par exemple, notons la collaboration avec la bibliothèque Wittockiana, pour réaliser l’exposition Pierre Mertens : autres formes de procès ou encore, celle qui s'est effectuée avec la bibliothèque de la Ville de Tournai, pour l’exposition Dominique Rolin à l'occasion du Prix littéraire remis à Frans De Haes pour son essai Les pas de la voyageuse, Dominique Rolin édité à Bruxelles en 2007.

Les catalogues

Plume, titre donné en hommage à Henri Michaux, et à la littérature en général, est la base de données des collections des AML acquises depuis 1990 et reprend également les archives des partenaires de l’institution.

Les archives antérieures, de 1958 à 1989, sont accessibles via le catalogue imprimé situé dans la salle de lecture de la bibliothèque des AML. Un rétrocatalogage pour combler cette dissémination de l’information s’opère régulièrement.

Aspasia est donc la base de données héritière de l’Annuaire du Spectacle de la Communauté française de Belgique. Depuis, le catalogue de cette base de données s’est enrichi de plusieurs partenariats avec des théâtres et des compagnies qui participent activement à l'encodage de leurs propres archives : Bruxellons !, Comédie Claude Volter, La montagne magique, Le Groupov, Le Skarab, Le Rideau de Bruxelles, Théâtre 140, Le Théâtre de l’Ancre, Théâtre de la Balsamine, Théâtre de la Place des Martyrs, Théâtre de Poche, Théâtre de la Vie, Théâtre du Méridien, Théâtre royal du Parc, Théâtre L’L , Théâtre Le Public, Théâtre Océan Nord, Théâtre royal des Galeries, Théâtre du Sygne, Théâtre & Réconciliation, Théâtre Varia, etc.

Aspasia se décline aussi directement sur les sites de ces théâtres.

Les ressources numériques

À côté des catalogues qui proposent aux lecteurs des documents numériques, les AML participent activement aux chantiers de numérisation menés par la Communauté française de Belgique dans le cadre du plan Pep’s pour préserver les collections photographiques et les archives littéraires les plus menacées, l'Agence universitaire de la Francophonie avec le Projet Africa, le musée Félicien Rops à Namur, l’Université libre de Bruxelles, etc.

SituationModifier

Les AML sont localisés à Bruxelles. Hébergée au troisième étage de la Bibliothèque royale de Belgique, l’ASBL occupe une surface de 714 m2 répartie dans l’ensemble du bâtiment.

Dans la salle de lecture sont exposés La Carte littéraire de Belgique de Paul Delvaux, ainsi que Hommage au théâtre de Maurice Maeterlinck de Fernand Allard l'Olivier. Diverses expositions temporaires mettant en valeur certains fonds d'archives et de grandes figures d'écrivains s'y tiennent régulièrement.

Notes et référencesModifier

  1. R. Demaeseneer, « Les Archives & Musée de la littérature : éclairage sur dix lustres d’existence… », in Le carnet et les instants : entre l’écrit et l’écran, n° 154, Bruxelles, du 1er décembre 2008 au 31 janvier 2009, p. 41-43.
  2. F. De Haes, "Les Archives et Musée de la littérature à la Bibliothèque royale de Bruxelles", accessible en ligne sur : http://www.litterature-lieux.com/multimedia/File/journees/archives-musee-litterature-bruxelles.pdf (consulté en mars 2011)
  3. En 2010, les archives des lettres belges comptent plus de 10 000 dossiers d'archives et près de 15 000 livres.
  4. M. Quaghebeur, A. Piemme, L. Pieropan, F. Van de Kerckhove, 50 ans au service des lettres et du théâtre, Archives et musée de la littérature, Bruxelles, Archives & Musée de la littérature, 2008, p. 17-35.
  5. La bibliothèque internationale de littérature compte, en 2010, plus de 70 000 livres et plus de 4 300 titres de revues en français et en langues étrangères.
  6. En 2010, le fonds documentaire des littératures latino-américaines compte plus de 1 500 titres pour l’Argentine, 495 pour Cuba, 820 pour le Mexique ou encore 650 pour la Colombie.
  7. En 2010, le fonds documentaire des littératures suisses et québécoises compte plus de 2 570 titres issus du Québec et 2 528 titres suisses.
  8. Catalogue accessible sur le site des AML, http://www.aml-cfwb.be/litterature/publications.html (consulté en mars 2011).
  9. Voir les différentes chroniques des AML parues dans Textyles, revue des Lettres belges de langue française, accessible en ligne : http://www.textyles.be/resultat.php?text=archives+et+mus%E9e+de+la+litt%E9rature&submit=Rechercher (consulté en mars 2011)
  10. Livre accessible sur Internet : http://issuu.com/phototypographics/docs/catalogue_50_ans_br?mode=embed&layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fdark%2Flayout.xml&showFlipBtn=true (consulté en mars 2011)
  11. Les AML disposeront d'un espace d'extension dans un nouveau bâtiment situé rue de la Paille à Bruxelles avant l’année 2015.
  12. M. Quaghebeur, V. Jago-Antoine, F. De Haes, A. Ransquin, L’œuvre en chantier : deux siècles de littérature francophone en Belgique, Bruxelles, Archives et Musée de la littérature, 2008.

AnnexesModifier