Architecture brutaliste en Belgique

L'architecture brutaliste apparaît en Belgique en 1960 et se développe tout au long des années 1960 et 1970, en parallèle avec l'architecture fonctionnaliste, dérivée comme elle du modernisme.

Bibliothèque et place des Sciences à Louvain-la-Neuve (André Jacqmain 1970-1975).

DéfinitionModifier

 
La façade méridionale de la Bibliothèque des Sciences à Louvain-la-Neuve.

L'architecture brutaliste est caractérisée par des façades de « béton brut » sans revêtement, dont les surfaces présentent souvent une texture héritée du bois de coffrage[1], le béton « brut de décoffrage »[2],[3],[4] gardant la marque des planches de bois qui ont servi au moulage[5], leurs veinures ainsi que leurs lignes de jointure[6].

HistoriqueModifier

Le style apparaît en Belgique au début des années 1960 avec les premières réalisations de l'architecte flamand Juliaan Lampens (sa maison personnelle en 1960 et la chapelle de pèlerinage Notre-Dame de Kerselare à Audenarde dont le projet a été conçu en 1961).

Il se poursuit ensuite tout au long des années 1960 et 1970 avec la construction de nombreux bâtiments universitaires à Liège (Charles Vandenhove et Claude Strebelle), à Louvain-la-Neuve (André Jacqmain, Charles Vandenhove, Robert Courtois), à Gand (Raoul Brunswyck et Odon Wathelet) et à Bruxelles (bureau Baro, Willy Van Der Meeren)[7].

La construction à partir de 1970 de la cité universitaire de Louvain-la-Neuve pour abriter l'université catholique de Louvain constitue une opportunité de choix pour le style brutaliste qui s'y exprime largement.

Le style brutaliste s'exprime aussi en Belgique à travers des bâtiments publics, comme la bibliothèque d'Eke (Lampens) et la piscine municipale d'Ostende (Paul Felix et Jan Tanghe), ou religieux, comme la chapelle de pèlerinage Notre-Dame de Kerselare (Lampens) et l'église Sainte-Rita de Harelbeke (Léon Stynen).

Architectes brutalistesModifier

Voici la liste des architectes brutalistes belges, classés en fonction du début de leur production brutaliste.
Ne sont mentionnées ici que leurs réalisations brutalistes, à l'exclusion de leurs éventuelles réalisations fonctionnalistes ou postmodernes.

1960 Maison personnelle de Juliaan Lampens[8],[9]
1961-1966 chapelle de pèlerinage Notre-Dame de Kerselare à Audenarde (Kerzelare 98 à Edelare, avec Rutger Langaskens)[10],[7],[11]
1967 Maison Vandenhaute-Kiebooms à Zingem[12],[13]
1970-1974 Maison d'Albert Van Wassenhove, Brakelstraat 50 à Laethem-Saint-Martin[14],[7],[11],[15]
1970 bibliothèque publique d'Eke (Steenweg 88, Eke, Nazareth)[16]
1962-1987 Centre hospitalier universitaire de Liège (CHU de Liège), Avenue de l’Hopital 1 à Liège[7],[17]
1975 Bâtiments Mendel et Boltzman, laboratoires de la Faculté des Sciences Agronomiques de l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve (avec Émile José Fettweis)
1966 : Restaurant universitaire Alma 3 à Louvain
1968 : Restaurant universitaire du campus du Sart-Tilman, Université de Liège[17],[18]
1970-1975 Ancienne bibliothèque des Sciences et place des Sciences à Louvain-la-Neuve[7],[19]
  • 1969 Paul Felix et Jan Tanghe
1969-1978 Piscine municipale d'Ostende, avenue Reine Astrid 1 à Ostende[7]
1967-1976 Laboratoires de la faculté de Médecine de l'UCLouvain et hôpital Saint-Luc, Woluwe-Saint-Lambert[20],[21]
1970-1972 : Cyclotron de Louvain-la-Neuve
  • 1974 Robert Courtois
1974 Bâtiments Carnoy, laboratoires de la faculté des Sciences de l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve (avec Jean Wynen, Alexandre de Haes et Marc Van Raemdonck)
 
Église Saint-François d'Assise (Louvain-la-Neuve).
1975-1983 église Saint-François d'Assise, à Louvain-la-Neuve[22],[23],[24]
1977 collège Érasme à Louvain-la-Neuve[24], place Blaise Pascal
  • 1976 Raoul Brunswyck et Odon Wathelet
1976 Faculté des Sciences économiques de l'Université de Gand, rue des Deux-Églises 2 à Gand[7]
  • 1977 Bureau Baro (Gand)
1977 Aula Q, campus de la VUB, boulevard de la Plaine 2 à Etterbeek (Bruxelles)[7]
 
La tour d'escalier.
  • 1979 Jean Potvin
Théâtre Jean Vilar, salle principale de l'Atelier Théâtre Jean Vilar à Louvain-la-Neuve
  • Léon Stynen
Église Sainte-Rita de Harelbeke, Julius Sabbestraat 43 à Harelbeke[7]
  • Alfons Hoppenbrouwers
Centre culturel Westrand à Dilbeek[7]
Complexe d'appartements Arena, avenue Frank Craeybeckx à Deurne[7],[18]
  • Willy Van Der Meeren
Logements pour étudiants du campus de la VUB, boulevard de la Plaine 2 à Etterbeek (Bruxelles), ensemble de 352 chambres d'étudiants en béton préfabriqué[7]
Siège de la banque ING, Cours Saint-Michel 40 à Etterbeek (Bruxelles)[7]

Peintures muralesModifier

Les surfaces de béton qui caractérisent l'architecture brutaliste constituent un support idéal pour des peintures murales, comme à Louvain-la-Neuve où elles fleurissent.

On trouve en effet dans la cité universitaire de nombreuses peintures comme Les Baleines publiques de Frank Pé et Bom, C'est la vie et Petite histoire d'une grande Université de Claude Rahir, Largo Winch de Philippe Francq et Jean Van Hamme, Qu'est-ce qu'un intellectuel ? de Roger Somville, Tendre Violette de Jean-Claude Servais, La Tour infinie de François Schuiten, sans oublier le portrait de Jean Vilar qui orne le Théâtre Jean Vilar ou les peintures d'Olivier Gratia qui agrémentent le tunnel souterrain qui permet l'accès piétonnier au site du Cyclotron.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Homify : Exemples d'architecture brutaliste
  2. D.F., « L'harmonie du béton brut », L'Est Républicain,
  3. Maison d'architecte : architecture en Belgique
  4. Augustin Manaranche, « Brutalisme – Béton brut », Index Grafik,
  5. Sous l'influence du brutalisme
  6. Danièle Pauly, Le Corbusier: the Chapel at Ronchamp, Birkhäuser, 1997, p. 102.
  7. a b c d e f g h i j k l m et n (en) 13 belgian brutalist gems
  8. (nl) Erfgoedbank Leie-Schelde : De woning van architect Lampens (Banque du patrimoine Lys-Escaut : la maison de l'architecte Lampens)
  9. (nl) La maison Lampens sur le site de l'Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande (Inventaris Onroerend Erfgoed)
  10. (nl) La chapelle Notre-Dame de Kerselare sur le site de l'Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande (Inventaris Onroerend Erfgoed)
  11. a et b Langs de Leie (le long de la Lys) : la Maison Van Wassenhove, architecte Juliaan Lampens
  12. (nl) Biographie de Juliaan Lampens sur le site de l'Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande (Inventaris Onroerend Erfgoed)
  13. (en) Angelique Campens, « Juliaan Lampens : A fundamentalist vision of living a shift of perception: harsh spaces inspired by raw concrete bunkers become harmonious, classical private places », Domus,
  14. (nl) La maison Van Wassenhove sur le site de l'Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande (Inventaris Onroerend Erfgoed)
  15. Thijs Demeulemeester, « La maison Van Wassenhove de Juliaan Lampens devient un B&B », L'Echo,
  16. (nl) Erfgoedbank Leie-Schelde : de bibliotheek van Eke (Banque du patrimoine Lys-Escaut : la bibliothèque d'Eke)
  17. a b et c Pierre Frankignoulle, « Ville et université : l’expérience liégeoise », Dérivations pour le débat urbain,
  18. a et b Geert Bekaert, « Béton séduisant », Fédération de l'industrie cimentière belge (Febelcem),
  19. Guy Duplat, « Bienvenue au Musée L, futur plus grand musée universitaire de Belgique », La Libre,
  20. Brussels Architecture, site créé par Architects in Brussels, fédération des associations professionnelles d'architectes et urbanistes actives en Région de Bruxelles Capitale
  21. Georges Binder, Montois partners, selected and current works, The master architect series IV, Images Publishing, Victoria, Australie, 2001, p.98-109 et p.120-122
  22. Pierre Granier, « Jean Cosse, architecte du spirituel », Cathobel,
  23. Philippe Selke, « In memoriam : Jean Cosse et Jan Vyvey », Architectura.be,
  24. a et b Roland Matthu, « In Memoriam: Jean Cosse (1931-2016) », A+ Architecture in Belgium,