Arc diaphragme

Arcs diaphragmes dans le dortoir du monastère de Santes Creus (Catalogne).

Un arc diaphragme est un arc qui porte un muret de refend dont les deux faces sont visibles. Il peut soutenir une voûte aussi bien qu'un plafond ou une charpente ou séparer deux parties d'un édifice. Il est en plein cintre ou brisé[1]. Les arcs diaphragmes sont transversaux pour la plupart comme les arcs-doubleaux. Ceux qui reposent sur des piliers ou des colonnes engagées dans les murs portent la section de mur diaphragme au-dessus de l'arc. Par contre, ceux dont le départ se fait en hauteur à partir de supports engagés dans les murs longitudinaux du vaisseau[2] portent en grande partie la section de mur de chaque côté de la courbe de l'arc.

L'arc diaphragme est connu depuis l'Antiquité. Son usage est répandu dans l'empire nabatéen avant l'ère chrétienne et à l'époque parthe au 2 apr. J.-C., chez les Omeyyades au VIIIe siècle puis chez les Romains[3]. Il réapparaît à l'époque carolingienne[4] et dans les églises ottoniennes puis romanes, particulièrement en Normandie[5] et en Auvergne. Il est caractéristique de l'architecture catalane en soutien de charpente apparente depuis la fin du XIIe siècle[2] Il est présent sous la même forme dans le sud de la France au XIIIe siècle[6] et s'y répand communément vers le XVIe siècle dans les édifices civils aussi bien que religieux[1].

Fonctions de l'arc diaphragmeModifier

Porteur de charpenteModifier

Le système arcs diaphragmes sous charpente était déjà utilisé en Syrie au IIe siècle. Le rôle de l'arc diaphragme consiste à soutenir les fermes ou directement les pannes de la charpente en permettant de répartir le poids des poussées vers les murs ou les contreforts[1].

  • En Catalogne, il apparaît au XIe siècle dans les petites églises romanes et s'applique très ordinairement aux bâtiments utilitaires du XIIe siècle et par la suite aux églises gothiques des XIVe siècle et XVe siècle, devenant ainsi une caractéristique marquante de l'architecture catalane[7],[8].
  • Au Portugal, le système existe aussi depuis le XIIe siècle près de la frontière espagnole mais aussi dans le sud du pays et a certainement été utilisé bien plus largement encore[9].
  • En France, le système existe au moins depuis le XIIIe siècle en Ardèche[10] se généralisant dans le sud au XIVe siècle pour les bâtiments religieux inaugurant ainsi le style gothique régional[11] et au XVIe siècle en Aveyron dans les bâtiments agricoles[1].
  • En Italie, aux XIIIe e et XIVe siècles, les charpentes soutenues par des arcs diaphragmes font leur apparition dans les bâtiments conventuels de Fossanova et Casamari dans le Latium et dans de nombreuses églises en Ombrie, ainsi que dans des grands édifices civils comme le Palazzo del Capitano à Orvieto mais on en retrouve dans tout le nord et le centre d'Italie[12].

Dans les églises les plus anciennes et de proportions modestes, les arcs prennent appui sur le sol[13] accompagnés de part et d'autre d'une large portion de mur diaphragme qui leur donne un aspect très rustique. On retrouve ce cas de figure dans l'architecture vernaculaire en Catalogne mais aussi dans le sud de la France jusqu'au XIXe siècle[1].

Les arcs diaphragmes sont transversaux pour la plupart. Mais ils peuvent aussi être rayonnants, c'est-à-dire qu'ils se croisent au milieu de la surface recouverte, on les appelle alors des « ogives diaphragmes[1],[14] ».

Coupe-feuModifier

Selon Auguste Choisy, l'arc diaphragme peut jouer un rôle de coupe-feu dans les édifices non voûtés, c'est-à-dire qui ne sont pas couverts d'une voûte de pierre[15]. Lorsque les arcs ne pénètrent pas dans le comble, n'ayant aucun lien avec la charpente comme à l'église abbatiale Notre-Dame de Jumièges, ils ne pouvaient pas limiter un incendie mais servaient à conforter la solidité des murs longitudinaux[16].

Arc diaphragme dans une voûte plate dalléeModifier

Les voûtes plates dallées sont en pierre. Les dalles sont posées sur des nervures, qu'elles soient arcs doubleaux,ogives ou tiercerons, mais toujours munies d'un pan de mur diaphragme. Le rôle des arcs diaphragmes parallèles ou rayonnants consiste à faire la connexion entre le tracé courbe de l'arc et celui horizontal des dalles.

  • Les voûtes plates dallées à « arcs diaphragmes parallèles » abritent de petits espaces carrés ou rectangulaires : porche ou chapelle d'une église, paliers d'escalier comme celui de l'hôtel d'Escoville à Caen, couloir avec mention particulière pour les galeries de la première moitié du XVIe siècle comme celles de Dampierre-sur-Boutonne avec, dans la galerie supérieure, ses caissons sculptés de symboles alchimiques. Au château de La Rochefoucauld, chaque arc diaphragme fait suite à un pilier de la galerie. Ces voûtes peuvent imiter des plafonds à caissons en bois[17].
  • Les voûtes plates dallées à « arcs diaphragmes rayonnants », aussi appelés « ogives diaphragmes », se rencontrent majoritairement dans les églises normandes de la fin du XVe et du XVIe siècle. Les arcs sont pleins comme à la chapelle basse du château de Gaillon ou ajourés comme ceux des trois chapelles du chevet de l'église de la Ferté-Bernard[18],[19]

Arc triomphalModifier

L'arc triomphal est un élément qui apparaît à l'époque carolingienne. Il sépare le chœur de la nef ou du transept. Souvent surmonté par un mur diaphragme[20],[N 1] comme à l'Église Saint-Étienne de Vignory[21], il comporte un ou plusieurs rouleaux portés par des piliers ou des colonnes et se démarque des autres arcs, s'il y en a plusieurs, par son décor de sculptures ou de peintures représentant des scènes de la Bible ou de la vie du Christ. Sa fonction de mise en valeur de l'espace ecclésial n'éclipse pas son rôle dans le soutien et le contrôle de la poussée des murs. La portion de mur diaphragme s'amoindrit et tend à disparaître au fur et à mesure que les voûtes remplacent les plafonds[22].

Mais les églises de campagne qui ont conservé des plafonds de bois ont gardé aussi ces arcs qui, tout en rehaussant le prestige du chœur, servent aussi de coupe-feu ou de renforcement des murs gouttereaux[6]

Délimitation d'une croisée de transeptModifier

Au XIe siècle, l'église Saint-Michel de Hildescheim en Allemagne offre un bel exemple d'arcs diaphragmes de l'architecture ottonienne aussi bien en croisée de transept que dans les tribunes[23]. De nombreuses églises normandes, héritières de la même tradition[24] sont équipées de tours-lanternes soutenues par quatre arcs diaphragmes[25]. Certaines d'entre elles ont conservé les quatre arcs comme les églises de Bernay et Norrey-en-Auge. D'autres les ont perdus au fil des transformations. Celle de la Trinité de Caen en a conservé deux[26]. On remarque quelques églises qui ont encore, ou ont perdu, leurs arcs diaphragmes en croisée de transept en Bretagne, à Hillion[27], dans quelques édifices du Finistère[28], également en Alsace à Eschau[29].

En Auvergne, dans les églises majeures et de nombreuses autres églises, la croisée du transept est délimitée par de puissants arcs diaphragmes percés en hauteur de deux ou trois baies à claire-voie comme dans la tradition carolingienne. Mais les tours lanternes carolingiennes sont remplacées par des voûtes en coupole surmontées pour les églises majeures de tours octogonales[30].

Soutien de voûtes en berceauModifier

À l'époque carolingienne, l'arc diaphragme a été utilisé pour séparer et soutenir des berceaux transversaux[31] dans les tribunes de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle[32], puis à la fin du XIe siècle dans les cinq travées de la nef centrale de l'abbaye Saint-Philibert de Tournus alors que deux des travées des bas-côtés de l'étage supérieur du narthex sont eux aussi nantis de demi-berceaux séparés par des arcs diaphragmes. L'usage de cette technique, adoptée à nouveau au XIIe siècle dans la petite église de Mont-Saint-Vincent située également en Bourgogne, ainsi que dans la travée porche de l'église de Palogneux dans la Loire, reste confidentielle[33],[34]

Arc diaphragme dans une voûte faussement sexpartiteModifier

La voûte ne comprend que quatre voûtains mais l'arc diaphragme transversal qui s'ajoute aux deux ogives donne l'illusion d'une voûte sexpartite[35]. Cet arc diaphragme repose sur des piliers ou des colonnes qui partent de fond, c'est-à-dire du sol mais il a le même aspect que les arcs diaphragmes supporteurs de charpente ou de voûte plate, car il porte la majeure partie du mur diaphragme sur les côtés. Cette technique de voûtement au début du XIIe siècle n'a été qu'un essai rapidement abandonné. Il n'en existe plus que trois exemples en Normandie à l'église de La Trinité, à l'église de Bernières[35] et au prieuré de Saint-Gabriel-Brécy[36]. L'église Saint-Samson de Ouistreham était couverte d'une voûte semblable mais l'architecte qui a restauré l'église au XIXe siècle l'a remplacée par une vraie voûte sexpartite[37].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. On peut confondre cet arc diaphragme avec un arc inclus dans un mur diaphragme formant un ensemble beaucoup plus massif.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f [PDF] « Arc diaphragme », www.caue-mp.fr (consulté le 1er mai 2019).
  2. a et b Sandron 1999, p. 218.
  3. (en) Ignacio Arce, « Proceedings of the First International Congress on Construction History », Umayyad Arches, Vaults & Domes: Merging and Re-creation. Contributions to Early Islamic Construction History, Madrid, S. Huerta, (consulté le 16 mars 2018), p. 225-227.
  4. Phalip 2002, p. 25.
  5. Baylé tome 1, p. 19.
  6. a et b Epaud 2007, p. 140.
  7. Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Le Seuil, , 668 p. (ISBN 978-2-02-100834-0 et 9782021008340).
  8. Georges Gaillard, « L'architecture gothique catalane », Bulletin hispanique, sur www.persee.fr (consulté le 24 avril 2018), p. 262-263.
  9. (en) João Sarrazola, António Gago, João Caldas, « Roof and Ceiling wood structures in Portuguese churches from the fifteenth to the seventeenth century: constructive characterization and comparison with the Spanish structures », SAHC, 8th International Conference on Structural Analysis of Historical Construction, sur www.academia.edu, (consulté le 25 juillet 2018).
  10. Epaud 2007, p. 206.
  11. « Images oubliées du Moyen Âge, les plafonds peints du Languedoc-Roussillon » [PDF], sur rcppm.org (consulté le 1er mai 2019), p. 38.
  12. (en) John White, Art and Architecture in Italy 1250-1400, vol. 47, New Haven, Yale University Press, coll. « Pelican History of Art », , 684 p. (ISBN 978-0-300-05585-6 et 9780300055856, notice BnF no FRBNF41465598), p. 61, 256-257.
  13. Sandron 1999.
  14. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture : description et vocabulaire méthodiques, Paris, Éditions du Patrimoine, , 665 p. (ISBN 978-2-7577-0124-9, notice BnF no FRBNF42510888), p. 276-325.
  15. Auguste Choisy, Histoire de l'architecture, t. 2, (lire en ligne), p. 153-154.
  16. Epaud 2007, p. 140.
  17. Bardati 2012, p. 274-275.
  18. Bardati 2012, p. 275-278.
  19. Maylis Baylé, Aspects du monachisme en Normandie : Actes du Colloque scientifique de l'Année des abbayes normandes, Caen, 18-20 octobre 1979. IVe-XVIIIe siècles, Vrin, , 186 p. (ISBN 978-2-7116-2034-0), p. 157.
  20. Louis Grodecki, L'Architecture ottonienne. Au seuil de l'art roman, Armand Colin, , 342 p., p. 52.
  21. Héliot 1963, p. 120.
  22. Roux 2010, p. 151, 161-162.
  23. Baylé tome 1, p. 45.
  24. Astrid Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l'Avre : de la fondation de la Normandie à sa réunion au domaine royal (911-1204), Publication Univ. Rouen Havre, , p. 251.
  25. Héliot 1963, p. 113-114.
  26. Maylis Baylé, La Trinité de Caen, sa place dans l’histoire de l’architecture et du décor romans, Droz, , p. 45, 54-55.
  27. « Hillion, église paroissiale Saint-Jean-Baptiste », sallevirtuelle.cotesdarmor.fr (consulté le 1er mai 2019).
  28. René Couffon, « L'église de Plourach », Bulletin monumental, sur Persée, (consulté le 22 mai 2018).
  29. R. Will, Alsace romane, La Pierre qui Vire, coll. « Zodiaque », , p. 69.
  30. Dominique de Larouzière-Montlosier, L'Invention romane en Auvergne. De la poutre à la voûte (fin Xe-XIe siècle), Nonette, Éditions Créer, , 356 p. (ISBN 978-2-909797-86-1 et 9782909797861, notice BnF no FRBNF39038482).
  31. Phalip 2002, p. note 27.
  32. (en) Colum Hourihane, The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, vol. 1, Oxford (GB), OUP USA, , 677 p. (ISBN 978-0-19-539536-5 et 9780195395365, notice BnF no FRBNF45292287), p. 3.
  33. Jacques Henriet, « Saint-Philibert de Tournus. L'œuvre du second maître, la galilée et la nef », Bulletin monumental sur Persée,‎ , p. 103, 107, 151-152 (lire en ligne, consulté le 8 avril 2018).
  34. Baron Verhaegen, « L'église de Palogneux (Loire) », Bulletin monumental, sur Persée, (consulté le 27 avril 2018), p. 27-30.
  35. a et b Baylé tome 2, p. 54.
  36. Baylé tome2, p. 84.
  37. Baylé tome 2, p. 78.

BibliographieModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :