Ouvrir le menu principal

L’arbitraire (adjectif ou nom) est ce qui n'est pas motivé par une (bonne) raison : au sens moral ce qui n'est pas juste ou bon, social ou bon pour le monde (l'arbitraire du pouvoir). Au sens factuel ou logique ce qui n'est pas rationnel, justifié par l'empirisme ou la raison.

Sommaire

ÉtymologieModifier

Nom formé à partir du verbe latin arbitror, arbitrari qui signifie "juger, penser, croire".

L'arbitraire en politique et en droitModifier

L'arbitraire est l'application de la subjectivité d'une personne détenant du pouvoir aux dépens d'une autre qui en est démunie. C'est le pouvoir autoritaire dans son application.

L'arbitraire est la mise en pratique de l'absolutisme, de l'injustice ou de la tyrannie.

La chasse au faciès procède de l'arbitraire. De même, une décision de justice pénale prononcée «pour l'exemple» relève de l'arbitraire car son auteur ne s'en tient pas strictement aux règles du droit, se laissant influencer par une circonstance passagère ou extérieure aux faits.

L'arbitraire du signeModifier

Selon Ferdinand de Saussure, le signe linguistique est arbitraire, c'est-à-dire qu'il n'existe aucun rapport naturel entre le signifié (le concept) et le signifiant (l'image acoustique), en d'autres termes entre le sens et sa réalisation visuelle et acoustique (le mot). Cet arbitraire du signe explique que, pour désigner un même concept (par exemple "chat"), il soit possible d'utiliser différentes réalisations graphiques et phoniques, telles que chat∕[cha] en français, 猫/[neko] en japonais, kucing/[kutching] en malais, et cætera.

La question de l'arbitraire des signes est un thème qui fait l'objet de discussions importantes en sémiotique et spécialement en sémiotique visuelle. Des théoriciens comme Umberto Eco et le Groupe µ ont largement contribué à ces discussions.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :