Ouvrir le menu principal

Apolline Traoré

cinéaste burkinabé
Apolline Traoré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Apolline Traoré, née en 1976, est une cinéaste burkinabé.

BiographieModifier

Elle est née en 1976 à Ouagadougou d'un père diplomate. La profession de son père lui fait parcourir le monde. À 17 ans, la famille s'installe aux États-Unis et elle fait des études à l'Emerson College de Boston, un établissement réputé dans les domaine de l'art et de la communication[1],[2].

Elle réalise plusieurs courts métrages dans les années 2000, notamment The Price of Ignorance (Le Prix de l’ignorance) en 2000, (sur la victime d’un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous, film sélectionné pour le festival international du film de Toronto 2004. Elle produit son premier long-métrage en 2004 : Sous la clarté de la lune[1].

Elle rentre au Burkina Faso en 2005, et travaille avec Idrissa Ouedraogo[2]. En 2008, elle réalise une série télévisée, Le Testament. Mais les longs métrages qui la font connaître sont Moi Zaphira en 2013[3], puis Frontières en 2018, un film récompensé par deux prix en au Fespaco, le festival de cinéma de Ouagadougou[2],[4].

FilmographieModifier

Courts métragesModifier

  • 2000 : Le Prix de l’ignorance
  • 2003 : Kounandi

Séries télésModifier

  • 2008 : Le Testament
  • 2005 : Monia et Rama

Longs métragesModifier

  • 2004 : Sous la clarté de la lune.
  • 2013 : Moi Zaphira
  • 2018 : Frontières
  • 2019 : Desrances

RéférencesModifier

  1. a et b Jean-François Brière, Dictionnaire des cinéastes africains de long métrage, Éditions Karthala, (lire en ligne), « Les cinéastes. Traoré, Apolline », p. 121
  2. a b et c Maria Malaguardis, « Quatuor complice aux "Frontières" », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. Siegfried Forster, « «"Moi Zaphira", Bravo Apolline Traoré ! », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  4. Thomas Sotinel, « « Frontières » : mélodrame et libre circulation des biens », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier