Apocalypse de 1313
Apocalypse de 1313 - f1v.jpg
Première page du manuscrit, le martyre de saint Jean, f.1v
Artiste
Colin Chadewe
Date
1313
Technique
enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L)
22 × 15,5 cm
Format
167 folios reliés
Collection
N° d’inventaire
Français 13096
Localisation

L'Apocalypse dite de 1313 est un manuscrit de l'Apocalypse de Jean enluminé, daté de 1313, conservé à Bibliothèque nationale de France (Français 13096). Le manuscrit contient 162 miniatures, l'un des cycles d'illustrations les plus importants et les plus originaux pour un manuscrit de l'apocalypse.

HistoriqueModifier

Le manuscrit contient de manière exceptionnelle pour l'époque un colophon. Celui-ci indique : « L'an de l'Incarnation M.CCC. et XIII, le semedi après le sain Donis fut parfais cis Apokapse. Colins Chadewe l'ordinat et l'enluminat. ». L'ouvrage a ainsi été achevé en par un enlumineur du nom de Colin Chadewe ou Chadelve, un peintre mosan actif à Liège à l'époque[1],[2]. Il s'agit de l'un des plus anciens manuscrits signés exécutés par un laïc[3].

Le manuscrit pourrait avoir été réalisé pour Isabelle de France, fille de Philippe le Bel et épouse d'Édouard II d'Angleterre. Une apocalypse est en effet mentionnée dans son inventaire après-décès en 1358. En 1313, la reine consort d'Angleterre effectue un séjour à Paris avec son époux, qui pourrait avoir été l'occasion de la commande de l'ouvrage[4].

Le manuscrit est conservé au XVe siècle dans la bibliothèque de Philippe le Bon.

DescriptionModifier

Le manuscrit est rédigé en français, avec le texte de l'apocalypse (f. 1 à 87) suivi d'une compilation de commentaires du texte peut-être d'origine franciscaine (f. 87v-166)[4].

Les miniatures, très nombreuses (162), insistent particulièrement, et ce pour une des premières fois, sur la représentation de l'Enfer. Plusieurs images sont consacrées au supplice des différents métiers de l'artisanat, chacun étant supplicié avec les outils traditionnel de son activité[2].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Samuel Berger, La Bible française au Moyen Âge : étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’oil, Genève, Slatkine Reprints, 1967 (1re éd. Paris, 1884), p. 354-355 [lire en ligne]
  • Marie-Thérèse Gousset et Marianne Besseyre, L’Apocalypse en Français [Fac-similé et commentaires], Madrid, éd. Moleiro, 2008, 334+296 p., (ISBN 978-84-96400-20-7) [présentation en ligne]
  • Suzanne Lewis, « The Apocalypse of Isabella of France: Paris, Bibl. Nat. MS Fr. 13096 », Art Bulletin, vol. 72, no 2,‎ , p. 224-260 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Notice BNF
  2. a et b Vidéo INP
  3. Jean Porcher. « Maître Jean d'Amiens, enlumineur (1316) », Bibliothèque de l'école des chartes 104 (1943), p. 258-260.
  4. a et b Lewis