Antonio Rotta

peintre italien

Antonio Rotta, né le à Goritz et mort le 10 ou à Venise, est un peintre italien, principalement de scènes de genre comme Caravaggio[1].

Antonio Rotta
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
VeniseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Lieu de travail
Mouvements
Existential realism (d), réalisme, scène de genre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Influencé par
Eugenio Bosa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Silvio Giulio Rotta (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Distinctions

BiographieModifier

Antonio Rotta est né le à Gorizia[2].

Rotta a étudié à l’Académie des beaux-arts de Venise sous Ludovico Lipparini. Ses premières peintures de genre de scènes vénitiennes ont été suivies par un certain nombre de peintures religieuses et d'histoire, parmi lesquelles Titien instruisant Irene di Spilimbergo. Il est revenu à la peinture de genre, et a produit beaucoup de scènes de la vie vénitienne, comportant souvent des enfants, dont l'un des plus connus est le Cordonnier.

À l'occasion de sa Biennale de 1932 et avec l'approbation de la commission artistique composée d'Italico Ottone, d'Elio Zorzi et de Domenico Varagnolo, la ville de Venise souhaite exposer dans une section dédiée avec une mention spéciale, les œuvres posthumes d'Antonio Rotta[3], pour célébrer les trente ans de la Biennale de Venise, avec l'intention de commémorer le caractère intime de la peinture vénitienne de la fin du XIXe siècle, considérée comme un moment très important de l'histoire de l'art à travers le monde.[4]

Beaucoup de ses œuvres ont été vendues à l'étranger. En 1891, il a exposé à Berlin.

Rotta était marié à une fille de Lattanzio Querena. Ils ont eu un fils, le peintre Silvio Giulio Rotta[2].

Il est mort le à Venise[2].

Rotta est présent dans les collections de nombreuses familles royales et de la haute noblesse du monde, dont celle du roi d'Italie Victor-Emmanuel III, et de l'empereur du Mexique Ferdinando Massimiliano de Habsbourg qui en 1857 acheta l'œuvre Festa di Santa Marta.

StyleModifier

Son langage pictural très essentiel est modulé par la couleur toujours vive jouée sur les cordes des émotions et des affections, réussissant à créer des images pleines de tendresse et de simplicité.

Antonio Rotta va chercher ses sujets dans les gens, dans les gens les plus bas, et détache les tableaux les plus marquants avec le pinceau de la vérité et de l'inspiration. Il nous emmène dans une taverne, où les hommes gaspillent peu de revenus et boivent leur cerveau avec du vin ; tandis que d'un autre côté nous voyons leur famille dans la plus triste pauvreté. (M. Buono, 1871)

Rotta était l'un des peintres les plus chers de son époque, au cours de laquelle de nombreuses collections primaires avides n'ont pas pu acheter les œuvres en raison de prix excessifs, tandis qu'en 1964, l'un de ses tableaux était évalué à 1.500.000 lires.[5]

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Rotta, Antonio in "Enciclopedia Italiana" », sur treccani.it (consulté le ).
  2. a b et c (en) « Antonio Rotta », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  3. (it) XVIIIa Esposizione Biennale internazionale d’arte 1932. Catalogo, Venezia 19322, p. 46, nos 68-68a.
  4. Rotta, Antonio, Treccani, di Stefano Franzo - Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 88 (2017), Stefano Franzo.
  5. Catalogo Bolaffi della pittura italiana dell'Ottocento, Bolaffi aste, pp. 396,Milano

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :