Antonio Montes

torero espagnol

Antonio Montes Vico, né à Séville (Espagne) le , mort à Mexico (Mexique) le , était un matador espagnol.

Antonio Montes
La fiesta nacional-antonio montes.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 30 ans)
MexicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

PrésentationModifier

Il se présente à Madrid le , combattant en solitaire quatre novillos du duc de Veragua. Il prend l’alternative à Séville le avec comme parrain Antonio Fuentes, face à des taureaux de la ganadería d'Otaolaurruchi ; il la confirme à Madrid le avec comme parrain « Lagartijillo » et comme témoin Emilio Torres « Bombita ».

Nombre de ses contemporains le considéraient comme l’un des plus grands de son époque, bien qu’il ait été largement décrié par d’autres. En fait, il avait une très grande connaissance du taureau et déterminait très vite si son adversaire permettait le succès. Dans la négative, il renonçait à briller et se contentait d’estoquer le taureau sans peine ni gloire. Mais dans l’affirmative, il montrait tout son talent et enthousiasmait ses partisans. D’une certaine manière, il peut être considéré comme un précurseur de Juan Belmonte : il laissait venir à lui le taureau, puis « chargeait la suerte » pieds rivés au sol, donnant ainsi un grand relief à ses passes, tant au capote qu’à la muleta. Mais il était très irrégulier, ne réussissant cette « faena idéale » que de manière épisodique.

Le , dans les arènes de Mexico, il fut gravement blessé lors de l’estocade par le taureau « Matajacas » de la ganadería de Tepeyahualco. Il mourut le 17 du même mois.

Son cadavre fut déposé dans le Panthéon Espagnol de Mexico, en attente de son transfert vers l’Espagne. Mais un incendie se déclara et ce sont donc des cendres qui furent transférées à Séville.

Voir aussiModifier