Antonio Carracci

peintre français
Antonio Carracci
Antonio Carracci - Rape of Europa.jpg
L'enlèvement d'Europe
Naissance
Décès
Activité
Maîtres
Lieu de travail
Mouvement
Père
Parentèle

Antonio Marziale Carracci, en français Antoine Carrache, (Venise, v. 1583 - Rome, 8 avril 1618[1]), est un peintre italien, le fils naturel d'Agostino Carracci, peintre réputé lui aussi de la famille d'artistes italiens des Carracci, et élève de ce dernier et de son oncle Annibale Carracci.

BiographieModifier

 
Antonio Carracci: Leto, en compagnie de ses enfants Apollon et Diane, transforme les paysans Lyciens en grenouilles. Whitfield Fine Art, Londres.

Antonio Carrache est né dans la paroisse de Sta Lucia à Venise, probablement en 1583, le produit d'une liaison avec une courtisane appelée Isabella, survenue lors de la première visite de son père à Venise[2]. Giovanni Battista Agucchi, ami et protégé du cardinal Édouard Farnèse, nous dit dans une lettre de 1609[3] qu'il fut élevé avec Sisto Badalocchio et un proche contemporain de Domenichino et de Giovanni Lanfranco. Il a d'abord fait son apprentissage avec son père, comme le notent les principaux biographes d'artistes baroques de son temps, Baglione, Bellori et Malvasia. Malvasia remarque que son père admirait une «Vierge à l’enfant» qu'il acheva à l’âge de dix-sept ans. Le portrait d'un garçon peint par Annibale dans les années 1590[4] ressemble grandement à celui de la gravure sur bois de Malvasia de 1678, «Felsina Pittrice», pour lesquels il pourrait avoir servi de modèle. Il pourrait également être le garçon du portrait de groupe de la Brera, qui inclut également le portrait du père d'Annibale, le grand-père d'Antonio, Mastro Antonio.

À la mort de son père en 1602, Antonio s'installe à Rome pour travailler sous son oncle Annibale avec lequel il développe une profonde affection. Il a probablement travaillé sur les fresques de la galerie Farnèse, sur les lunettes de la chapelle du Palazzo Aldobrandini et probablement dans la chapelle Herrera (située au sein de l'église Santa Maria in Monserrato degli Spagnoli). Après le décès de son oncle, il a reçu des commandes à Rome du cardinal Tonti et du cardinal Peretti-Montalto, y compris la Stanza del Diluvio dans le palais du Quirinal, et de grands retables comme la «Madone à l'enfant avec des saints» de Berlin et la «Nativité» du palais Corsini.

La confiance en soi des lettres qu'il a écrites au cardinal Farnèse et au vieux protecteur de son père, le cardinal Spinola, après la mort de son oncle, suggère qu'elles ont été écrites par Agucchi, qui dans sa lettre un peu plus tardive (12 septembre 1609) à Dulcini sur Antonio, parle d'une carrière déjà bien commencée. Malvasia cite mal cette lettre et la copie comme suit : «[Le travail d’Antonio] semble celui d’un débutant», le message dit en fait le contraire «il suo fare non pare da principiante/son comportement ne semble pas être un débutant». Il n'est pas étonnant de voir qu'Antonio parle des engagements qu'il a déjà, pour sous-entendre qu'il a suffisamment appris tanto da tirarmi avanti da me stesso/assez pour prendre de l'avance sur moi, et qu'il se considère comme le maintien de l'école Carracci à Bologne, dans l'idée de tourner son studio au service de la famille Farnèse 'à essa scuola, procureuro che s'avanzino in essa per dovere indirizzare l'opera l'oro al servizio di VS Ill.ma.../à l'école, je m'assure qu'ils y avancent pour avoir à diriger le travail de l'or au service de VS Ill.ma... »

 
Antonio Carracci: Paysage avec baigneurs, Palais Pitti, Florence.

Antonio a hérité du studio en dépit des revendications du frère survivant d’Annibale, Giovanni Antonio, qui contesta l’héritage en mettant en doute la paternité de son neveu[5]. Malgré des commissions gagnées, celles du cardinal Pietro Aldobrandini, principal mécène après les Farnèse, avaient déclinées après la mort de l'oncle du cardinal Clément VIII en 1605. Cela coïncide également avec l'apparition de la maladie invalidante d'Annibale. Avec l'ascension du pape Borghese, Paul V, a continué le déclin du studio. Annibale ne pouvait pas recevoir le cardinal Scipione Borghese, se glissant par une porte dérobée quand ce dernier est venu au studio; mais Antonio fut présenté au Prodatario du pape, le cardinal Tonti, également un collectionneur passionné. Tonti employa Antonio pour peindre quatre chapelles dans son église; d'autres commandes publiques comprenaient une chapelle dans l'église Santa Maria in Monticelli, des travaux dans l'église San Girolamo dei Croati, la basilique Sainte-Marie-du-Trastevere, la basilique Saint-Sébastien-hors-les-Murs, et au Palazzo Mattei. Antonio et Guido Reni collaborèrent à la décoration de la Cappella dell ’Annunciata du palais du Quirinal, en peignant une frise de la Stanza del Diluvio. Il a contribué, vers 1616, aux fresques d'Alexandre réalisées pour le cardinal Peretti Montalto; d'autres travaux furent réalisés pour le marquis Giustiniani, le cardinal Orsino, le Ludovisi, le Cavalier Sachetti, Dionigio Buonavia à Bologne; et bien sûr il était sous la protection du cardinal Odoardo Farnese, qui le reconnaissait comme son «pittor di casa» (peintre de maison) et lui versait une allocation mensuelle.

 
Antonio Carracci: Vierge à l'enfant sur un trône avec saint Jean-Baptiste enfant, Marie-Madeleine et Marthe, Gemäldegalerie, Berlin

Antonio était bien connu pour ses compositions de taille armoire souvent basées sur la grande variété de matériel graphique en possession du studio Carracci. Son chef-d’œuvre, Le Déluge[6] était l’une des images les plus prisées du cardinal Mazarin et influencèrent les premières peintures de bataille de Poussin ainsi que ses peintures des saisons pour Louis XIV 40 ans plus tard. Avec son raffinement à la Reni, l'articulation du récit, de l'espace, du geste et de l'expression, le Déluge a été une importante collaboration académique avec Agucchi.

Antonio mourut jeune et fut enterré au sein de la basilique Sant'Andrea delle Fratte, à Rome.

Antonio était très admiré par ses contemporains, à tel point que sa mort prématurée fut vécue comme une perte particulièrement tragique «nel morire che seguì nel 1618 mostrò tal contritione e sentimento che simil passaggi si vedono in pochi/dans la mort qui a suivi en 1618, il a montré une telle tristesse et un tel sentiment que peu de passages peuvent être vus". Récemment, sa réputation a décliné et il a à l'occasion été décrit comme un imitateur à petite échelle et maladroit des œuvres de son aîné. Son ami Giulio Mancini a déclaré qu’il n’avait pas seulement hérité de l’atelier d’Annibale, mais même que «Herede dei suoi disegni et arte fù Antonio/l'héritier de ses dessins et de son art était Antonio». Antonio, comme l’a dit Guido, «l’ultima scintilla (del) valor Caraccesco/la dernière étoile (de) valeur des Carraci» avait de fait plus investi dans le studio Carracci que quiconque.

L’original de la composition très copiée du Martyre de Saint-Denis («Saint Denis effrayant ses bourreaux») est évidemment d’Antonio, et le compagnon de son Saint Paul baptisant Saint-Denis.

Ce n’était pas un compliment exagéré de la part de Mancini quand il déclara qu’Antonio «mostrò gran segni di dover venir grande/montrait de grands signes qu'(il) allait devenir grand». Néanmoins, il restait très facile pour son identité d'être subsumée à celle de l'aîné Carrache. Parce qu'il partageait les mêmes initiales que son père et son oncle, et parce que les Carracci collaboraient souvent, leurs peintures ont souvent été confondues. Ainsi, lorsque Padre Resta remit le dessin du Déluge, qu'il avait eu de Bellori, à Max Emmanuel de Bavière, il fut heureux d'apprendre que l'électeur chérissait le cadeau et le gardait sur une table à son chevet; mais «lo teneva per pittura d’Annibale/Il le tenait pour la peinture d’Hannibal».

ŒuvresModifier

DécorsModifier

Antonio Carracci a travaillé sur de nombreux décors de palais, églises et chapelles en Italie.

Comme assistant de son oncle AnnibaleModifier

Après la mort de son oncleModifier

TableauxModifier

En EuropeModifier

Allemagne

  • 'Vierge à l'enfant sur un trône avec saint Jean-Baptiste enfant, Marie-Madeleine et Marthe, 1613-15, huile sur toile, 264 × 185 cm, Gemäldegalerie, Berlin

Autriche

France

Grande-Bretagne

  • Le Martyre de Saint Stéphane [1], 1610, huile sur toile, 64 × 50,1 cm National Gallery, Londres
  • Leto, en compagnie de ses enfants Apollon et Diane, transforme les paysans Lyciens en grenouilles, huile sur toile, 79 × 123,5 cm, Whitfield Fine Art, Londres
  • Vénus se lamentant de la mort d'Adonis, huile sur toile, 67,9 × 85,7 cm, National Trust

Italie

Aux AmériquesModifier

USA

Localisation inconnueModifier

  • Sainte Cécile, collection privé
  • Saint Jean-Baptiste, 46 × 38 cm, collection privé

GalerieModifier

PeinturesModifier

DessinsModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lectures complémentairesModifier

  • Clovis Whitfield, Antonio Carracci. Catalogue Raisonné of the paintings and drawings. (in preparation)
  • Clovis Whitfield, "Landscape paintings and drawings by Antonio Carracci" in Paragone, November 2006 pp. 3–20
  • Anne Sutherland Harris, "Annibale's Legacy: Proposals for Giovanni Angelo Canini and Antonio Carracci" in Master Drawings Vol. XLIII 2005, pp. 440–454
  • Clovis Whitfield, “A name for a ridiculous man – Rinaldo Coradini by the Carracci” in Festrift for Dr. Alfred Bader, 2004, pp. 239–244
  • Clovis Whitfield, "Antonio Carracci" in Studi di Storia dell'arte in onore di Denis Mahon, Milan 2000
  • Stephen M. Bailey, "Newly identified drawings by Antonio Carracci" in Master Drawings, XXXVII/3 (1999), pp. 277–286
  • Classicismo e Natura; La Lezione di Domenichino, Catalogue d'exhibition , ed. Sir Denis Mahon & C. Whitfield, Rome, Galerie Capitoline 1996/97
  • C.Van Tuyll van Serooskerken " Two Preparatory drawings by Antonio Carracci" in Master Drawings, XXXI (1993), pp. 428–32
  • R. Zapperi, "I ritratti di Antonio Carracci" in Paragone, XXXVIII/449 (1987), pp. 3–22
  • E. Schleier, "Ancora su Aontonio Caracci e il ciclo di Alessandro Magno per il Cardinal Montalto" in Paragone XXXII/381 (1981), pp. 10–25
  • F. Frisoni, "Antonio Carracci: Riflessioni e aggiunte" in Paragone, XXXI/367 (1980), pp. 22–28

SourcesModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et référencesModifier

  1. Livre des Morts de la paroisse de Saint-André à Fratte, 1588-1646, II, c. 26V. (Cit. Dans R. Zapperi, p. 17.).
  2. C.C. Malvasia, peintre Felsina (Bologne 1678)
  3. lettre du 12 septembre 1609
  4. Uffizi 1668 E) recently published by Catherine Loisel-Legrand
  5. R. Zapperi, Les portraits d'Antonio Carracci, p. 4.
  6. actuellement au Louvre et parfois moqué comme une ‘grouillante collection d’académies’.
  7. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Paris, Musée du Louvre Editions, , 589 p. (ISBN 978-2-35031-032-9, BNF 40101925), p. 340

Liens externesModifier