Antonije Isaković

Antonije Isaković (en serbe cyrillique : Антоније Исаковић ; né le à Rača et mort le à Belgrade) est un romancier, un scénariste et un poète serbe. Il a été membre de l'Académie serbe des sciences et des arts[1].

Antonije Isaković
Description de l'image Antonije Isaković.jpg.
Naissance
Rača, Royaume des Serbes, Croates et Slovènes
Décès (à 78 ans)
Belgrade Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie République fédérative socialiste de Yougoslavie
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Serbe
Genres

Œuvres principales

  • Velika deca (1953)
  • Tren I (1962)
  • Tren II (1982)
  • Gospodar i sluge (1995)

Compléments

BiographieModifier

 
Plaque sur la maison où a vécu Antonije Isaković de 1963 à 2002 sur le Studentski trg à Belgrade

Antonije Isaković étudie aux lycées de Belgrade, Kruševac, Aleksinac et Jagodina. À partir de 1941, il participe à la lutte de libération nationale aux côtés des Partisans communistes de Tito. En 1945, à la fin de la guerre, il devient adjoint du secrétaire du Comité de district de la Ligue de la jeunesse communiste de Yougoslavie et membre du Comité de district du Parti communiste de Yougoslavie à Svetozarevo (Jagodina) puis membre du Comité régional du Parti communiste yougoslave à Kragujevac. En 1948, il sort diplômé de l'école supérieure du parti Đuro Đaković à Belgrade[2].

Isaković devient directeur du magazine NIN[3] et rédacteur en chef de la revue littéraire Delo. En 1960, il est élu directeur général de la maison d'édition Prosveta, poste qu'il occupe jusqu'en 1974[2].

Il a également été député de la République socialiste de Serbie et député de la République fédérative socialiste de Yougoslavie[2].

En 1968, Antonije Isaković est élu membre correspondant de l'Académie serbe des sciences et des arts et, en 1976, membre titulaire de cette académie[1].

En 1986, il est un des 16 signataires du Mémorandum de l'Académie serbe des sciences et des arts, dont le thème principal est la décentralisation conduisant à la désintégration de la Yougoslavie, avec l'idée que les Serbes sont discriminés dans l'État fédéral et que le développement de la Serbie est affaibli à cause de l'aide qu'elle apporte au reste du pays[4],[5]. Dans les années 1990, Antonije Isaković devient membre du Parti socialiste de Serbie (SPS) et le suppléant de son chef Slobodan Milošević, vis-à-vis de qui il prend plus tard ses distances[6].

ŒuvresModifier

Scénari

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier