Ouvrir le menu principal

Antoine Mathieu

personnalité politique sarde, puis italien
Antoine Mathieu
Fonctions
Député de la Savoie au Parlement sarde
-
Député de la Savoie au Parlement sarde
-
Député de la Savoie au Parlement sarde
-
Ministre de l'agriculture et du commerce du Royaume de Sardaigne (d)
21 -
Député de la Savoie au Parlement sarde
-
Député de la Savoie au Parlement sarde
Annecy (d)
-
Député de la Savoie au Parlement sarde
Ugine
janvier -
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nom de naissance
Antoine MathieuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Français (-), Royaume de Sardaigne (1324-1861) ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinction

Antoine Mathieu, né le et mort le , originaire d'Annecy, est un fonctionnaire et homme politique sarde qui fut ministre du Royaume de Sardaigne.

BiographieModifier

OrigineModifier

Charles Antoine Mathieu naît à Annecy, le 24 fructidor an VI ()[1]. Annecy, comme l'ensemble du duché de Savoie sont annexés à la France, depuis 1792.

Son fils, Anatole, né le à Turin (Piémont), fait une carrière militaire[2].

Carrière administrativeModifier

Il entame des études dans sa ville natale, la capitale du Genevois, avant d'entrer dans l'administration sarde[1].

Il est successivement fonctionnaire, intendant, conseiller d'État et fonctionnaire au ministère de l'Intérieur[3]. Il est gouverneur de Cagliari, préfet de Messine (du au ), puis d'Ancône[4].

Carrière politiqueModifier

Il se présente en et devient député savoisien pour le collège d'Ugine et celui d'Annecy pour représenter la Savoie au Parlement de Turin, mais il opte pour celui d'Annecy où il sera réélu en juillet, avant d'être remplacé par le Baron de Livet.

Il entre dans le gouvernement de Massimo d'Azeglio, le , comme ministre de l'Agriculture et du commerce, mais sera remplacé quelque temps plus tard par Pietro De Rossi di Santarosa[5].

En , il se présente à nouveau comme député mais cette fois-ci pour le collège d'Evian. Lors des élections du , pour le collège d'Ugine, Maurice Blanc, syndic de Faverges, l'emporte mais il démissionne à la fin de l'année 1854 et est remplacé par Antoine Mathieu[3].

Lors de la réunion de 1860 du duché de Savoie à la France, Antoine Mathieu reste au service du futur royaume d'Italie.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

RéférenceModifier

  1. a et b Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 368.
  2. Revue savoisienne, Académie florimontane, Annecy, 1892, p. 307.
  3. a et b Roger Devos et Pierre Broise, Histoire d'Ugine, vol. 48, Académie salésienne, , 532 p., p. 387.
  4. (it) AA.VV., Epistolario di Urbano Rattazzi: Volume secondo 1862, Gangemi Editore spa, 416 pages, (ISBN 978-8-84929-713-3), p. 202 (lire en ligne).
  5. (it) Francesco Bartolotta, Governi d'Italia, 1848-1961, , 330 p., p. 13.