Ouvrir le menu principal

Antoine Cayrel

personnalité politique française

Antoine Cayrel
Fonctions
Député de la Gironde

(4 ans et 20 jours)
Gouvernement IIIe République
Législature XIIIe
Groupe politique SFIO
Successeur Gabriel Léglise

(10 ans et 23 jours)
Gouvernement IIIe République
Législature XVe et XVIe
Groupe politique PSdF (1932-1936)
GI (1936-1942)
Conseiller général de la Gironde
(pour le canton de Bordeaux-1)

(23 ans)
Prédécesseur Henri Grossard
Successeur Jean Costedoat
Maire du Bouscat

(19 ans)
Prédécesseur Henri Grossard
Successeur Marius Marchandou
Biographie
Nom de naissance Antoine-Georges Cayrel
Date de naissance
Lieu de naissance Sigean (Aude)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Mérignac (Gironde)
Profession Chirurgien-dentiste

Antoine Cayrel (Antoine-Georges Cayrel) est un homme politique français de gauche, né le à Sigean et décédé le à Mérignac.

Sommaire

BiographieModifier

Chirurgien-dentiste, il rencontre dans cette profession Adrien Marquet qui deviendra son mentor.

Il adhère à la SFIO girondine et en devient le secrétaire fédéral à la place de Marquet, mobilisé par l'armée, de 1914 à 1917, date à laquelle il est mobilisé en raison de la guerre. Il est remplacé au secrétariat fédéral par Henri Périssé de juillet 1917 à mai 1919[1],[2], puis par Henri Larroque de mai 1919 à juin 1920[3],[4].

Il entre au Conseil général de la Gironde en mai 1922, pour une durée de 22 ans. Il est l’un des créateurs des régies syndicales d’électricité[5].

Il est élu en mai 1924, dans la 1ère circonscription de Bordeaux sur la liste du « Cartel des gauche ». Il est maire du Bouscat de mai 1925 à la Libération. Exclu du parti socialiste (S.F.I.O.), le 5 novembre 1933, en même temps que ses collègues partisan de la participation des socialistes dans un gouvernement à direction radicale appelés « les récidivistes d'Angoulême » (MM. Pierre Renaudel, Adrien Marquet, Marcel Déat, Louis Deschizeaux, Ernest Lafont et Barthélemy Montagnon) et fonde avec eux, le Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (PSdF) dont Cayrel devint le secrétaire général. Il est battu aux législatives de 1928 par Gabriel Léglise, mais est finalement réélu député de  Gironde en 1932 sous l’étiquette PSdF, puis en 1936 sous l’étiquette néo-socialiste ; il préside à l’Assemblée, la Commission des Affaires étrangères. Il vote le 10 juillet 1940, à Vichy comme la majorité de ses collègues, les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il est nommé au Conseil national instauré par Vichy, dans le gouvernement Laval « Commissaire général du service des réfugiés » auprès du ministre de l'Intérieur, Adrien Marquet, et démissionne trois semaines après de ses fonctions, ce qui lui permettra d’être acquitté par la Haute cour de justice à la Libération[6].

Après la guerre li est président-directeur général de la Lyonnaise des eaux.

Il meurt le 13 septembre 1970 à Mérignac.

Mandats électorauxModifier

  • Conseiller général de 1922 à 1945
  • Maire du Bouscat de 1925 à 1944
  • Député SFIO de la Gironde de 1924 à 1928.
  • Député PSdF puis Gauche indépendante de la Gironde de 1932 à 1942.

Notes et référencesModifier

  1. Henri Périssé est né le 31 octobre 1889 à Bordeaux. Employé de commerce, il adhère à la SFIO en 1911 et fonde le journal, le Cri Populaire. Il est délégué au 17e congrès de Strasbourg et au 18e congrès de Tours en 1920. Élu au Conseil municipal de Bordeaux en 1925, il est adjoint au maire Adrien Marquet. Accusé d’avoir adhéré à la Ligue des contribuables (en) dont la section girondine est présidée par Roger Cruse (1881-1971), ancien membre du Faisceau, il démissionne de la SFIO en 1928. Il rejoint le Parti républicain-socialiste (PSR), dont il devient membre du comité directeur. Aux élections législatives de 1946, il est candidat radical. Il meurt le 1er février 1965 [Anziani, Cent ans de socialisme en Gironde, 1999, p. 156]
  2. « Fiche d'Henri Périssé », sur Le Maitron, sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 14 août 2019)
  3. Henri Larroque est né le 30 mai 1891 à Bordeaux. Typographe puis commerçant, il adhère à la SFIO en 1906. Après la responsabilité de secrétaire fédéral des socialistes girondins (1919-1920), il est trésorier fédéral après la scission au Congrès de Tours de 1920. Il est candidat aux élections législatives de novembre 1919 mais n’est pas élu. Egalement en novembre 1919, il échoue aux élections municipales de Bordeaux avec toute la liste socialiste. Enfin aux élections cantonales de décembre 1919, il est battu sur le canton de Bordeaux-5. [Anziani, Cent ans de socialisme en Gironde, 1999, p. 150]
  4. « notice d'Henri Larroque », dans Le Maitron, sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, (consulté le 18 août 2019)
  5. Guillaume 1998, p. 190 et suivantes
  6. Anziani 1999, p. 138

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • « Antoine Cayrel », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Alain Anziani, Cent ans de socialisme en Gironde, Editions du Populaire girondin, , 207 p. (ISBN 295148030X, présentation en ligne)
  • Sylvie Guillaume, Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République, Presses Universitaires de Bordeaux, , 624 p. (lire en ligne)

Liens externesModifier