Ouvrir le menu principal

Antoine Michel Perrache

ingénieur et sculpteur français
(Redirigé depuis Antoine-Michel Perrache)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrache.
Antoine-Michel Perrache
Perrache.jpg
Portrait d'Antoine-Michel Perrache, Lyon, musée Gadagne
Naissance
Décès
(à 52 ans)
Lyon
Activités
Ingénieur
Autres activités
Sculpteur
Père

Antoine Michel Perrache, né le à Lyon, où il est mort le [1], est un sculpteur et ingénieur français, à l'origine du quartier de Perrache.

BiographieModifier

Antoine-Michel Perrache est le fils du sculpteur Michel Perrache (1685-1750), et de Louise Pierre. D'abord élève de son père, il est ensuite admis à l'École académique de Lyon[2].

Il travaille pour le consulat de Lyon et pour l'Aumône générale (Charité). Il est membre de l'Académie de Lyon. En 1756 il entre comme professeur à l'École gratuite de dessin de Lyon.

Sa sœur Jeanne entre en religion et son autre sœur, Marie-Anne Perrache, devient une artiste peintre[3].

Projet de la presqu'île de PerracheModifier

En 1766, il présente un plan pour rediriger le confluent du Rhône et de la Saône vers le sud en reprenant les projets de Jules Hardouin-Mansart de Sagonne et de Guillaume-Marie Delorme.

Devant l'opposition du consulat et de l'épiscopat, il finit par créer une société indépendante, la Compagnie Perrache, en 1771. Ayant obtenu les lettres patentes, il lance les travaux en 1772. Lors de sa mort en 1779, les travaux ont peu avancé. C'est sa sœur Marie-Anne qui reprend le flambeau. Elle revendra la société au comte Espérance de Laurencin en 1782. Le tout ne sera achevé qu'en 1839. Le nouveau quartier, gagné sur l'eau, prend alors le nom de « Perrache », ainsi que la gare qui y est bâtie dans les années 1850.

Collections publiquesModifier

SculpturesModifier

BibliographieModifier

  • Dictionnaire Bénézit
  • Joseph-François Michaud et Louis-Gabriel Michaud, Biographie de tous les hommes morts et vivants ayant marqué, à la fin du XVIIIe siècle et au cours de celui actuel par leurs rangs, leurs emplois, leurs talents, leurs écrits, leurs malheurs, leurs vertus, leurs crimes, etc, vol. 33, Michaud, (lire en ligne), p. 406.
  • Nadine Halitim-Dubois, Lyon au cœur des innovations urbaines : le projet d’Antoine-Michel Perrache (1726-1779), dans Privat-Savigny Maria-Anne, Lyon au XVIIIe, un siècle surprenant !, catalogue d’exposition, Paris : Somogy ; Lyon : musées Gadagne, 2012, p. 43-47.

ArchivesModifier

  • Antoine-Michel Perrache, Réflexions sur l'éducation, et Projet d'un établissement d'éducation relative aux sciences, au commerce et aux arts, 1776, manuscrits, bibliothèque municipale de Lyon[5]

Notes et référencesModifier

  1. Registres d'Ainay, côte 1GG379, n°197.
  2. Séverine Penlou, Rôle et fonctions de la sculpture religieuse à Lyon de 1850 à 1914, thèse de doctorat d’Histoire, Université Lumière Lyon 2 (En ligne).
  3. Émile Bellier de la Chavignerie (1821-1871), Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, Tome 2, Librairie Renouard, Paris, 1882-1885, p. 237 (En ligne).
  4. Martine Françoise, Antoine-Michel Perrache, notice sur le site du comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).
  5. Notice sur pleade.bm-lyon.fr.

Liens externesModifier