Antoine-Charles de Ganay

homme politique français

Antoine-Charles, marquis[1] de Ganay (, château de Visigneux - , château de Visigneux) est un officier général et homme politique français.

Antoine-Charles de Ganay
Fonctions
Député de Saône-et-Loire
-
Conseiller général de Saône-et-Loire
-
Maire de Lucenay-l'Évêque (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Allégeance
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Enfant
Charles-Alexandre de Ganay (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Arme
Grade militaire
Distinctions
Archives conservées par

BiographieModifier

Fils de Paul-Louis, marquis de Ganay, ancien capitaine au régiment de Lorraine, chevalier de l'ordre de Saint-Louis et gouverneur en survivance de la ville et château d'Autun, et d'Anne-Marie-Thérèse Gravier de Vergennes (fille de l'ambassadeur Jean, marquis de Vergennes, et nièce du ministre Charles Gravier de Vergennes), il suivit la carrière des armes et entra à treize ans dans la compagnie des cadets-gentilshommes de l'École militaire.

Sous-lieutenant au régiment de Royal-Vaisseaux en 1784, il passa lieutenant, avant d'émigrer avec sa famille en 1790. Il servit d'abord à l'armée des princes, puis comme major aux hussards hollandais de Zimmermann (1794), et ne revint en France qu'après le coup d'État du 18 brumaire, en 1801.

 
Françoise de Virieu (1776-1870), marquise de Ganay.

Il épousa en 1802 Françoise de Virieu, fille du vicomte Nicolas-Alexandre de Virieu-Beauvoir et de Claudine de Maleteste. Ils auront un fils, Charles-Alexandre de Ganay (en) (1803-1881), ministre plénipotentiaire et collectionneur, qui, marié à la fille du comte James-Alexandre de Pourtalès, sera le père du général Jacques de Ganay.

Nommé conseiller général en 1810, il fut élu, le 9 août de la même année, par le Sénat conservateur, député de Saône-et-Loire au Corps législatif, fit partie de la majorité muette de cette assemblée, puis adhéra (1814) à la déchéance de Napoléon.

La Restauration le nomma lieutenant-colonel aux mousquetaires gris (1814) et colonel de la légion de l'Yonne et, après le licenciement de ce corps, le fit colonel du 3e régiment de la garde royale (1817).

Élu député, le , dans le collège de département de Saône-et-Loire, il appartint à la majorité de la Chambre introuvable ; après avoir obtenu sa réélection le , il siégea au centre, près de la droite, et continua de soutenir le gouvernement et le ministère jusqu'à l'expiration de son mandat. Cette même année, le roi le nomma maréchal de camp. Ganay fit ensuite plusieurs tentatives pour rentrer au parlement; mais il échoua : le , dans le 3e arrondissement de Saône-et-Loire (Autun) avec 67 voix contre 129 à l'élu, Serpillon, et, le , avec 127 voix contre 136 à l'élu, Moyne-Petiot.

Il fut créé chevalier de l'ordre de Saint-Louis et commandeur de la Légion d'honneur.

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • Louis-Gabriel Michaud, Biographie des hommes vivants ou Histoire par ordre alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actions ou leurs écrits: FA-KU, 1817

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier