Ouvrir le menu principal

Anthony Cellier

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cellier.
Anthony Cellier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député
Troisième circonscription du Gard
depuis le
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Site web

Anthony Cellier, né le à Pierrelatte, est un homme politique français.

Membre de La République en marche, il est élu député en 2017 dans la troisième circonscription du Gard. Il est membre de la commission des Affaires économiques à l'Assemblée et spécialiste des questions d'énergie.

BiographieModifier

Directeur de publicité grands comptes, il a commencé sa carrière à Nice en 2000, avant de revenir dans le Gard, en créant son entreprise, en 2005[1].

Il est élu conseiller municipal en 2014 à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard. Chargé de la communication et des nouvelles technologies, il relance le magazine municipal de sa commune et travaille sur l'installation d'un nouvel opérateur de téléphonie 4G sur sa commune ainsi que sur le déploiement du réseau de fibre optique[2].

Il devient animateur du comité local En marche! du Gard Rhodanien et responsable communication de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron dans le Gard[3],[4]. Investi par le mouvement En Marche ! pour les élections législatives, il est élu député de la 3e circonscription du Gard le 18 juin 2017 avec 59,02 % des suffrages exprimés face à Monique Tézenas du Montcel, conseillère régionale FN[5].

Anthony Cellier se dit particulièrement intéressé par les questions relatives à l’énergie, expliquant que ce sujet « entre en forte résonance avec les thématiques de [sa] circonscription »[6]. Depuis 2017, il est membre du Conseil supérieur de l'énergie[7]. Avec Jean-Charles Colas-Roy, il anime un groupe de travail informel sur l’énergie, ouvert aux parlementaires LRM, en contact avec le cabinet du ministre de la Transition écologique et solidaire[6]. Il plaide pour que le budget de l'État en 2019 intègre une compensation pour la perte de fiscalité locale liée à la fermeture en 2016 de la centrale thermique d'Aramon, située dans sa circonscription[8]. Il est rapporteur, en 2019, du projet de loi sur l'énergie[9].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier