Anthelme Collet

militaire français
Anthelme Collet
Description de cette image, également commentée ci-après
Anthelme Collet
Naissance
Belley (Ain)
Décès (à 55 ans)
Rochefort, Charente-Maritime
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession

Anthelme Collet, né le , à Belley, mort le à l'hôpital de la Marine à Rochefort, était un escroc qui fut un des modèles d’Honoré de Balzac[1] pour son personnage de Vautrin[2] (Collin de son vrai nom), et peut-être d’Honoré Daumier pour ses dessins de Robert Macaire[3].

EnfanceModifier

Anthelme Collet est le fils de Claudine Bertin, tailleuse en robes et de Jean-Baptiste, menuisier-ébéniste[4]. Anthelme Collet a 9 ans quand son père, engagé volontaire en tant que capitaine dans le 1er bataillon de l'Ain, trouve la mort dans le Piémont.

Un oncle maternel, curé réfractaire, l’emmène alors en Italie où, trop occupé par la politique, il néglige l'éducation de son neveu. Quand les émigrés peuvent enfin revenir en France, Anthelme est confié à Étienne Collet, un oncle du côté paternel, un ancien capitaine du génie de la campagne d’Égypte devenu chef de bataillon à son retour en France.

Celui-ci fait entrer son neveu, alors âgé de 15 ans et demi, au lycée de Fontainebleau. À 16 ans et demi, Anthelme Collet est reçu sous-lieutenant et intègre le 101e régiment d'infanterie de ligne, stationné à Brescia[4].

Désertion et première escroquerieModifier

En 1806, à l'âge de 21 ans, Anthelme Collet participe au siège de Gaète, où il est blessé. Dégoûté de l'armée, il déserte à sa sortie de l'hôpital grâce à un aumônier qui l'aide à se procurer un costume de bourgeois. L'aumônier le conduit chez les missionnaires du couvent de Saint-Pierre à Cardinal où Anthelme Collet recommence ses études en tant que novice. Il restera deux ans au couvent.

Chargé par le père supérieur d'une mission auprès d'un banquier à Naples, il escroque ce dernier de 22 000 francs et ne revient pas au couvent[4].

Le brigand gentilhommeModifier

Déguisé tour à tour en officier, moine, curé, évêque, commissaire des guerres, général, inspecteur des armées, il parcourt alors pendant quatorze ans la France et l'Italie en profitant de ses divers déguisements pour tromper et escroquer ses nombreuses victimes, majoritairement des militaires, des ecclésiastiques et des banquiers.

En Provence, il inspecte toutes les garnisons et s'en fait remettre les caisses ; à Nice, il ordonne soixante prêtres, récite en chaire un sermon de Louis Bourdaloue et convertit même des pécheurs[1].

Il sera finalement arrêté en 1820 et condamné par les assises du Mans à vingt ans de travaux forcés pour crime de faux en écriture. Il passe ses cinq premières années au bagne de Brest avant d'être transféré au bagne de Rochefort[2]. En 1836, il fait paraître ses mémoires dans lesquelles il se vante de ses exploits[5]. En 1840, Anthelme Collet meurt à l'hôpital de la Marine de Rochefort, seize jours avant d'être libéré.

Le pédophileModifier

Les archives judiciaires révèlent que si Collet fut un bandit « sympathique, aimable et de bonnes manières » qui ne commit aucun meurtre, c’était également un pédophile cherchant ses proies parmi les jeunes garçons de 13 à 17 ans qu'il prenait à son service, afin de les forcer à avoir une liaison avec lui[3]. Ces faits, à l'époque, n'intéressaient guère la justice[6].

PostéritéModifier

Anthelme Collet a fait l'objet en 1981 d'un feuilleton édulcoré ( Il y est présenté comme un Casanova ) en 6 épisodes de 52 minutes diffusés sur TF1 de Jean-Paul Carrère : Anthelme Collet ou Le brigand gentilhomme[7].

Son crâne et un moulage de sa tête sont visibles au musée national de l'Ancienne École de médecine navale de Rochefort[3].

RéférencesModifier

  1. a et b Remy de Gourmont, Épilogues : Réflexions sur la vie (1899-1901), Mercure de France (Paris), 1910-1923, 341 p. (lire en ligne), p. 59.
  2. a et b « Anthelme Collet, le brigand gentilhomme », sur historia.fr.
  3. a b et c Camille Lecoq, « page culture », sur actualite-poitou-charentes.info.
  4. a b et c « biographie d'Anthelme Collet », sur Les Amis du patrimoine napoléonien (lesapn.org).
  5. Anthelme Collet, Mémoires d'un condamné ou vie de Collet, J. S. Raissac, , 304 p. (lire en ligne).
  6. Jean-Marie Augustin, « Les vies d'Anthelme Collet, escroc, bagnard et pédophile », sur Librairie La Procure.
  7. [vidéo] Anthelme Collet ou Le brigand gentilhomme sur YouTube.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

ŒuvresModifier

  • Anthelme Collet, Mémoires d'un condamné ou vie de Collet, J. S. Raissac, , 304 p. (lire en ligne)