Ouvrir le menu principal
Anneau présumé de Jeanne d'Arc. Photographie publiée dans l'ouvrage Catalogue of finger rings brought together by F.A. Harman Oates, F.S.A., imprimé en 1917 par l'antiquaire Frederick Arthur Harman Oates[1].

Les anneaux de Jeanne d'Arc sont des bijoux ayant appartenu à l'héroïne française de la guerre de Cent Ans.

D'après les sources médiévales, la Pucelle a possédé au moins trois anneaux durant ses campagnes militaires en faveur du roi Charles VII.

En juin 1429, elle fait don d'un petit bijou en or à Jeanne de Laval, veuve du connétable Bertrand du Guesclin et aïeule de la maison de Laval, en considération de l'engagement proverbial de cette famille dans la lutte contre les Anglais.

Les informations concernant les deux autres anneaux proviennent des minutes latines du procès de condamnation de Jeanne d'Arc (mars-mai 1431). Soupçonnant cette dernière d'user de sortilèges, notamment par l'emploi d'objets consacrés à des démons familiers, ses juges la questionnent au sujet de ses bijoux.

Selon les déclarations de la prisonnière, son deuxième anneau, cadeau de son frère, est détenu par l'évêque Pierre Cauchon lors du procès tenu à Rouen en 1431.

Le troisième anneau de Jeanne d'Arc, cadeau de son père ou de sa mère, tombe au préalable entre les mains des Bourguignons, alliés des Anglais, vraisemblablement à l'occasion de la capture de la Pucelle le , lors du siège de Compiègne. Cet anneau est le seul dont l'apparence soit connue grâce à la description fournie par l'héroïne elle-même durant son procès.

Lors d’une vente aux enchères organisée à Londres en février 2016, l'homme politique Philippe de Villiers et son fils Nicolas, respectivement fondateur et président du Puy du Fou, acquièrent au profit de ce parc de loisirs un anneau présenté comme un bien de Jeanne d'Arc. Le bijou, qui correspond à la description de l'anneau offert à Jeanne par ses parents, est ensuite rapporté en France et présenté en grande pompe comme une relique de l'héroïne.

L'authenticité de l'objet est contestée, notamment par les historiens médiévistes Colette Beaune, Olivier Bouzy et Philippe Contamine, en raison d'incertitudes relatives à son origine et au suivi de sa transmission depuis le XVe siècle.

Sommaire

L'annelet d'or donné à Jeanne de LavalModifier

 
Représentation héraldique des comtes de Laval.
Enluminure sur parchemin, fo 78 vo, Armorial de Gilles Le Bouvier, dit Berry, héraut d'armes du roi Charles VII (XVe siècle), ms. 4985, Paris, BnF[2].
« Mes très redoutées dames et mères (...), j'arivay le samedy à Loches (...).
Le dimanche, j'arivay à Sainct-Agnan, où estoit le roy (...).
Et le lundy, me party d'avec le roy, pour venir à Selles en Berry, à quatre lieues de Sainct-Agnan ; et feit le roy venir au devant de luy la Pucelle, qui estoit de paravant à Selles. Disoient aucuns que ce avoit esté en ma faveur, pour ce que je la veisse ; et fit ladite Pucelle très bonne chère à mon frère et à moy,armée de touttes pièces, sauf la teste, et tenant la lance en main. Et après, que feusmes descendus à Selles, j'allay à son logis la voir ; et fit venir le vin, et me dit qu'elle m'en feroit bientost boire à Paris ; et semble chose toutte divine de son faict, et de la voir et de l'ouïr. (...)
La Pucelle m'a dit en son logis, comme je la suis allé y voir, que trois jours avant mon arrivée, elle avoit envoyé à vous, mon aïeulle, un bien petit anneau d'or, mais que c'estoit bien petite chose, et qu'elle vous eust volontiers envoyé mieux, considéré votre recommandation. (...)
 »


Extrait d'une lettre des frères Guy XIV de Laval et André de Lohéac aux dames de Laval, leurs mère et aïeule, 8 juin 1429[3].

En juin 1429, un mois après la levée du siège d'Orléans, Jeanne d'Arc transmet un « bien petit anneau d'or » à Jeanne de Laval, veuve du connétable Bertrand du Guesclin et aïeule de la maison de Laval, pour rendre hommage aux combats menés par sa famille contre les Anglais[a]. La Pucelle regrette toutefois de ne pouvoir lui manifester son estime autrement que par ce modeste présent[5].

Peu de temps après, les seigneurs Guy XIV de Laval et André de Lohéac, petits-fils de Jeanne de Laval, rejoignent l'armée royale qui se rassemble dans le Berry en vue de partir à la reconquête des places fortes de la Loire. Ces mêmes troupes doivent ensuite escorter Charles VII jusqu'à Reims afin que le souverain Valois y soit sacré roi de France[6].

Charles VII accueille chaleureusement les deux frères Laval à Sainct-Agnan, puis les accompagne à Selles où l'armée se réunit. Présente à Selles, Jeanne d'Arc — peut-être mandée par le roi — s'en vient au devant des Laval. Elle leur offre du vin puis promet qu'elle leur en fera boire du meilleur à Paris, prédisant ainsi la prise prochaine de cette ville[7].

Ces détails sont connus grâce à la copie d'une lettre rédigée par les deux frères Laval en date du mais il ne subsiste aucun autre renseignement relatif à l'aspect et au sort de cet annelet d'or[8],[9]. Du reste, il n'est pas certain que Jeanne d'Arc l'ait elle-même porté avant de l'offrir à Jeanne de Laval[b].

Consécutivement à l'échec du siège de Paris et à la dissolution de l'armée en septembre 1429, Jeanne d'Arc poursuit la guerre contre les Anglais et leurs alliés bourguignons. Ces derniers finissent par capturer la Pucelle lors du siège de Compiègne le , puis la vendent aux Anglais en novembre 1430.

Les deux anneaux mentionnés au cours du procès de condamnationModifier

Le jeudi , lors de la cinquième séance du procès de condamnation à Rouen, les juges demandent à Jeanne d'Arc si les saints et les saintes qu'elle déclare avoir vu portaient des anneaux. Ils l'interrogent ensuite au sujet de ses propres anneaux.

S'adressant à Pierre Cauchon, la Pucelle rétorque que l'évêque en détient un qui lui appartient ; elle demande que cet objet — cadeau de son frère — lui soit rendu, avant de charger son juge d'en faire don à l'Église.

En outre, la prisonnière déclare qu'un autre de ses anneaux a été gardé par les Bourguignons[c]. Elle décrit ce second bien, cadeau de son père ou sa mère, comme portant l'inscription « Jésus Marie » (Jhesu Maria), sans aucune pierre précieuse. Jeanne d'Arc affirme n'avoir jamais utilisé ses anneaux pour guérir quelqu'un[d],[15].

 
Jeanne d'Arc présentée à son juge rouennais, l'évêque Pierre Cauchon, entouré de ses assesseurs.
Lettrine U ornée, XVe siècle, Paris, BnF, département des Manuscrits, ms. Latin 5969, fo 1.
Interrogata an in capitibus predictis cum coronis erant anuli in auribus vel alibi :
Respondit : Ego nichil scio de hoc.
Interrogata an ipsamet Iohanna haberet aliquos anulos :
Respondit, loquendo nobis espicopo predicto : Vos habetis a me unum ; reddite michi. Item dicit quod Burgundi habent alium anulum ; et petivit a nobis quod, si haberemus predictum anulum, ostenderemus ei.
Interrogata quis dedit sibi anulum quem habent Burgundi :
Respondit quod pater eius vel mater ; et videtur ei quod ibi erant scripta hec nomina IHESUS | MARIA ; nescit quis fecit scribi, nec ibi erat aliquis lapis, ut ei videtur ; fuitque sibi datus idem anulus apud villam de Dompremi Item dicit quod frater suus dedit sibi alium anulum quem habebamus, et quod nos onerabat de dando ipsum ecclesie. Item dicit quod nunquam sanavit quamcumque personam de aliquo anulorum suorum.
Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, texte latin établi et publié par Pierre Tisset avec le concours d'Yvonne Lanhers, 1960[16].
Interrogée si les têtes susdites [des saints Gabriel et Michel ainsi que des saintes Catherine et Marguerite] avec les couronnes portaient des anneaux aux oreilles ou ailleurs :
Elle répondit « Je n'en sais rien ».
Interrogée si elle-même avait quelques anneaux :
Elle répondit, en parlant à nous, évêque susdit : « Vous en avez un à moi ; rendez-le moi ». Item elle dit que les Bourguignons ont un autre anneau. Et elle nous demanda que, si nous avions l'anneau susdit, nous le lui montrions.
Interrogée qui lui a donné l'anneau qu'ont les Bourguignons :
Elle répondit que c'était son père ou sa mère et il lui semble qu'y étaient ces noms JÉSUS MARIE ; elle ne sait qui les fit écrire et il n'y avait pas de pierre, à ce qu'il lui semble. Et cet anneau lui fut donné à Domremy. Item elle dit que son frère lui donna l'autre anneau que nous avions et qu'elle nous chargeait de le donner à l'église. Item elle dit que jamais elle ne guérit qui que ce fût, par l'un de ses anneaux.
Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, traduction et notes de Pierre Tisset avec le concours d'Yvonne Lanhers, 1970[17].

L'après-midi du samedi , les juges s'intéressent derechef à l'anneau gardé par les Bourguignons, questionnant Jeanne d'Arc au sujet de sa matière. La Pucelle répond de manière imprécise, ne sachant pas si l'objet est en or (« pas d'or fin » dans ce cas, précise-t-elle) ou en laiton. Outre les noms « Jésus Marie », elle précise que l'anneau porte également trois croix et pas d'autre signe.

Interrogata de qua materia erat unus anulorum suorum, in quo erant scripta hec nomina IHESUS MARIA :
Respondit quod hoc proprie nescit ; et si erat de auro, non erat de puro auro ; nec scit utrum erat de auro vel de electro ; et estimat quod in eo erant || tres cruces et non aliud signum, quod ipsa sciat, exceptis hiis nominibus IHESUS MARIA.
Interrogata cur libenter respiciebat in illum anulum, quando ibat ad aliquod factum guerre :
Respondit quod hod erat per complacenciam et propter honorem patris et matris ; et ipsa, illo anulo exsistente in sua manu et in suo digito, tetigit cum sancta Katherina sibi visibiliter apparente.
Interrogata in qua parte ipsius sancte Katherina tetigit eam :
Respondit : Vos de hoc non habebitis aliud. |
Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, texte latin établi et publié par Pierre Tisset avec le concours d'Yvonne Lanhers, 1960[18].
Interrogée de quelle matière était l'un de ses anneaux sur lequel était écrit ces noms JÉSUS MARIE ?
Elle répondit qu'elle ne le sait proprement pas, et s'il était d'or, il n'était pas d'or fin ; et elle ne sait si était d'or ou de laiton ; et elle pense qu'il y avait sur lui trois croix et pas d'autre signe qu'elle sache, excepté ces noms JÉSUS MARIE.
Interrogée : pourquoi regardait-elle volontiers ledit anneau quand elle allait à quelque fait de guerre ?
Elle répondit que c'était par plaisance et pour l'honneur de ses père et mère ; et elle, ayant l'anneau à sa main et à son doigt, toucha sainte Catherine lui apparaissant sous forme visible.
Interrogée en quelle partie de sainte Catherine la toucha-t-elle :
Elle répondit : « Vous n'en aurez pas autre chose ».
Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, traduction et notes de Pierre Tisset avec le concours d'Yvonne Lanhers, 1970[19].

Le mardi , le promoteur (autrement dit le procureur) Jean d'Estivet expose à Jeanne d'Arc les soixante-dix articles composant le réquisitoire à son encontre[20]. Le vingtième chef d'accusation affirme que la Pucelle a ensorcelé son anneau ainsi que son étendard et « l'épée de Sainte-Catherine »[21],[22].

Polémiques concernant l'anneau vendu à LondresModifier

Historique de l'anneau mis en vente par la société TimeLine AuctionsModifier

Le , une vente aux enchères est organisée à Londres par la société commerciale TimeLine Auctions. Le lot no 1220 se compose d'un anneau en argent doré (« silver-gilt »), portant quatre inscriptions, deux sur les épaules, « I » ou une croix (pour « Iesus (Jésus) » ) et « M » (pour « Maria »), et deux sur le chaton, « IHS » et « MAR » (pour « Iesus (Jésus) » et « Maria »), d'un coffret en bois, ainsi que de documents relatifs à ce bijou présenté comme un objet associé à Jeanne d’Arc[e].

D'après le catalogue de vente de la société, l'histoire de l'anneau serait la suivante : récupéré par le cardinal anglais Henri Beaufort — dont la présence au procès de condamnation de 1431 est attestée —, l'objet aurait été transmis ensuite par Charles Stuart (1555-1576), comte de Lénox et descendant de Marguerite Beaufort (1443-1509), à son épouse Elizabeth Cavendish (1555-1582). Passé dans le giron familial des Cavendish, ducs de Newcastle, puis de Portland, l'anneau serait devenu la propriété de leur descendante Ottoline Morrell (1873–1938), née Cavendish-Bentinck. Cette aristocrate mondaine aurait fait cadeau du bijou au peintre gallois Augustus John (1878–1961)[24], avec qui elle avait eu une liaison. Le peintre aurait revendu le présent en 1914.

Cependant, cet anneau n'est pas mentionné dans les mémoires ou souvenirs laissés respectivement par Ottoline Morrell[25],[26] et Augustus John[27],[28]. Leurs biographes respectifs — Sandra Jobson Darroch[29] et Miranda Seymour (en)[30] pour Lady Morrell, Michael Holroyd[31] pour John —, ne mentionnent pas non plus l'anneau de la Pucelle dans leurs ouvrages[f].

L'anneau est acquis en 1914 par un collectionneur, Frederick Arthur Harman Oates, secrétaire au Musée de Londres[g], qui l'évoque ainsi dans son Catalogue of finger rings brought together by F.A. Harman Oates, F.S.A., ouvrage imprimé à ses frais en 1917 et tiré à 36 exemplaires : « Cet anneau, croit-on, a été la propriété de Jeanne d'Arc, et passa du cardinal Beaufort à Henri VII. (...) Provient de la collection d'Augustus John, 1914.[h] »

Après le décès d'Oates en octobre 1928, l'anneau ainsi que toute sa collection de bagues sont vendus aux enchères à Londres (20-) par les soins de la société Sotheby's. Durant dix-huit ans, le bijou est conservé dans une collection privée jusqu'à ce que le docteur James Hasson s'en porte acquéreur à l'occasion de nouvelles enchères chez Sotheby's le . Écrivain et consultant chez la société Christie's, Hasson est un médecin ayant servi le général de Gaulle et les Forces françaises libres à Londres durant la Seconde Guerre mondiale[i].

James Hasson fait notamment exhiber l'objet en 1952 dans la chapelle Saint-Jean à la Turbie, puis lors de l'exposition rouennaise « Jeanne d'Arc et son temps » (19 juin-) commémorant le cinquième centenaire du procès en nullité de la condamnation de l'héroïne[j],[42]. L'historienne Régine Pernoud aurait alors plaidé pour l'authenticité de l'anneau, contrairement au père Paul Doncœur, auteur de plusieurs études sur les procès de Jeanne d'Arc[43],[44]. L'objet est présenté à Rouen comme un « anneau dit de Jeanne d'Arc », conjointement à trois autres supposées reliques — l'épée du musée des beaux-arts de Dijon, le casque du Metropolitan Museum of Art de New York et le bocal de Chinon — toutes exposées avec des réserves relatives à leur authenticité.

Présenté comme un « gentleman du comté d'Essex » par le catalogue de TimeLineAuctions, Robert Hasson, fils du docteur Hasson[45] et dernier propriétaire du bijou, se sépare de son bien lors des enchères londoniennes du [24].

Acquisition de l'anneau par le Puy du Fou et doutes émis par les historiens médiévistes spécialistes de Jeanne d'ArcModifier

Anneau présumé de Jeanne d'Arc
L'anneau du Puy du Fou, porté lors d'une procession du pèlerinage de Pentecôte organisé par Notre-Dame de Chrétienté, 2016.
Date
XVe siècle
Type
Technique
Diamètre
57 mm (53 mm avant sont agrandissement) 4,9 g
Format
La bague est constituée d'un plateau plat (table ou chaton) à deux parties concaves (épaules), ainsi que d'un corps de bague (cercle) ouvragé avec une alternance de losanges
Mouvement
Propriétaire
Localisation
Chapelle reliquaire, Les Epesses (France)

Informé de cette vente, l'avocat Jacques Trémolet de Villers — auteur d'un ouvrage sur le procès de condamnation de Jeanne d'Arc[46] — en prévient l'homme politique Philippe de Villiers, lui-même auteur d'un livre sur la Pucelle[47]. Le fondateur du parti souverainiste Mouvement pour la France transmet à son tour l'information à son fils Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, qui rachète l'anneau pour la somme de 376 833 €, afin de l'exposer dans une chapelle reliquaire au sein de son parc de loisirs à thème historique. Le , le journaliste Jean-Louis Tremblay rapporte la nouvelle dans le Figaro Magazine[48].

L'historien médiéviste Olivier Bouzy ainsi que le comité scientifique de l'Historial Jeanne d'Arc de Rouen émettent des doutes sur l'authenticité de la relique, faisant valoir la différence entre la nature du métal de l'anneau en vermeil vendu aux enchères et celui en laiton ou en or — mais pas en or fin — décrit par Jeanne elle-même lors de son procès. Olivier Bouzy ajoute que les indications fournies par la Pucelle — la nature du métal, l'inscription « Jésus Marie » (Jhesu Maria), les trois croix, l'absence de pierre précieuse — correspondent à l'anneau gardé par les Bourguignons et non à celui détenu par l'évêque Cauchon, pour lequel il n'existe aucune description. L'historien médiéviste souligne également : « Rien ne prouve que les Bourguignons (...) ont donné [l'anneau] au cardinal anglais Henri Beaufort. » Enfin, Bouzy exprime son étonnement devant la carence documentaire relative à l'objet antérieurement à l'année 1909[49],[36],[37].

L'historienne médiéviste Colette Beaune, professeur émérite de l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense, se montre également circonspecte quant à l'historique de l'objet, sinon quant à sa datation : « Tous les trois ou quatre ans des fausses épées, armures ou reliques de Jeanne d'Arc apparaissent. On m'avait demandé il y a quelques années de donner mon avis sur un bocal à Chinon, en fait c'était de la momie égyptienne... Il faut être prudent, dans ce cas l'analyse scientifique semble sérieuse mais si l'on peut prouver qu'une bague est bien du XVe siècle, il est plus difficile d'établir par quelles mains elle est passée[50]. »

Le , le journaliste Jean-Louis Tremblay publie un article dans Le Figaro où il annonce que les rapports d'expertise matérielle estiment que l'anneau semble bien dater du XVe siècle et que l'objet aurait été plaqué or comme l'attestent des traces de « métal jaune » en plusieurs endroits[51]. Parmi ces rapports figure une analyse réalisée, avant la vente de l'anneau, par le laboratoire Oxford X-ray Fluorescence Ltd. ; il y est établi que le bijou est en argent. Les expertises mandatées après la vente par la fondation Puy du Fou Espérance[52] comprennent un examen effectué par Vanessa Soupault, experte en bijoux anciens et modernes. Celle-ci relève en date du que « la structure autant que la forme de la bague sont anciennes [et que] les inscriptions portées sur le chaton sont à [sa] connaissance de type gothique (...) [C]es inscriptions (...) (IHS d'un côté, MAR de l'autre) semblent correspondre à celles utilisées dans les minutes du procès. Les abréviations utilisées à l'époque pour désigner Jésus et Maria sont attestées. Le fait que l'anneau comporte des traces de dorure correspond également à la description de l'objet dans les minutes du procès. » A contrario, l'inscription « M » s'avère postérieure au XVe siècle[53].

Le site Internet du parc de loisirs identifiait initialement l'objet acheté aux enchères à l'anneau que Jeanne d'Arc réclamait à l'évêque Cauchon lors du procès rouennais[k]. Or, comme Olivier Bouzy, Colette Beaune souligne la « confusion » commise par le Puy du Fou avec l'autre anneau de Jeanne d'Arc, cadeau de son père ou de sa mère, dont la description nous est parvenue par le biais des questions insistantes que les juges rouennais posaient à la Pucelle. Celle-ci affirmait, lors de son procès, que l'objet était détenu par les Bourguignons, vraisemblablement à la suite de sa capture à Compiègne en mai 1430[l].

Dès lors, le Puy du Fou « change de version[23] » ; Nicolas de Villiers se ravise en associant désormais le bien acquis en Grande-Bretagne à l'anneau resté aux mains des Bourguignons. Le président du Puy du Fou conjecture que ceux-ci auraient vendu simultanément l'héroïne et son anneau aux Anglais[51]. Néanmoins, cette hypothèse ne cadre pas avec les affirmations de Jeanne d'Arc elle-même[55],[15], comme l'explique Olivier Bouzy : « l'anneau est entre les mains des Bourguignons lors du procès à Rouen, et non pas des Anglais. C'est pour cela [que Jeanne d'Arc] le décrit car il n'est pas présent. Mais on peut encore une fois penser qu'il a été remis aux Anglais par la suite[56]. »

Outre cette incertitude, le dossier d'archives obtenu par le parc de loisirs ne permet pas d'établir « le suivi de la transmission » de l'anneau puisque « l'arbre généalogique » des dévolutions successives évoque uniquement ses « propriétaires présumés » (« presumed owners »). Olivier Bouzy demande notamment s'il existe des preuves attestant « que l’anneau figure noir sur blanc dans la description des biens  [de ses détenteurs présumés depuis 1431] ? »[57],[58]. L'historien précise que « les premières études sur ce bijou datent de 1929, et sont faites à l'occasion de la première vente aux enchères. » La documentation antérieure ne se révèle pas probante[43]. 

Par conséquent, à l'instar de leurs consœurs médiévistes Colette Beaune[50] et Sandra Louise Hindman[59], Olivier Bouzy et Philippe Contamine concluent que ces zones d'ombre ne permettent pas de trancher quant à l'authenticité ou l'inauthenticité de l'objet[m],[44]. Bouzy remarque in fine que « beaucoup, pour des raisons religieuses ou politiques, ont envie de faire revivre cette héroïne de l'Histoire française[43]. »

Co-auteurs d'un ouvrage dénonçant une « résurgence du roman national[60] », William Blanc et Christophe Naudin affirment dans Le Monde qu'à travers la mise en scène de l'anneau, Philippe de Villiers « parachève ainsi une offensive médiatique, politique et commerciale, qui marie allègrement un discours identitaire avec une gestion spectaculaire et libérale[61]. » À la suite de la publication de cette tribune, Philippe de Villiers poursuit pour diffamation les deux chercheurs et Le Monde[62]. Ceux-ci sont relaxés le [63].

Licence d'exportationModifier

L'entrée de l'anneau sur le territoire français suscite un débat relatif aux formalités réglementaires requises pour certaines antiquités britanniques d'une « importance nationale », d'une valeur supérieure à 39 219 livres sterling ou conservées en Grande-Bretagne depuis plus de cinquante ans. Le , le journal en ligne The Art Newspaper révèle que des interrogations subsistent à propos de l'obtention par le Puy du Fou de la licence d'exportation nécessaire. TimeLine Auctions affirme pourtant avoir informé l'acheteur de cette obligation[64].

Lors d'une cérémonie célébrée au Puy du Fou à la gloire de l'anneau, le , Philippe de Villiers déclare que l’Arts Council England (en) (« conseil national des Arts ») demande « une licence d'exportation » pour le bijou, conformément au règlement européen. Devant le public, Philippe de Villiers interprète cette demande comme une preuve de l'authenticité de l'objet et ironise à propos des « historiens bourguignons[65] ». En fait, comme autorité administrative indépendante du Département de la Culture, des Médias et du Sport, l’Arts Council England est chargé de gérer les autorisations d'exportation d'objets d'arts en Grande-Bretagne pour le compte du gouvernement britannique, entre autres tâches[66]. Ainsi, tout objet d'art (bijoux inclus) dont la valeur dépasse une certaine somme ne peut être exporté que muni d'une autorisation d'exportation, procédure non accomplie par le parc de loisirs. En conséquence, l’Arts Council England demande simultanément le retour de l'anneau sur le territoire britannique et au propriétaire de se mettre en règle en sollicitant l'autorisation requise[67].

Le , Nicolas de Villiers adresse un courrier à la reine Élisabeth II afin de débloquer la situation ; début mai 2016, la licence d'exportation est accordée au Puy du Fou[68],[69]. Le , le journal en ligne The Art Newspaper publie un article précisant que l'objet est retourné en Grande-Bretagne fin avril puis que l'autorisation a été accordée en raison de l'opinion de l'expert de l’Arts Council England (en), ce dernier estimant qu'il n'y a pas suffisamment de preuves permettant d'affirmer que l'anneau ait appartenu à Jeanne d'Arc[67].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le , la ville de Laval, tête du fief de la maison de Laval, finit par capituler devant le chef de guerre anglais John Talbot. Le petit-fils de Jeanne de Laval, André de Lohéac, est mis à rançon. Les Laval doivent alors verser une somme considérable pour qu'André soit libéré et puisse reprendre les armes[4].
  2. L'archiviste paléographe Auguste Vallet de Viriville conjecture que Jeanne d'Arc « portait habituellement » l'annelet d'or — parmi d'autres — avant de l'offrir à Jeanne de Laval[10]. L'historien Henri Wallon rappelle qu'il ne s'agit que d'une hypothèse[11].
  3. L'historien médiéviste Philippe Contamine suggère que les Bourguignons détenaient peut-être cet anneau depuis la capture de Jeanne d'Arc à Compiègne le [12].
  4. Colette Beaune écrit que l'anneau détenu par Cauchon avait été donné à Jeanne d'Arc par son père Jacques d'Arc plutôt que par l'un des frères. Sur ce seul point, l'avis de l'historienne médiéviste diverge de l'édition du procès par Pierre Tisset et Yvonne Lanhers ainsi que de l'analyse de Philippe Contamine[13]. In fine, dans le cadre d'entretiens accordés au quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest et à la revue Sciences et Avenir, Colette Beaune se range à l'avis de ses pairs[14],[9].
  5. L'historien médiéviste Olivier Bouzy observe que « la société d’enchères parle elle-même d’un anneau associé à Jeanne d’Arc, elle reste prudente[23]. »
  6. Ottoline rencontre pour la première fois Augustus John, dont elle avait déjà entendu parler et vu des œuvres, à la fin de 1907. Il lui propose de poser pour lui. C'est le 30 mai 1908, à l'issue d'une séance de pose qu'elle lui déclare sa passion. Leur liaison dure plusieurs mois jusqu'à l'automne 1909, quand John est remplacé par Henry Lamb. Elle ne finit pas par une rupture, puisqu'ils se revoient par la suite, notamment au cours d'un voyage dans le midi de la France en 1910, avec leurs conjoints respectifs, et qu'ils correspondent. Au cours de leur relation, Ottoline offre de nombreux cadeaux à John : un chapeau, une montre, des livres, un couvre-lit, une lotion pour ses cheveux, des broches et même des bagues (mais la biographie ne précise pas s'il s'agit de celle de Jeanne d'Arc)[32],[33].
  7. En 1921, Frederick Arthur Harman Oates devient Keeper of the Kings Armouries[34], autrement dit conservateur du musée des Armureries royales (Royal Armouries), équivalent britannique du Musée de l'Armée.
  8. « This ring is believed to have been the property of Joan of Arc, and came through Cardinal Beaufort to Henry VII. It is curiously square in shape. From Augustus John's Collection, 1914[35]. ».
  9. La notice du catalogue de vente de TimeLineAuctions précise que le docteur James Hasson (1892-1979) obtint son diplôme en Suisse, migra d'Alexandrie à Londres où il exerça à Harley Street avant de servir Charles de Gaulle et les FFL en tant que médecin lors de la Seconde Guerre mondiale[24].
    Le communiqué après-vente de TimeLineAuctions — repris par certains journaux[36],[37]. — évoque « un médecin français qui vint en Angleterre avec le général de Gaulle durant la Seconde Guerre mondiale » (a French doctor who came to Britain with General de Gaulle in World War II)[38].
    Co-éditeur du magazine britannique The Connoisseur, Charles Richard Cammell qualifie le docteur de « Français » (« Frenchman ») dans l'introduction de l'ouvrage rédigé par James Hasson lui-même, The Banquet of the Immortals (1943)[39].
  10. Le catalogue édité de l'exposition « Jeanne d'Arc et son temps » présente l'objet ainsi :

    « I. - ANNEAU DIT DE JEANNE D'ARC.
    Cet anneau en argent porte de part et d'autre d'une légère saillie à la place du chaton les mots JHESUS MARIA.
    Il passe pour être celui de Jeanne d'Arc qui l'aurait remis au cardinal de Winchester, Henry Beaufort (?) Conservé dans des collections anglaises il a été pendant deux ans exposé à la Turbie dans la chapelle Saint-Jean[40]. »

    Cet anneau est exposé à Rouen de concert avec un autre bijou de la collection de James Hasson : un « anneau d'or de Richard Beauchamp, comte de Warwick, trouvé sur le champ de bataille de Barnet après sa mort[41]. »
  11. Le , le site Internet du Puy du Fou publie l'annonce suivante : « Daté et authentifié par les experts, cet anneau fut offert à la jeune Jeanne par ses parents. Elle le porta toute sa vie, s’en remettant à son aura avant chaque bataille et chaque épreuve. Il fut un élément central de son procès lors duquel il lui fut symboliquement confisqué par les Anglais.
    Cet anneau vieux de 600 ans avait été retiré du doigt de Jeanne par l’évêque Cauchon, qui présidait son procès, puis donné au Cardinal anglais Henri Beaufort qui supervisait toutes les séances du procès jusqu’à l’exécution sur le bûcher de Rouen de Jeanne d’Arc en 1431[54]. »
  12. Publiée sur le site du parc de loisirs le , l'annonce « Le Puy du Fou reprend l’anneau de Jeanne d’Arc aux Anglais » entretient une confusion puisque la Pucelle, lors de son procès, décrit uniquement son anneau pris par les Bourguignons — cadeau de Jacques d'Arc ou d'Isabelle Rommée à l'héroïne —, et non l'anneau détenu par l'évêque Cauchon, ce dernier bijou ayant été offert à Jeanne d'Arc par son frère[55],[15],[9].
  13. « Un collègue scientifique m'a d'ailleurs fait remarquer que le motif floral présent sur l'anneau daterait plutôt de la toute première Renaissance, c'est-à-dire aux alentours des années 1492, 1500 », témoigne Olivier Bouzy, concluant que « l'anneau est probablement un authentique du XVe siècle. Mais il s'agit d'un objet de piété. On ne peut pas imaginer qu'il a été fait sur mesure pour Jeanne d'Arc. Ce sont sans doute des bijoux qui ont été faits en grande quantité à l'époque. Je ne dis pas que l'anneau n'a pas appartenu à Jeanne d'Arc, mais pour l'instant, les informations que l'on a ne sont pas convaincantes. »[56]

RéférencesModifier

  1. Oates 1917, planche II, [lire en ligne].
  2. Gilles Le Bouvier (dit le héraut Berry), Armorial de France, Angleterre, Écosse, Allemagne, Italie et autres puissances, composé vers 1450 par Gilles Le Bouvier dit Berry, premier roi d'armes de Charles VII, roi de France : texte complet, publié pour la première fois d'après le manuscrit original / précédé d'une notice sur la vie et les ouvrages de l'auteur... par M. Vallet de Viriville, Paris, Bachelin-Deflorenne, , XII-232 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 46.
  3. Quicherat 1849, p. 105-111, [lire en ligne].
  4. Arthur Bertrand de Broussillonéd.) (ill. Paul de Farcy), La maison de Laval, 1020-1605. Étude historique accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré, t. III : Les Montfort-Laval, 1412-1501, Paris, Alphonse Picard et fils, (lire en ligne), p. 7-9 ; 73-74, no 1208, [lire en ligne].
  5. Pernoud et Clin 1986, p. 92.
  6. Contamine, Bouzy et Hélary 2012, p. 142-144.
  7. Bouzy 2013, p. 171.
  8. « Lettre de Gui et André de Laval aux dames de Laval, leurs mère et aïeule », dans Quicherat 1849, p. 109, [lire en ligne].
  9. a b et c Bernadette Arnaud, « L'anneau de Jeanne d’Arc : un nouveau France-Angleterre ? », sur Sciences et avenir, (consulté le 20 juin 2016).
  10. Auguste Vallet de Viriville, « Les anneaux de Jeanne Darc », Mémoires de la Société impériale des antiquaires de France, 3e série, t. 10,‎ , p. 82-97.
    Tiré à part : Auguste Vallet de Viriville, Les anneaux de Jeanne Darc, par M. Vallet de Viriville membre résident. Lu en séance les 16 et 23 janvier 1867 : extrait du XXXe volume des Mémoires de la Société Impériale des Antiquaires de France, Paris, imprimerie de C. Lahure, s.d., 16 p. (lire en ligne), p. 14.
  11. Henri Wallon, « Jeanne d'Arc - 5° éd. 1879 Appendice II-16 : Les anneaux de Jeanne d'Arc », sur www.stejeannedarc.net (consulté le 6 mars 2016).
  12. Philippe Contamine, entrée Anneaux, dans Contamine, Bouzy et Hélary 2012, p. 509.
  13. Beaune 2004, p. 347.
  14. « Doutes sur l'authenticité de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 8 mars 2016).
  15. a b et c Philippe Contamine, entrée Anneaux, dans Contamine, Bouzy et Hélary 2012, p. 509-510.
  16. Tisset et Lanhers 1960, p. 84-85.
  17. Tisset et Lanhers 1970, p. 85.
  18. Tisset et Lanhers 1960, p. 176.
  19. Tisset et Lanhers 1970, p. 144.
  20. Philippe Contamine, « Le premier procès : Jeanne livrée à Cauchon », dans Contamine, Bouzy et Hélary 2012, p. 245.
  21. Tisset et Lanhers 1970, p. 182-184.
  22. Philippe Contamine, « Le premier procès : Jeanne livrée à Cauchon », dans Contamine, Bouzy et Hélary 2012, p. 248.
  23. a et b Olivier Cassiau, « Acheté par Le Puy du Fou, l’anneau de Jeanne d’Arc est-il digne de foi ? », sur www.paris-normandie.fr, (consulté le 25 août 2016).
  24. a b et c (en) Timeline Auctions, « Medieval Joan of Arc Devotional Ring with Casket and Documents », sur timelineauctions.com (consulté le 21 avril 2016).
  25. Morrell 1963.
  26. Morrell 1975.
  27. John 1952.
  28. John 1964.
  29. Darroch 1975.
  30. Seymour 1993.
  31. Holroyd 2011.
  32. Holroyd 2011, p. 260-269 ; 320 et suiv.
  33. Seymour 1993, p. 113 et suiv.
  34. (en) « Notes », The Antiquaries Journal, The Society of Antiquaries of London, vol. 1, no 2,‎ , p. 140 (lire en ligne).
  35. (en) Frederick Arthur Harman Oates, Catalogue of finger rings brought together by F.A. Harman Oates, F.S.A., (lire en ligne), p. 5.
  36. a et b « Puy-du-Fou. L'anneau acheté a-t-il vraiment appartenu à Jeanne d'Arc? », sur ouest-france.fr, (consulté le 6 mars 2016).
  37. a et b Christophe Chaland (avec AFP), « L'authenticité de l’anneau de Jeanne d’Arc en question », sur la-croix.com, (consulté le 13 mars 2018).
  38. (en) Timeline Auctions, « Joan of Arc ring sold by TimeLine Auctions for £297,600.00 », sur timelineauctions.com (consulté le 7 mars 2016).
  39. Hasson 1948, p. 11.
  40. catalogue de l'exposition Jeanne d'Arc et son temps, 1956, p. 61.
  41. catalogue de l'exposition Jeanne d'Arc et son temps, 1956, p. 62.
  42. (en) « Medieval Joan of Arc Devotional Ring with Casket and Documents », timelineauctions.com, .
  43. a b et c Claire Bommelaer, « Un historien s'interroge sur l'origine de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur Le Figaro, (consulté le 14 avril 2016)
  44. a et b Agence France-Presse, « La France a-t-elle récupéré un anneau de Jeanne d'Arc ? Certains le croient, d'autres pas », sur L'Express, (consulté le 14 avril 2016)
  45. (en) Roland Arkell, « "Joan of Arc" ring sells for £240,000 after English v French bidding battle », sur Antique Trade Gazette. The Art Market Weekly, (consulté le 8 juillet 2016).
  46. Jacques Trémolet de Villerséd.), Jeanne d'Arc : le procès de Rouen (21 février-30 mai 1431), Texte intégral du procès avec commentaires, Paris, Les Belles Lettres, , 315 p. (ISBN 978-2-251-44561-8).
  47. Philippe de Villiers, Le roman de Jeanne d'Arc, Paris, Albin Michel, , 552 p. (ISBN 978-2-226-31234-1).
  48. Jean-Louis Tremblay, « L'anneau de Jeanne d'Arc au Puy du Fou ! », sur lefigaro.fr, (consulté le 7 mars 2016).
  49. « Des doutes sur l'authenticité de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur franceinfo.fr, (consulté le 6 mars 2016).
  50. a et b « Doutes sur l'authenticité de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 8 mars 2016)
  51. a et b « Anneau de Jeanne d'Arc : le verdict positif des experts », sur figaro.fr, (consulté le 22 mars 2016)
  52. Nicolas de Villiers, « L'anneau de Jeanne d'Arc : premiers résultats des expertises et documents », (consulté le 16 juin 2016), p. 3-11 ; 27 ; 33.
  53. Nicolas de Villiers, « L'anneau de Jeanne d'Arc : premiers résultats des expertises et documents », (consulté le 16 juin 2016), p. 25.
  54. « Le Puy du Fou reprend l’anneau de Jeanne d’Arc aux Anglais », sur puydufou.com, (consulté le 23 mars 2016).
  55. a et b Tisset et Lanhers 1971, p. 85.
  56. a et b Quentin Jost, « Une authenticité remise en cause », sur La République du Centre, (consulté le 22 avril 2016).
  57. « Exclusif. Anneau de Jeanne d'Arc : le Puy du Fou fournit ses "preuves" », sur ouest-france.fr, (consulté le 11 mars 2016)
  58. Nicolas de Villiers, « L'anneau de Jeanne d'Arc : premiers résultats des expertises et documents », (consulté le 16 juin 2016), p. 18.
  59. (en) « One ring to fool them all ? : The twisting tale of "Joan of Arc’s ring" », sur The Economist, (consulté le 20 juin 2016)
  60. William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin, Les historiens de garde : de Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Inculte, , 253 p. (ISBN 979-10-91887-08-3, présentation en ligne).
  61. « Comment Philippe de Villiers récupère le mythe de Jeanne d’Arc », sur lemonde.fr, .
  62. « Diffamation : la bataille judiciaire après un article sur l'anneau de Jeanne d'Arc s'est ouverte », sur larep.fr, (consulté le 4 décembre 2018).
  63. « Villiers et l'« anneau de Jeanne d'Arc » : relaxe pour deux historiens attaqués en diffamation », sur la-croix.com, (consulté le 11 février 2019).
  64. (en) Martin Bailey, « France and Britain prepare for battle over Joan of Arc’s ring : Jewel sold in UK for £300,000 last month has left the country—but did it have an export licence ? », sur theartnewspaper.com, (consulté le 8 juillet 2016).
  65. Eugénie Bastié, « Londres réclame le retour de l'anneau de Jeanne d'Arc après son rachat par le Puy du Fou », sur figaro.fr, (consulté le 22 mars 2016).
  66. (en) « Arts Council England », sur artscouncil.org.uk (consulté le 8 juillet 2016).
  67. a et b (en) Martin Bailey, « British doubts over Joan of Arc’s ring : French owner petitions the Queen after relic is taken across the Channel following export licence faux pas », sur theartnewspaper.com, (consulté le 8 juillet 2016).
  68. « Anneau de Jeanne d’Arc – La reine d’Angleterre Elisabeth II satisfait la requête du Puy du Fou », sur lereportersablais.com, (consulté le 3 juin 2016).
  69. (en) « How Her Majesty Ends The Dispute ! », (consulté le 3 juin 2016).

BibliographieModifier

Sources primairesModifier

Les procès de Jeanne d'ArcModifier

  • Jules Quicheratéd.), Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d'Arc, dite la Pucelle : publiés pour la première fois d'après les manuscrits de la Bibliothèque royale, suivis de tous les documents historiques qu'on a pu réunir et accompagnés de notes et d'éclaircissements, t. 5 : Témoignages des poètes du XVe siècle. Lettres, actes et autres pièces détachées. Témoignages extraits des livres de comptes. Documents relatifs à l'Institution et aux premières célébrations de la fête du 8 mai, jour anniversaire de la délivrance d'Orléans. Documents sur la fausse Jeanne d'Arc qui parut de 1436 à 1440. Supplément aux pièces et extraits concernant la Pucelle. Itinéraire de la Pucelle. Notice littéraire du procès de condamnation. Notice des pièces de la réhabilitation. Table analytique, Paris, Jules Renouard et Cie, , 575 p. (lire en ligne), p. 109.
  • Pierre Tissetéd.) et Yvonne Lanherséd.), Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, t. I : Texte, Paris, C. Klincksieck (Société de l'histoire de France), , XXXII-446 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Pierre Tissetéd.) et Yvonne Lanherséd.), Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, t. II : Traduction et notes, Paris, C. Klincksieck (Société de l'histoire de France), , XXIV-435 p.
  • Pierre Tissetéd.) et Yvonne Lanherséd.), Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, t. III : Introduction. Index des matières, des noms de personne et de lieu, Paris, C. Klincksieck (Société de l'histoire de France), , IV-349 p.

La relique présuméeModifier

  • (en) Frederick Arthur Harman Oates, Catalogue of finger rings brought together by F.A. Harman Oates, F.S.A., (lire en ligne), p. 5 ; pl. II.
  • (en) James Hasson (préf. Charles Richard Cammell), The Banquet of the Immortals, Édimbourg, Poseidon Press, , 211 p., « Jeanne d'Arc », p. 94-100.
  • (en) Ottoline Morrell (préf. Robert Gathorne-Hardy), Ottoline : The Early Memoirs of Lady Ottoline Morrell, t. 1, Londres, Faber and Faber, , 308 p.
  • (en) Ottoline Morrell (préf. Robert Gathorne-Hardy), Ottoline at Garsington : Memoirs of Lady Ottoline Morrell (1915-1918), t. 2, New York, A. A. Knopf, , 304 p. (ISBN 0-394-49636-1)
  • (en) Augustus John, Augustus John : Chiaroscuro, Fragments of Autobiography, Londres, Readers Union Jonathan Cape, , 285 p.
  • (en) Augustus John (préf. Daniel George), Augustus John : Finishing Touches, Londres, Readers Union Jonathan Cape, , 157 p.
  • (en) Augustus John (préf. Michael Holroyd), Autobiography, Londres, Readers Union Jonathan Cape, , 451 p. (ISBN 0-224-01060-3)
    Nouvelle édition réunissant Chiaroscuro et Finishing Touches, les deux volumes d'origine publiés respectivement en 1952 et 1964.

Sources secondairesModifier

Études historiques sur Jeanne d'ArcModifier

Catalogue d'expositionModifier

  • Régine Pernoud et Hubert Guillet (préf. Bernard Tissot), Jeanne d'Arc et son temps : commémoration du Ve centenaire de la réhabilitation de Jeanne d'Arc, 1456-1956 : 19 juin-20 août 1956, Musée des beaux-arts, Rouen, Rouen, Musée des beaux-arts, , 96 p., p. 61-62.

Biographies des détenteurs supposés de l'anneauModifier

  • (en) Sandra Jobson Darroch, Ottoline : The Life of Lady Ottoline Morrell, New York, Coward, McCann and Geoghegan, , 317 p. (ISBN 0-698-10634-2).
  • (en) Michael Holroyd, Augustus John : The New Biography, New York, Pimlico, (1re éd. 1997), 752 p. (ISBN 978-1-8459-5184-9).
  • (en) Miranda Seymour, Ottoline Morrell : Life on a Grand Scale, New York, Farrar Straus & Giroux, , 317 p. (ISBN 0-374-22818-3)
    Réédition : (en) Miranda Seymour, Ottoline Morrell : Life on a Grand Scale, Londres, Faber & Faber, , 616 p. (ISBN 978-0-5712-4310-5).
  • (en) Francis Sheppard, The Treasury of London's Past : An Historical Account of the Museum of London and its Predecessors, the Guildhall Museum and the London Museum, HMSO, 1991. (ISBN 0112904920)