Ouvrir le menu principal

Anne de Leseleuc

actrice de théâtre et de cinéma
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carrère et Anne Carrère.
Anne de Leseleuc
Nom de naissance Anne-Marie Noémie Marcelle Gabrielle Briois
Alias
Anne Carrère
Sophie Raynal
Naissance (92 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Anne de Leseleuc, née Anne-Marie Briois le à Paris, est une actrice, romancière et historienne française.

Historique de la famille de LeseleucModifier

La famille de Leseleuc de Kerouara, (belle-famille d'Anne), est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire de Bretagne. Elle possédait la seigneurie de Kerouara dont elle a conservé le nom[1]

Cette famille est issue d'Yves Léseleuc, mort avant 1538, archer, puis tabellion de Saint-Renan, (Finistère). Paul de Leseleuc, né le à Plouescat, fut débouté en 1670 , de ses prétentions à la noblesse. Augustin François Marie de Leseleuc de Kerouara, né en 1744 , était contrôleur général des fermes de Bretagne. Augustin Joseph Sébastien de Leseleuc de Kerouara 1785-1859), officier de marine, fut ensuite percepteur des contributions directes[2].

BiographieModifier

Anne de Leseleuc s'est produite sous les noms de scène d'Anne Carrère et Sophie Raynal, pseudonyme sous lequel elle a également publié un roman inspiré par plusieurs épisodes de sa vie : Portrait d'une inconnue (éd. du Sagittaire, 2009).


Jeune fille, Anne-Marie Briois joue dans des productions théâtrales au lycée, puis elle suit les cours de Maurice Escande et paie ses études à La Sorbonne en faisant de la figuration à la Comédie-française. Reçue au Conservatoire, elle entre dans la compagnie de Jean-Louis Barrault. Sous le nom d'Anne Carrère, elle interprète de nombreux rôles à la scène, au cinéma et à la télévision.

Elle épouse en 1967 Alain de Leseleuc, directeur du théâtre de Paris, et interrompt sa carrière pour épauler son mari jusqu'à la vente du théâtre, en 1975. Elle reprend alors ses études et obtient un DEA en histoire de l'art et archéologie à l'université Paris-Sorbonne. Diplômée de l'École du Louvre en 1979, elle passe son doctorat en histoire et civilisations de l'Antiquité à la Sorbonne en 1983.

La même année, elle publie son premier roman, Le Douzième Vautour, couronné par l'Académie française. Elle publie par la suite plusieurs ouvrages historiques sur la Gaule et la Rome antique. Entre 1992 et 1997, elle fait paraître cinq romans policiers historiques consacrés aux enquêtes de Marcus Aper, citoyen romain d'origine gauloise. Grand, blond et âgé d'une vingtaine d'années, ce descendant de Vercingétorix à la fière moustache est un avocat admiré de ses pairs, aussi sérieux et méticuleux au prétoire que gros mangeur de poulet farci et grand buveur de cervoise à table. Il est surtout un fin limier qui n'hésite pas à se lancer dans des aventures mouvementées pour résoudre des énigmes et démasquer le coupable dans une scène finale au tribunal.

ThéâtreModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Œuvre littéraireModifier

RomansModifier

Série policière Marcus AperModifier

  • Les Vacances de Marcus Aper, 10/18, coll. « Grands détectives » no 2300, 10/18, 1992 - 2003
  • Marcus Aper chez les Rutènes, coll. « Grands détectives » no 2384, 10/18, 1993
  • Marcus Aper et Laureolus, coll. « Grands détectives » no 2471, 10/18, 1994
  • Les Calendes de septembre, coll. « Grands détectives » no 2606, 10/18, 1995
  • Le Trésor de Boudicca, coll. « Grands détectives » no 2810, 10/18, 1997

Autres romans policiers historiquesModifier

  • Vercingétorix, ou l'Épopée des rois gaulois, éd. de l'Archipel, 2001
  • Le Secret de Victorina, éd. de l'Archipel, 2001

Autres romansModifier

  • Le Douzième Vautour, Seuil, 1983, couronné par l'Académie française
  • Éponine, Seuil, 1985
  • Portrait d'une inconnue, éd. du Sagittaire, 2009 - sous le pseudonyme de Sophie Raynal

Ouvrages historiquesModifier

  • Le Chien, compagnon des dieux gallo-romains, éd. Trismégiste, 1983
  • La Gaule : architecture et civilisation, Flammarion, 2001
  • Le Clan des Illyriens, éd. du Sagittaire, 2006
  • Commios, roi des Atrébates, éd. du Sagittaire, 2010 et 2012
  • Tetricus, empereur gaulois, éd. du Sagittaire, 2012
  • Julien le philosophe, éd. du Sagittaire, 2013

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simil-Nobiliaire-Français, éd. Sedopols, 2012, p.512
  2. Henri de La Messelière, Filiations Bretonnes, Prudhomme, Saint-Brieuc, 1914, T.III, p.480-485


Article connexeModifier