Anne Vernon

actrice française
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Vernon.
Anne Vernon
Description de cette image, également commentée ci-après
Anne Vernon dans le film Madame, le comte, la bonne et moi
Nom de naissance Édith Antoinette Alexandrine Vignaud
Naissance (96 ans)
Saint-Denis, Seine-Saint-Denis
France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables Les Parapluies de Cherbourg
Édouard et Caroline

Anne Vernon, de son vrai nom Édith Antoinette Alexandrine Vignaud, née le à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est une actrice française, vedette des années 1950, qui a aussi tourné en Italie, au Royaume-Uni et aux États-Unis, ce qui fait d'elle une des légendes vivantes du cinéma classique français.

BiographieModifier

Passée par l'École Duperré, elle dessine d'abord des costumes de cinéma pour le couturier Marcel Rochas chez qui elle rencontre Jean Cocteau, Jean Marais, Madeleine Sologne et André Paulvé.

Après quelques cours de théâtre chez Tania Balachova, elle remplace Gaby Sylvia tombée malade dans Huis clos de Jean-Paul Sartre puis dans Jean-Baptiste, le mal-aimé d'André Roussin au Théâtre du Vieux-Colombier. À l'invitation de Fernand Ledoux, elle participe à une tournée théâtrale d'un an en Amérique du Sud juste après la Libération. Jean Anouilh l'engage ensuite pour jouer sa pièce L'Invitation au château. Sa carrière théâtrale est lancée[1].

En 1947, engagée par Pierre de Hérain, elle joue son premier vrai rôle de cinéma dans Le Mannequin assassiné.

C'est en 1948 qu'elle prend le pseudonyme d'Anne Vernon pour un film britannique. Elle tourne ensuite dans une cinquantaine de productions, parmi lesquelles Édouard et Caroline et Les Parapluies de Cherbourg (1964).

Au début des années 1970, après quelques apparitions à la télévision, elle abandonne le métier de comédienne pour se consacrer à sa véritable passion, la peinture, dans sa propriété de Cogolin (Var). Elle signe ses toiles FMR (à lire phonétiquement).

Le , Anne Vernon épouse Robert Badinter ; ils divorcent huit ans plus tard[2]. Elle se remarie avec Jean-Pierre Prouteau en 1988[3] et devient veuve en 1998.

En 1988, elle publie un livre de mémoires Hier, à la même heure [1].

En 2016, elle fait paraître aux Éditions de Fallois un recueil de nouvelles En souvenir de “Papa” (en référence à Fernand Gravey et la chanson Être papa dans le film de 1933 Le Père prématuré).

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

DoublageModifier

Elle fût également la narratrice de livres audio édités en 45-tours adaptant entre autres les contes d'Andersen dans la collection Les Enfants sages dans les années 1970.

PublicationsModifier

  • 111 recettes pour le lapin, Éditions de Trévise, 1977 (ISBN 271120300X)
  • 111 recettes pour les pâtes, Éditions de Trévise, 1979 (ISBN 2711202887)
  • Hier, à la même heure, Acropole éditions, 1988 (ISBN 2735700895)
  • Petite anthologie culinaire du lapin, Équinoxe éditions, 1997 (ISBN 2841350762)

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Noël Mirande, « Qui se souvient d'Anne Vernon ? », sur lepoint.fr,
  2. Yvan Foucart, Anne Vernon sur lesGensduCinema, réf. citée
  3. Anne Vernon (1924), consulté le 22 avril 2013.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 9782953113907)
  • Laurent Desbois : Anne Vernon ou l´élégance de la passion : entretiens avec Anne Vernon (Paris 1985-1987: in L´art d´être comédienne, essai pour Edilig)

Liens externesModifier