Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Consigny (homonymie).
Anne Consigny
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (56 ans)
Alençon, Orne, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession Actrice
Films notables Le Soulier de satin
Je ne suis pas là pour être aimé
Un conte de Noël
36 quai des Orfèvres

Anne Consigny, née le à Alençon, est une actrice française.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et débuts (années 1980)Modifier

Anne Consigny naît le à Alençon[1],[2]. Elle est la fille de Pierre Consigny, qui fut, entre autres, directeur de cabinet du Premier ministre Maurice Couve de Murville et président de la Croix-Rouge française[1]. Sœur du publicitaire Thierry Consigny, elle est la quatrième enfant d'une famille de cinq. Elle est également la tante de l'écrivain et éditorialiste Charles Consigny.

Anne Consigny commence au théâtre à 9 ans dans une pièce de Jean-Louis Barrault aux côtés de Geneviève Page[3]. Adulte, elle se produit sur scène sous la direction de Peter Brook et entre à la Comédie-Française où elle est pensionnaire[3].

Elle tourne ensuite pour le petit écran, notamment dans la série La chambre des dames, et obtient, en 1984, son premier rôle au cinéma dans une adaptation portugaise du Soulier de satin de Paul Claudel réalisée par Manoel de Oliveira.

Cependant, elle est absente du grand écran durant une vingtaine d'années, suite à la naissance de son premier fils[3]. Elle joue néanmoins au théâtre. Et en 1994, est diffusée à la télévision la pièce La Place royale, captée par son compagnon, Benoît Jacquot.

Retour médiatique (années 2000)Modifier

 
La comédienne au Festival International du Film de Deauville 2009, deux mois avant la sortie de Rapt, de Lucas Belvaux.

Les années 2002-2003 marquent son retour : elle reçoit deux nominations au Molière de la comédienne dans un second rôle, d'abord pour Elvire, puis pour La Preuve. À la télévision, elle apparaît dans un épisode de la série à succès Une famille formidable. Enfin, elle revient au cinéma sous la direction d'Isabelle Nanty dans la comédie Le Bison (et sa voisine Dorine), où elle joue le rôle d'une avocate. Elle enchaîne ensuite les seconds rôles : dans Léo, en jouant « Dans la compagnie des hommes » (2003), d'Arnaud Desplechin, puis pour le drame L'Équipier, de Philippe Lioret, et enfin le polar à succès 36 quai des Orfèvres (2005), d'Olivier Marchal.

Mais c'est en 2005 qu'elle défend pour la première fois un premier rôle. Le réalisateur Stéphane Brizé lui fait confiance pour son drame Je ne suis pas là pour être aimé, dans lequel son interprétation d'une jeune femme fragile, aux côtés de Patrick Chesnais, lui vaut une nomination aux Césars 2006 dans la catégorie meilleure actrice. La même année, elle accepte le rôle-titre d'une nouvelle série télévisée de France 2, L'État de Grace, où elle incarne la première présidente de la République. La série, mise en scène par Pascal Chaumeil, ne dépassera cependant pas une seule saison de six épisodes.

Durant le reste des années 2000, elle reste cantonnée aux seconds rôles, mais alterne les registres, en étant saluée par la profession : elle s'essaie ainsi à la comédie, aux côtés de Benoît Poelvoorde avec Du jour au lendemain (2006). Retour au drame pour le film d'Arnaud Desplechin, Un conte de Noël (2008), elle incarne le personnage d'Elizabeth, l'égoïste sœur gâtée par sa mère qui bannit son frère de la famille. Sa performance lui vaut une nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle.

En 2009, elle tient le premier rôle de la comédie Bambou réalisée par Didier Bourdon, mais aussi l'un des rôles principaux de l'acclamé film d'Alain Resnais, Les Herbes folles, aux côtés d'André Dussollier et Sabine Azéma. Elle s'illustre aussi dans le drame, en figurant au casting du thriller Rapt, de Lucas Belvaux. Elle décroche sa deuxième nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Télévision (années 2010)Modifier

 
L'actrice au Festival de Cannes 2016, pour la présentation du thriller Elle, de Paul Verhoeven.

En 2011, elle revient à la télévision en figurant au casting de la série Les Beaux Mecs, avec Victoria Abril, sur France 2. La même année, elle est la tête d'affiche du téléfilm E-Love, écrit et réalisé par Anne Villacèque pour Arte. Elle décroche le prix de la « meilleure interprétation féminine » au Festival du film de télévision de Luchon[4].

Elle tourne alors la première saison de la première série fantastique de Canal +, Les Revenants, diffusée en 2012. La fiction connaît un large succès critique et commercial, notamment à l'international[5].

Cependant, la seconde saison est diffusée seulement en 2015. Entre temps, l'actrice est revenue vers le théâtre : en 2013, elle joue Elisabeth ou l'équité au Théâtre du Rond-Point et en 2014, elle est dans Savannah Bay au Théâtre de l'Atelier.

En 2016, elle seconde Michèle Laroque et Laurent Stocker, têtes d'affiche du téléfilm Diabolique, réalisé par Gabriel Aghion. Puis elle apparait dans un épisode de la série policière à succès Les Petits Meurtres d'Agatha Christie.

En 2018, elle joue dans la pièce Le Fils, de Florian Zeller, à la Comédie des Champs-Élysées. La fin de l'année est marquée par la diffusion de la série médicale de Canal +, Hippocrate. Elle y incarne une chef de service froide mais professionnelle, accessoirement mère de l'un des jeunes internes, incarné par Zacharie Chasseriaud. La série est co-écrite et réalisé par Thomas Lilti.

En 2019, elle fait partie de la distribution de la mini-série policière Un avion sans elle, avec Bruno Solo.

Au cinéma, elle continue à défendre des seconds rôles, collaborant de nouveau avec le cinéaste Alain Resnais - Vous n'avez encore rien vu (2011) - mais aussi l'acteur Patrick Chesnais - 12 ans d'âge (2013). En 2014, son ex-compagnon Benoît Jacquot lui confie un petit rôle dans son drame Trois cœurs, porté par le trio Charlotte Gainsbourg/Catherine Deneuve/Chiara Mastroianni. Enfin, en 2016, elle tient un second rôle dans le thriller Elle, première réalisation du cinéaste néerlandais Paul Verhoeven. Sa performance lui vaut sa troisième nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Vie privéeModifier

Anne Consigny a deux fils (du réalisateur Benoît Jacquot, dont elle est séparée aujourd'hui) : Vladimir, né en 1989, comédien, et Louis, né en 1994.

Elle épouse le , à la Villa Médicis, l'historien d'art Éric de Chassey.

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

 
Anne Consigny (à droite) lors de la présentation de Vous n'avez encore rien vu au festival de Cannes 2012 aux côtés de Pierre Arditi, Sabine Azéma et Alain Resnais. Derrière, à demi caché : Gilles Jacob, président du festival de Cannes.

Nominations et récompenseModifier

DiversModifier

Notes et référencesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :