Anne-Pierre-Chrétien de Lamoignon

personnalité politique française

Anne-Pierre-Chrétien, comte de Lamoignon (, Paris - , Paris), est un militaire et homme politique français.

Anne-Pierre-Chrétien de Lamoignon
Illustration.
Fonctions
Membre de la Chambre des Pairs

(11 ans, 7 mois et 4 jours)
Pairie héréditaire
Prédécesseur Pairie créée
Successeur Adolphe de Ségur-Lamoignon
Conseiller général de la Seine

(10 ans, 1 mois et 23 jours)
Circonscription Seine
Prédécesseur Inconnu
Successeur Jean-Baptiste-François de Bourgeon
Conseiller municipal de Paris
Conseiller général de Seine-et-Oise
Biographie
Titre complet Comte de Lamoignon, Vicomte de Lamoignon
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 56 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France française
Parti politique Droite
Père Chrétien-François de Lamoignon de Bâville
Mère Marie-Élisabeth Berryer
Conjoint Marie-Louise Molé
Enfants Marie-Louise de Lamoignon
Famille Famille de Lamoignon
Entourage Adolphe de Ségur-Lamoignon (gendre)
Profession homme politique, militaire
Distinctions Ordre national de la Légion d'honneur Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur
Ordre royal et militaire de Saint-Louis Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Religion Catholicisme
Résidence Château de Méry-sur-Oise

Anne-Pierre-Chrétien de Lamoignon
Blason

BiographieModifier

Fils de Chrétien François de Lamoignon de Bâville, il s'engagea dans le parti des armes en 1788, émigra au moment de la révolution, et servit, en 1792, à l'armée des Princes en tant que garde du corps. Il fit partie de l'expédition de Quiberon, où il fut grièvement blessé, et ne dut sa vie qu'au dévouement de son frère Charles.

Ramené en Angleterre, il souffrit longtemps de ses blessures, s'adonna aux lettres et se lia avec Chateaubriand. Il rentra en France sous le Consulat et fut nommé conseiller général de Seine-et-Oise, puis conseiller municipal de Paris.

Le , il fut nommé membre du Conseil général du département de la Seine et, le , son nom fut mis au bas de l'adresse que ce conseil présenta à Bonaparte, à l'occasion de la défection des prussiens, quoiqu'il ne se fut pas trouvé à l'assemblée où cette adresse avait été arrêtée.

Le , il fut l'un des signataires l'adresse du même conseil qui demandait le retour des Bourbons, se positionnant ainsi contre Bonaparte. Il fut nommé, par le Roi, Chevalier de la Légion d'Honneur, le suivant.

Louis XVIII le nomma président du collège électoral de Pontoise et Pair de France le . Il fut, dans cette assemblée, membre de la commission spéciale chargée, au mois d', de l'examen du projet de loi relatif à l'abolition de la loi du divorce. Le 26, il présenta un rapport qu'il terminait en votant l'adoption de la loi proposée, sauf quelques légers changements qui ne devaient avoir pour but que de rendre sa rédaction plus claire.

Il se faisait porter au Luxembourg toutes les fois qu'il croyait sa présence nécessaire, et y vota avec indépendance ; il se prononça pour la mort dans le procès du maréchal Ney.

Sa pairie fut transmise à son gendre, Adolphe de Ségur-Lamoignon.

SourcesModifier

  • « Lamoignon (Anne-Pierre-Chrétien, vicomte de) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Biographie des hommes vivants, ou, Histoire par ordre alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actions ou leurs écrits, Volume 4, Louis Gabriel MICHAUD, 1816

Lien externeModifier