Anne-Claire Coudray

présentatrice des journaux du week-end de TF1
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Coudray.
Anne-Claire Coudray
Naissance (43 ans)
Rennes, Ille-et-Vilaine
Nationalité Drapeau : France Française
Profession journaliste et animatrice de télévision
Médias
Fonction principale Présentatrice du JT du week-end de TF1 (depuis 2015)
Télévision TF1 (depuis 2009)

Anne-Claire Coudray, née le à Rennes (Ille-et-Vilaine)[1],[2], est une journaliste et animatrice de télévision française.

BiographieModifier

Jeunesse et vie privéeModifier

Anne-Claire Coudray passe une partie de son enfance à Locmariaquer (Morbihan)[3], commune native de ses grands-parents maternels. Son père, Jean Coudray, est psychologue et sa mère professeur de français[4]. Elle suit un enseignement catholique au Lycée Saint-François-Xavier à Vannes puis intègre les classes préparatoires du lycée Guist'hau à Nantes (Loire-Atlantique) pour deux ans en hypokhâgne et khâgne[3]. Elle suit ensuite un double cursus de licence de lettres et de maîtrise d'histoire à l'université Rennes 2, tout en travaillant comme journaliste pour Radio Campus Rennes[3].

Elle est actuellement en couple avec l'homme d'affaires, Nicolas Vix et elle met au monde, en , une fille nommée Amalia[5].

CarrièreModifier

2000 : Ses débutsModifier

Diplômée de l'École supérieure de journalisme de Lille en 2000[6], Anne-Claire Coudray travaille ensuite pour l'agence Internep à Lille, sur des reportages en France et à l'étranger pour TF1 et Arte Info[7]. Elle réalise également quelques magazines pour France 3[7].

En [1], elle entre au service « news » de TF1. Elle travaille d'abord au bureau de Lille[8] avant de revenir à Paris en 2004[1]. Elle couvre notamment les Jeux olympiques de Pékin en 2008, la visite du pape Benoît XVI en France en , l'élection présidentielle américaine de 2008 ou encore le défilé militaire du [1],[9].

2009 : TF1 et LCIModifier

À partir de , elle présente le magazine de société TMC Reportages sur TMC, une chaîne du groupe TF1[9]. Pendant l'été 2009, elle devient présentatrice remplaçante des journaux télévisés sur LCI, chaîne d'information en continu du groupe TF1[9].

En 2010, Anne-Claire remplace Bénédicte Le Chatelier (congé maternité) à la présentation des éditions du soir et de LCI Soir aux côtés de Damien Givelet de 22 h à h[10].
En décembre 2010, elle couvre pour TF1 et LCI les élections en Côte d'Ivoire et ses suites opposant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara[11],[7].

En , elle couvre l'affaire Dominique Strauss-Kahn[10] et en , le mariage du prince Albert de Monaco[7]. En , elle devient la remplaçante (joker) de Claire Chazal à la présentation des journaux de 13 heures et 20 heures du week-end et du magazine Reportages sur TF1[12],[13]. À l'automne 2012, elle est envoyée spéciale de TF1 aux États-Unis, pour couvrir l'élection présidentielle américaine de 2012[14]. En , elle est envoyée au Mali pour couvrir les évènements militaires de l'Opération Serval, à Gao[15].

Anne-Claire Coudray est à la présentation du défilé du depuis 2013 sur TF1 avec Gilles Bouleau et Jean-Claude Narcy (2013–2016), Louis Bodin et Denis Brogniart (2014–2016).

À l'été 2015, pendant son congé maternité, elle est remplacée par la journaliste de LCI Audrey Crespo-Mara, à la présentation des journaux télévisés de 13 h et 20 h ainsi que les magazines Grands Reportages et Reportages, tous les week-ends[16].

Elle remplace définitivement Claire Chazal à partir du pour la présentation du Journal du week-end sur TF1 (du vendredi soir au dimanche soir)[17]. Le même jour, TF1 annonce qu'Audrey Crespo-Mara sera son joker officiel.

Lors des attentats du 13 novembre 2015 en France, Anne-Claire prend en charge les éditions spéciales de TF1 : le samedi avec Gilles Bouleau jusqu'aux environs de 21 heures 55. Puis en solo à l'édition du 13 h le lendemain, pendant environ une heure.

Depuis , elle anime également avec Gilles Bouleau les soirées électorales de TF1 (élections régionales en 2015[18],[19], élection présidentielle en 2017[20]).

Elle sera la présidente du jury des Assises du journalisme en [21].

Le , elle anime sur TF1, avec Gilles Bouleau, un débat opposant les cinq candidats à l'élection présidentielle les plus hauts dans les sondages François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon[22]. Du 10 au 20 , elle présente avec Gilles Bouleau l'émission Demain Président qui reçoit chaque jour à 20 h 20 sur TF1 un candidat à l'élection présidentielle durant 20 minutes[23]. Durant l'entre-deux-tours, elle présente avec Gilles Bouleau l'émission Elysée 2017 qui reçoit Marine Le Pen le puis Emmanuel Macron le diffusée en prime time sur TF1[24].

Le , elle interviewe pour la première fois, avec Gilles Bouleau et David Pujadas (LCI), le président de la République française Emmanuel Macron dans l'émission Le grand entretien : Emmanuel Macron diffusée sur TF1 et LCI[25].

RémunérationModifier

En tant que présentatrice de TF1, elle bénéficie d'un salaire situé entre 30 000 et 45 000 euros par mois[26].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d groupe TF1, « Anne-Claire Coudray », sur lci.tf1.fr (consulté le 5 juillet 2012).
  2. « Biographie Anne-Claire Coudray », sur people.plurielles.fr (consulté le 29 octobre 2012).
  3. a b et c Vinvent Jarnigon, « Anne-Claire Coudray : de Rennes au 20 h de TF1 », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  4. Marie-France Chatrier, « Anne-Claire Coudray TF1 aime l'encre de ses yeux », sur Paris Match, .
  5. Y.V., « Anne-Claire Coudray, maman d'une petite Amalya » sur Paris Match, 17 juillet 2015
  6. Annuaire des anciens de l'ESJ, « Anciens | ESJ Lille ».
  7. a b c et d Vinvent Jarnigon, « Biographie de Anne-Claire Coudray », sur Première (consulté le 6 août 2012).
  8. « TF1: Qui est Anne-Claire Coudray, la présentatrice qui devrait remplacer Claire Chazal? », sur 20minutes.fr (consulté le 26 octobre 2015)
  9. a b et c « Anne-Claire Coudray, nouveau visage de la TNT », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Caroline Bonacossa, « Anne-Claire Coudray est nommée remplaçante officielle de Claire Chazal », sur Télé 2 Semaines, .
  11. Emilie Leoni, « TF1 : Voici le nouveau joker de Claire Chazal, Anne-Claire Coudray », sur programme-tv.net, .
  12. « Voici la nouvelle présentatrice des JT de TF1, joker de Claire Chazal: Anne-Claire Coudray », sur JeanMarcMorandini.com, .
  13. Anne-Claire Coudray, le nouveau joker gagnant de TF1, Le Figaro, 4 janvier 2013.
  14. Laurent Chignaguet, « TF1 : Anne-Claire Coudray à l'heure américaine », sur TV Magazine / Le Figaro, .
  15. « Qui est Anne-Claire Coudray, la nouvelle reine de l'info ? », Télé Loisirs,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  16. Patrice Gascoin, « Audrey Crespo-Mara prête pour le JT de TF1 » sur TV Magazine / Le Figaro, 17 juillet 2015.
  17. « Anne-Claire Coudray plébiscitée pour son premier JT comme titulaire », sur Le Huffington Post (consulté le 26 octobre 2015)
  18. « Résultat des élections régionales : dispositifs des chaînes. », sur www.leblogtvnews.com, (consulté le 22 mars 2017).
  19. « Résultat du deuxième tour des élections régionales : le dispositif des chaînes. », sur www.leblogtvnews.com, (consulté le 22 mars 2017).
  20. « TF1/LCI-Presidentielle 2017 : dispositif 1er tour », sur stars-actu.fr, (consulté le 20 avril 2017).
  21. « Anne-Claire Coudray, Présidente du Jury des Prix des Assises 2017 », sur www.journalisme.com, (consulté le 22 mars 2017).
  22. « Présidentielle: Fillon, Hamon, Le Pen, Macron et Mélenchon s'affronteront lors d'un débat avant le 1er tour », sur www.20minutes.fr, 20minutes.fr, (consulté le 21 février 2017).
  23. Julien Bellver, « TF1 : "Demain président", chaque jour après le 20 Heures à partir du 10 avril », sur ozap.com, Pure Médias, .
  24. Jeanne Cavelier et Joël Morio, « Pourquoi TF1 lance « Elysée 2017 », une nouvelle émission politique en prime time », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 25 avril 2017)
  25. « Le Grand Entretien de Macron sur TF1 et LCI : découvrez le bureau de l'Élysée où le président sera interviewé », sur www.lci.fr, .
  26. Frédéric Lemaire, « Que gagnent les journalistes ? Entre précarisation et salaires faramineux », sur Acrimed,

Liens externesModifier