Ouvrir le menu principal

Anna Perenna

sœur légendaire de Didon, personnage de l'Enéide, devenue divinité romaine
Anna Perenna
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Tyr
Décès
Italie
Père
Belos
Fratrie
Pygmalion, Didon

Anne ou Anna Perenna est un personnage de l'Enéide de Virgile et des Fastes d'Ovide. Elle est devenue une déesse romaine, généralement représentée sous les traits d'une vieille femme.

Sources littéraire antiquesModifier

Elle est chez Virgile la fille de Bélos, roi de Tyr, et sœur de Pygmalion et Didon. Elle quitte sa patrie, la Phénicie, et embarque avec sa sœur pour l'Afrique, où elles fonderont Carthage. Selon le livre 4 de Enéide de Virgile, elle aurait conseillé à Didon de s'abandonner à son amour pour le prince troyen Enée. Selon Ovide (Fastes livre 3), après la mort de Didon (qui refuse d'épouser Iarbas en se donnant la mort), elle se retire en Italie pour se soustraire aux poursuites d'Iarbas, roi gétule et y reçoit l'hospitalité d'Énée. Mais persécutée par Lavinie, la femme d'Énée, jalouse de sa beauté, Anna Perenna se jette dans les eaux du Numicus, dont elle devient la nymphe.

La déesse romaineModifier

Selon une autre légende, elle vit plus longtemps. Elle est déjà très âgée quand la plèbe de Rome fait sécession et se retire sur le mont Sacré en 494 av. J.-C. Compatissant aux malheurs des plébéiens, elle vient chaque jour leur apporter de la nourriture, les sauvant de la famine. Par reconnaissance, ils lui batirent un temple. La fête d'Anna Perenna est célébrée chaque année le 15 mars dans un bois sacré près de Rome.

Postérité : « Anne, ma sœur Anne »Modifier

C'est par la fameuse apostrophe à Anne par Didon que s'ouvre le chant IV de l'Énéide : « Anna soror, quae me suspensam insomnia terrent ! » Signifiant littéralement « Anne, ma sœur, quels songes terrifiants me laissent perplexe ! », cette phrase connaît plusieurs autres traductions, par exemple cet alexandrin de Parseval-Grandmaison :

« Ô quels songes, ma sœur, me glacent d'épouvante! »

Jacques Delille en fait une traduction moins serrée :

« Ô toi qui de mon âme es la chère moitié,
Ma sœur, lis avec moi dans mon cœur effrayé :
D'où vient que le sommeil fuit mon âme inquiète? »

Cette expression sera reprise sous la forme d'une répétition (Anna soror, soror Anna) dans la 7e Héroïde d'Ovide, avant de passer à la postérité française dans la transposition célèbre de La Barbe Bleue[1].

Notes et référencesModifier

  1. G. Devallet, « Jules Lemaitre en marge de l'Enéide », in Énée et Didon : naissance, fonctionnement et survie d’un mythe, dir. R. Martin, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1990, p. 148-156

SourcesModifier