Anjou (Montréal)

arrondissement de Montréal, Québec, Canada

Anjou (prononciation : / ɑ̃ʒu /) est un des dix-neuf arrondissements de la ville de Montréal, au Québec (Canada). Avant les réorganisations municipales québécoises de 2002, il était constitué de la ville d’Anjou, une municipalité fondée en 1956 à partir de la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice.

Anjou
Anjou (Montréal)

Logo Mtl Anjou.svg
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Montréal
Statut Arrondissement
Constitution 23 février 1956
Maire
Mandat
Luis Miranda
2017 - 2021
Démographie
Gentilé Angevin(e)
Population 46 570 hab.[1] (2021)
Densité 3 422 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 1 361 ha = 13,61 km2
Localisation
Arrondissements de Montréal.
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

La localisation stratégique d’Anjou, à l’intersection de l'autoroute 25 et de l' autoroute Métropolitaine (A-40), en fait un carrefour commercial et industriel important de l’est de l’agglomération de Montréal. En plus du grand centre commercial régional Les Galeries d'Anjou, on y retrouve un parc industriel comptant plus de 600 entreprises[2]. On retrouve même un grand lac de rétention et un important club de golf.

HistoireModifier

Jusque dans les années 1950, le territoire qu’occupera Anjou est principalement à vocation agricole. Le développement domiciliaire et l’urbanisation de la ville à partir du milieu des années 1950 le fait passer d’une petite paroisse de quelques centaines de personnes à une banlieue de plusieurs milliers d’habitants dans les années 1960.

La ville d'Anjou a été constituée le , à la suite de la séparation de la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice et de la paroisse de la Longue-Pointe; le territoire de la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice est devenu la nouvelle municipalité d'Anjou. Aujourd’hui, l’arrondissement comprend différents quartiers: Vieux-Anjou, Central, Haut-Anjou, des Galeries d’Anjou, Anjou-sur-le-lac et industriel.

La construction de l’échangeur Anjou où se croisent l'autoroute 25 et l'autoroute Métropolitaine (A-40), la création d’un énorme parc industriel et la construction du grand centre commercial régional Les Galeries d'Anjou contribuent dans les années 1960 à un développement accéléré du territoire. D’ailleurs, les Galeries d’Anjou seront considérés à sa fondation en 1968 comme le plus grand centre commercial du Québec[3]. La municipalité d'Anjou qui comptait 9 500 habitants vers la fin des années 1950, en accueille plus de 30 000 au début des années 1970.

Le nom de la municipalité a été choisi en hommage à l'Anjou, province historique de France, d'où étaient originaires les premiers colons, dont le fondateur de Ville-Marie, Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière. Ses armoiries sont composées de fleurs de lys rappelant les origines françaises de plusieurs concitoyens et de feuilles d’érable pour ses origines québécoises ainsi que de deux branches de laurier, symbolisant la gloire et la persévérance. Sa devise en latin est « Non devis unquam » signifiant « Je ne dévie jamais ».

Depuis les fusions municipales de 2002, la ville d'Anjou a été fusionnée avec la ville de Montréal et le territoire est devenu l'arrondissement d'Anjou. En 2004, un référendum proposant la défusion d'Anjou de la Ville de Montréal fut tenue, mais n'atteint pas le seuil de participation de 35 % nécessaire.

En 2006, Anjou célébrait son 50e anniversaire.

Le prolongement de la ligne bleue du métro, dont l’inauguration est prévue en 2026, prévoit une station terminale près des rues Bélanger et Galeries d’Anjou permettant ainsi de mieux desservir ce secteur en transport collectif.

GéographieModifier

DémographieModifier

En 2016, l'arrondissement d’Anjou rassemblait 42 796 habitants, répartis sur une superficie de 13,7 km2. Le tiers de la population était issue de l’immigration et provenait principalement de l’Algérie (20,7%), de Haïti (17,7 %), du Maroc (7%) et de l’Italie (6,5%)[4].

Langue la plus souvent parlée à la maison
Langue Population Pourcentage (%)
Français 28 825 75,8%
Anglais 2 905 7,6%
Français et anglais 490 11,1%
Autres langues 6 280 16,5 %

Arrondissements et municipalités limitrophesModifier

AdministrationModifier

Liste des maires de la ville puis de l'arrondissement[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1956 1973 Ernest Crépeault    
1973 1988 Jean Corbeil Alliance municipale d'Anjou  
1988 1997 Richard Quirion Relève démocratique municipale d’Anjou  
1997 En cours Luis Miranda Alliance populaire Anjou, Union Montréal puis Équipe Anjou  

JumelagesModifier

🇫🇷 Le Perreux-sur-Marne, France

ÉducationModifier

L'arrondissement compte huit écoles primaires et deux écoles secondaires dont une privée. L'éducation francophone est assurée par la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île tandis que l'école anglophone est gérée par la English Montreal School Board. L'école Jacques-Rousseau est la seule école publique située dans le secteur du Haut-Anjou.

Écoles primairesModifier

  • École primaire Albatros (alternative)
  • École primaire Cardinal-Léger
  • École primaire Chénier
  • École primaire Dalkeith (anglophone)
  • École primaire Des Roseraies
  • École primaire Jacques-Rousseau
  • École primaire Saint-Joseph
  • École primaire Wilfrid-Pelletier (internationale)

Écoles secondairesModifier

ÉconomieModifier

Anjou est le plus important pôle commercial et industriel de l'Est de l'Île de Montréal. Au niveau commercial, on retrouve l'imposant centre commercial régional Les Galeries d'Anjou, le centre commercial d’alimentation Les Halles d'Anjou, d’importantes tours à bureaux, plusieurs commerces de grandes surfaces (Costco, Rona L’entrepôt, Réno Dépôt, Home Dépôt, Meubles Léon, Mayrand, Adonis, Bureau en gros, etc.) et plusieurs autres commerces ayant pignon sur rue, principalement dans de petits centres commerciaux de quartier. Au niveau industriel, on retrouve de nombreuses industries dans le quartier industriel au nord-est de l'arrondissement. On retrouve, entre autres, le siège social du Groupe Marie-Claire, de Chocolat Vadeboncoeur, de Les Éditions CEC et de Mondou.

CultureModifier

 
La bibliothèque Jean-Corbeil

La Ville possède deux bibliothèques: la bibliothèque Jean-Corbeil et, une petite annexe, la bibliothèque du Haut-Anjou. N’ayant pas de Maison de la culture, seule la salle d’animation de la bibliothèque Jean-Corbeil sert de lieu de spectacle et d’exposition. Un petit chapiteau a été installé en 2017 à la place des Angevins permettant d’offrir des spectacles, des projections cinématographiques et de la danse à l’extérieur.

Patrimoine bâtiModifier

L’arrondissement possède deux ensembles urbains d’intérêt patrimonial: le secteur de la Loire et le secteur du boulevard Yves-Prévost. Ces ensembles harmonieux sont principalement composés de bungalows et split levels alignés le long de rues bordées d’arbres matures. L’église Notre-Dame-d’Anjou, réalisé par l’architecte André Blouin, est un immeuble de valeur patrimoniale exceptionnelle ainsi que deux maisons rurales situées le long du Boulevard Métropolitain Est, seules traces de l’époque de l’ancien chemin de la côte Saint-Léonard. L’hôtel de ville d’Anjou, par son caractère architectural unique au Québec, est un immeuble qualifié de valeur patrimoniale intéressante[6].

SociétéModifier

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Modèle:MAMH, Décret de population de 2021
  2. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2238,2890491&_dad=portal&_schema=PORTAL
  3. François Hudon, Histoire d’Anjou 1956-2006, Éditions Louis Bilodeau et fils ltée, , Page 37
  4. Ville de Montréal, Profil sociodémographique - Recensement 2016, , 42 pages p.
  5. François Hudon, Deux époques, deux façons de faire (lire en ligne)
  6. Ville de Montréal, Évaluation du patrimoine urbain: arrondissement d’Anjou,

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier