Ouvrir le menu principal
Ange Flégier
Description de l'image Ange Flégier.JPEG.

Naissance
Marseille
Décès (à 81 ans)
Marseille
Activité principale Compositeur
Activités annexes Peintre
Maîtres Ambroise Thomas
Distinctions honorifiques chevalier de la légion d'honneur

Ange Flégier est un compositeur et peintre français né le à Marseille, mort à Marseille le .

Son nom est aujourd'hui presque totalement oublié. Il est pourtant l'auteur d'une mélodie sur un célèbre poème d'Alfred de Vigny (intitulée "Poème pittoresque" sur la partition), dont on connait encore le premier vers (et même parfois la musique): "J'aime le son du cor le soir au fond des bois", le célèbre "Cor de Flégier", et qui fut enregistrée, notamment, par Fédor Chaliapine.

Un disque est sorti en 2016 avec ses mélodies pour voix de basse et piano. "Ange FLÉGIER: Mélodies for Bass Voice and Piano" avec la basse Jared Schwartz, Mary Dibbern au piano, et Thomas Demer, alto. Toccata Classics, TOCC 0306, Londres, Enregistré au Cathédral de St Matthew, Dallas, Texas (E-U), 27-28 avril, 2016. Livret d'Hervé Oléon. Des mélodies enregistrées sont: Le Cor, La Poésie, Au crépuscule, L'Homme et La Mer, La Neige, Le Manoir, À la dérive, Chant d'automne, Apaisement (avec alto obligé), Les Larmes, O Salutaris, Je ne sais pourquoi, et Ma coupe.

Flégier est également l'auteur d'une œuvre abondante (plus de 300 numéros), comprenant de la musique pour piano (y compris un concerto, 1900), des mélodies, l'opéra-comique Fatma créé au Grand Théâtre de Marseille en 1875, l'oratorio Ossian (Marseille, 1885), et surtout de la musique de chambre, en particulier plusieurs œuvres pour bois dans des formations inusitées : trio pour hautbois, clarinette et basson (1896), quatuor pour deux hautbois et deux bassons, ainsi qu'un dixtuor pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor et quintette à cordes, créé en 1898, et dont le Larousse de l'époque relève qu'il est le premier de son genre, le mot dixtuor ayant même été forgé par Flégier pour l'occasion.

Il décède à Marseille écrasé par un tramway et est enterré au Cimetière Saint-Pierre à Marseille. Son neveu, le sculpteur et médecin, Maurice Mangepan-Flégier, réalisa son masque funéraire, allant contre ses dernières volontés sans le savoir (photo).

Ses dernières volontés sont d'ailleurs une curiosité: ci dessous une copie publiée dans "la semaine artistique" du 11 Octobre 1917

Considérations et dispositions concernant mes funérailles

Toutes les religions étant basées sur l'ignorance et l'exploitation de l'humanité, je veux être enterré civilement, et le plus simplement possible. Le corbillard des pauvres, ou la classe la plus basse.

Les fleurs étant faites pour la joie et le plaisir, je ne veux ni fleurs ni couronnes. Les décorations seules devront figurer derrière mon cercueil, sur un coussin noir placé devant la porte du corbillard.

Le deuil résidant dans la douleur et non dans le costume, et ne servant qu'à attrister ceux qui le voient, et nonceux qui le portent, je demande à ce que personne ne prenne le deuil au sujet de ma disparition. Par conséquent, pas de messe de sortie de deuil, ni d'anniversaire, ni autre cérémonie religieuse.

La manipulation d'un trépassé étant une profonationde la dépouille mortelle, je demande:

1° à ne pas être habillé si je meurs dans mon lit et à être tout simplement enveloppé dans un linceul ou drappé à l'antique.

2° si je meurs en costume de ville, à être laissé tel que je serai au moment de mon décès.

Je ne veux à mon chevet mortuaire ni croix ni cierge allumé ni eau bénite ni branche de buis ni aucun objet religieux.

Le souvenir des disparus devant se perpétuerà l'état sain et vivant et non à l'état de cadavre, je défends de la façon la plus absolue qu'on montre mon corps à qui que ce soit. C'est là ce qui distingue selon moi le vrai culte des morts de ce que j'appellerai le culte des cimetières, ou de la putréfaction.

Je désire que ces dispositions soient rendues publiques.

Fait à Marseille le 25 Avril 1913.

signé Ange Flégier


Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier