Ouvrir le menu principal

Andrew W. Lewis

historien médiéviste américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andrew Lewis.
Andrew W. Lewis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
SpringfieldVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Andrew Wells Lewis
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales
Le Sang royal : la famille capétienne et l'État (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Andrew W. Lewis (1943-2017) est un historien américain, spécialiste de l'histoire du Moyen Âge, qui s'est surtout fait connaître par la publication de son ouvrage Le Sang royal : La famille capétienne et l'Etat.

BiographieModifier

Né à Savannah, dans l'État américain de Géorgie, le [1], Andrew Wells Lewis débute ses études universitaires au Dartmouth College, où il obtient un baccalauréat universitaire ès lettres (B. A.) en 1966. Il fait ensuite le choix de s'orienter vers l'histoire, complétant sa maîtrise dans cette discipline à l'université de Chicago en 1967, puis son doctorat (PhD) en histoire, avec spécialisation dans la France du Moyen Âge, à Harvard en 1973[1],[2].

Andrew Lewis devient ensuite professeur d'histoire à la Missouri State University, enseignant durant plus de trois décennies l'histoire du Moyen Âge et de la Renaissance, celle de la Rome antique ainsi que l'histoire mondiale[3],[2].

La publication en 1981 d'une version remaniée de sa thèse de doctorat, Royal Succession in Capetian France: Studies on Familial Order and the State[4],[5], attire sur lui l'attention des historiens et des milieux académiques[3], lui méritant le prix MacArthur (1984-1989)[6] et le John Nicholas Brown Prize (1985) de la Medieval Academy of America[7]. Une traduction française paraît en 1986, à l'initiative de Georges Duby, sous le titre Le Sang royal : La famille capétienne et l'État, France, Xe – XIVe siècles[8]. L'ouvrage a fait l'objet en d'une session spéciale lors du congrès de la Société internationale des médiévistes de Paris, avec des interventions des historiens Dominique Barthélemy, Xavier Hélary et Julien Théry[9].

Tout au long de sa carrière, le professeur Lewis a publié de nombreux articles portant sur la famille capétienne et ses possessions, dans des revues scientifiques comme The American Historical Review, English Historical Review, Traditio, Mediaeval Studies et la Bibliothèque de l'École des chartes[3].

Andrew Lewis est mort le , à l'âge de 74, dans sa ville de résidence de Springfield, au Missouri[1].

NotesModifier

  1. a b et c (en) « Obituary for Andrew Lewis - Springfield, MO », sur Gorman-Scharpf Funeral Home (consulté le 1er décembre 2017)
  2. a et b (en) « Andrew Lewis », page académique archivée, sur History Department, Missouri State University, (consulté le 1er décembre 2017)
  3. a b et c (en) Jessica Elliott et Kathleen Kennedy, « Dr. Andrew Lewis: September 1943 to October 2017 », sur History Blog - Missouri State University, (consulté le 1er décembre 2017)
  4. (en) Andrew W. Lewis, Royal Succession in Capetian France : Studies on Familial Order and the State, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, (ISBN 9780674779853, OCLC 7575203)
  5. Table des matières et liste de comptes rendus anglophones
  6. (en) « Andrew W. Lewis », sur MacArthur Foundation, (consulté le 1er décembre 2017)
  7. (en) « Recent Recipients of the John Nicholas Brown Prize », sur The Medieval Academy of America (consulté le 1er décembre 2017)
  8. Andrew W. Lewis (trad. Jeannie Carlier, préf. Georges Duby), Le Sang royal : La famille capétienne et l'État, France, Xᵉ-XIVᵉ siècle, Paris, Gallimard, (ISBN 2070705145, présentation en ligne).
  9. « Autour du livre d'Andrew Lewis, Le Sang royal. La famille capétienne et l'Etat, France, Xe-XIVe siècles », Société internationale des médiévistes de Paris, « Le sang dans la France médiévale », annonce de colloque, sur Calenda, (consulté le 1er décembre 2017)

Voir aussiModifier

Comptes rendus critiques de Royal Succession in Capetian France / Le Sang royal
Bases de données