Ouvrir le menu principal

Andrew Peacock

personnalité politique australienne
Andrew Peacock
Andrew Peacock.jpg
Fonctions
Ambassadeur d'Australie aux États-Unis (d)
-
John McCarthy (en)
Michael Thawley (en)
Ambassadeur d'Australie aux États-Unis (d)
-
John McCarthy (en)
Michael Thawley (en)
Minister for Industry and Innovation
-
Phillip Lynch (en)
John Button (en)
Ministre de l'Emploi et des Relations industrielles
-
Tony Street (en)
Ian Viner (en)
Ministre des Affaires étrangères
-
Don Willesee (en)
Tony Street (en)
Ministre de l'Environnement
-
Joe Berinson (en)
Ivor Greenwood (en)
Ministre des Affaires internes
-
Charles Barnes (en)
Ministre de la Défense
-
Phillip Lynch (en)
Bob Katter (en)
Député à la Chambre des représentants d'Australie
Circonscription de Kooyong
-
Petro Georgiou (en)
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Austin, Washington (), Mascot (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Conjoint
Susan Renouf (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinctions

Andrew Peacock (né le ), est un ancien homme politique libéral australien. Il a été ministre dans les gouvernements Gorton, McMahon et Fraser et a été chef fédéral du parti libéral australien entre 1983 et 1985 puis entre 1989 et 1990.

BiographieModifier

Peacock est né à Melbourne, au Victoria. Il était le fils d'un riche directeur de société. Il fait ses études au Collège Scotch et à l'Université de Melbourne où il obtient son diplôme de droit. Il exerce le droit à Melbourne en faisant une avance rapide au sein du Parti libéral. Il devient président des Jeunes libéraux en 1962 et en 1963 il épouse Susan Rossiter, la fille du député libéral du Victoria, Sir John Frederick Rossiter et de Joan Stewart, qui était née en 1940. Ils ont eu trois filles, dont l'une d'entre elles est l'entraineur de chevaux Jane Chapple-Hyam. En 1965, il devient président du Parti libéral du Victoria.

Début de carrière politiqueModifier

En 1966, Sir Robert Menzies prend sa retraite politique et Peacock lui succède comme député de Kooyong, dans la banlieue résidentielle de l'est de Melbourne. En 1969, il est nommé ministre des Armées et, à ce poste, jou un rôle mineur dans la chute du Premier ministre John Gorton en 1971. En 1972, William McMahon en fait le ministre des Territoires, chargé de la possession coloniale de l'Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il est responsable de l'amener à l'indépendance.

Lorsque les libéraux passent dans l'opposition en décembre 1972, Peacock devient un des principaux membres de l'opposition. Modéré au sein du parti il soutient le nouveau leader, Billy Snedden. Lorsque Snedden perd les élections de 1974, Peacock commence à être considéré comme un successeur possible à la direction du parti, mais c'est Malcolm Fraser, qui a pris l'initiative de déposer Snedden en 1975, qui lui succède. Fraser nomme Peacock ministre fantôme des Affaires étrangères, et quand les libéraux arrivent au pouvoir en décembre 1975 Peacock devient ministre des Affaires étrangères, à l'âge de 36 ans.

Ministre des Affaires étrangères jusqu'en 1980, il acquiert une réputation de play-boy international, notamment à travers sa relation très médiatisée avec Shirley MacLaine (son mariage s'était, à cette époque, terminé par un divorce). Il a un certain nombre de litiges acrimonieux avec Fraser, en particulier sur la reconnaissance du régime des Khmers rouges au Cambodge. Après les élections de 1980, il demande un changement de portefeuille, et Fraser en fait le ministre de l'Industrie. En avril 1981, il annonce soudainement sa démission, accusant Fraser d'ingérence constante dans son portefeuille. Fraser organise une réunion du parti et défait Peacock pour le leadership du parti.

En novembre 1982, lorsque Phillip Lynch quitte la politique, John Howard lui succède comme chef adjoint du parti et Peacock revient au gouvernement comme ministre de l'Industrie et du Commerce.

Liens externesModifier