Andrew d'York

membre de la famille royale britannique, fils de la reine Elizabeth II, et duc d'York
(Redirigé depuis Andrew, duc d'York)
Andrew d'York
Description de cette image, également commentée ci-après
Le duc d'York en 2013.
Biographie
Titulature Prince du Royaume-Uni
Duc d'York
Comte d'Inverness
Baron Killyleagh
Dynastie Maison Windsor
Nom de naissance Andrew Albert Christian Edward
Naissance (60 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Père Philip Mountbatten,
duc d'Édimbourg
Mère Élisabeth II
Conjoint Sarah Ferguson (1986-1996)
Enfants Princesse Beatrice d'York
Princesse Eugenie d'York
Résidence Royal Lodge (Windsor)

Description de l'image Coat of Arms of Andrew, Duke of York.svg.

Le prince Andrew, né Andrew Albert Christian Edward[1] le , est un membre de la famille royale britannique, duc d'York depuis 1986.

Troisième enfant (deuxième fils) de la reine Élisabeth II et de son époux Philip, duc d'Édimbourg, il est à sa naissance deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique dont il occupe aujourd'hui la huitième place[2].

De 1979 à 1999, il sert dans la Royal Navy dont il est vice amiral honoraire depuis 2015.

Fin 2019, impliqué dans l'affaire Epstein, il se retire de ses engagements publics.

BiographieModifier

Après sa carrière militaire, le prince Andrew se met à temps plein au service de la Couronne britannique.

Dans le domaine économique, il a été le représentant spécial pour le commerce international et l'investissement du Royaume-Uni. En 2014, il a fondé Pitch Palace pour encourager les entrepreneurs (en cinq ans, Pitch Palace a soutenu 851 nouvelles entreprises et créé 3 669 nouveaux emplois).

Le duc d'York est parrain de la London Metropolitan University depuis 2013 (une fonction assumée auparavant par son père le duc d'Édimbourg pendant 60 ans), et chancelier de l'université de Huddersfield depuis 2015 (dans laquelle un Duke of York Young Entrepreneur Centre a été inauguré).

Il est colonel en chef de The Princess Louise Fusiliers (un régiment d'infanterie de l'armée canadienne créé en 1869 et nommé en hommage à la princesse Louise, fille de la reine Victoria).

C'est aussi un passionné de golf.

En 2006, la reine Élisabeth II l'a fait chevalier de l'ordre de la Jarretière, la plus haute récompense du Royaume-Uni.

En 2019, le prince Andrew rejoint son frère et sa belle-sœur, le comte et la comtesse de Wessex, comme vice-présidents du Windsor Horse Show (c'est le duc d'Edimbourg qui est le président de cette manifestation).

Dans le domaine culturel, le duc d'York est parrain de l'English National Ballet.

Carrière militaireModifier

Il entre dans la Royal Navy en 1979. Il y passe, entre autres, le All Arms Commando Course où il gagne son béret vert. Il sert pendant la guerre des Malouines en 1982 à bord du porte-avions HMS Invincible. À la fin de 1983, le prince Andrew est transféré à RNAS Portland et suit une formation de pilote d'hélicoptères.

Il est promu au grade de lieutenant le , à la suite de quoi la Reine le nomme aide de camp personnel. Le prince Andrew a ensuite servi à bord du HMS Brazen en tant que pilote jusqu'en 1986. Le , le duc d'York obtient le diplôme de moniteur et sert de à en tant qu'officier au 702 Squadron Air au RNAS Portland, ainsi que sur le HMS Edinburgh comme officier de pont et officier assistant à la navigation (assistant navigating officer) jusqu'en 1989. Le duc d'York est ensuite commandant de vol et pilote d'hélicoptère Lynx HAS.3 sur la frégate HMS Campbeltown de 1989 à 1991.

Il a ensuite passé l'examen de squadron command le et terminé le cours major de l'armée, devenant lieutenant commandeur (capitaine de corvette) le et réussissant l'examen de commandement de navire le . L'année suivante, de 1993 à 1994, le prince Andrew a commandé le chasseur de mines de classe HMS Cottesmore. De 1995 à 1996, le duc est affecté comme pilote principal du 815 Naval Air Squadron — alors la plus grande unité de la Fleet Air Arm (Aéronautique navale) — son rôle principal dans cette position étant de superviser les normes de vol et de garantir une capacité opérationnelle efficace.

Il a ensuite été promu capitaine de frégate (commander) le , et a continué sa carrière au ministère de la Défense britannique jusqu'en 2001, comme officier à la direction diplomatique à l'état-major de la Marine. En juillet de la même année, le duc d'York a été retiré de la liste des actifs de la Marine, et, trois ans plus tard, il a été nommé capitaine de vaisseau honoraire. Le , pour son 50e anniversaire, il a été promu au grade de contre-amiral honoraire. Cinq ans plus tard, il est promu vice amiral. Il décline sa promotion en tant qu' amiral à l'occasion de ses soixante ans[3].

En tant que membre de la famille royale, il est colonel d'un régiment, The Princess Louise Fusilliers (un régiment de l'infanterie canadienne créé en 1869 et nommé en hommage à la princesse Louise, fille de la reine Victoria).

En , il succède au duc d'Edimbourg comme colonel des Grenadier Guards[4].

Mariage et descendanceModifier

En , le palais de Buckingham annonce les fiançailles du prince et de Sarah Ferguson. La bague, un rubis avec dix diamants, est commandée à Garrard, joaillier de la reine.

La reine Élisabeth II octroie le titre de duc et duchesse d'York au prince Andrew et à Sarah Ferguson, avant la cérémonie.

Il épouse le Sarah Ferguson. Le mariage a lieu à l'abbaye de Westminster[5]. La cérémonie était retransmise à la télévision et a été suivie par 500 millions de téléspectateurs. Il est le quatorzième mariage princier de la célèbre abbaye. Les pâtissiers de la Royal Navy réalisent un gâteau de cinq étages[6].

Ils auront deux filles, portant le prédicat d'altesse royale :

  1. la princesse Beatrice d'York, née le  ;
  2. la princesse Eugénie, née le , devenue Mrs John Brooksbank en 2018.

Le duc et la duchesse d'York se sont séparés en 1992 et ont divorcé en .

Divorce particulierModifier

Après le divorce, Sarah Ferguson et le prince Andrew continuent de vivre ensemble, d'honorer des représentations publiques ou d'apparaître à des événements notables. En 2006, son ex-épouse est à ses côtés lors de son intronisation dans l’ordre de la Jarretière, par exemple. Le duc et la duchesse d'York continuent également d'apparaître ensemble lors du traditionnel rendez-vous de la famille royale aux courses d'Ascot. Un lieu important dans l'histoire du couple, où en 1985 le prince Andrew décida d'afficher sa relation avec Sarah Ferguson, en lui tenant la main, pour la première fois en public.

À l'occasion de la date historique (la trentième année) du mariage de Sarah Ferguson et du prince Andrew (s'ils n'avaient pas divorcé), les médias retracent la vie de couple du duc et la duchesse d'York, qui perdure malgré leur divorce. Le , Paris Match utilise la formule : Divorcés pour le meilleur et pour le pire [7].

Le , le duc et la duchesse d'York forment une haie d'honneur en famille, lors de l'arrivée de la reine [8]. Un mois plus tard, le , alors que le prince Andrew représente la reine Élisabeth II (qui est en Écosse), Sarah Ferguson est de nouveau à ses côtés, et invitée officielle à la loge royale. Les médias notent que cette journée est celle de la date anniversaire de leurs 30 ans de mariage (s'ils n'avaient pas divorcé)[9],[10].

L'année précédente, le , le duc et la duchesse d'York sont accompagnés par leurs deux filles et leurs petits amis, et formaient également une haie d'honneur à l'arrivée de la reine Élisabeth II en carrosse[11],[12],[13],[14].

Depuis leur divorce en 1996, la période 2004-2008 a été la seule où le duc et la duchesse d'York n'habitaient pas ensemble, jusqu'au mois d'[15],[16]. Néanmoins, Sarah Ferguson conserve ses appartements dans leur demeure familiale de Royal Lodge. Depuis cette date, Sarah Ferguson est de nouveau présente officiellement auprès de son ex-époux au Palais St. James, pour la tenue d'un événement de Pitch Palace (reliant des partenaires d'affaires avec les jeunes créateurs d'entreprises) créé par ce dernier[17].

Affaire EpsteinModifier

L'une des victimes du milliardaire Jeffrey Epstein, mis en cause dans plusieurs affaires de prostitution de mineurs, Virginia Roberts Giuffre, affirme avoir été à la fin des années 1990 « offerte à des politiciens, à des professeurs d'universités, à des gens issus de la royauté » et accuse nommément le prince Andrew. Celui-ci nie tout lien avec elle, bien que des photos et une vidéo indiquent clairement le contraire[18].

Le 20 novembre 2019, il annonce qu'en raison de cette affaire, et avec la permission de la reine, il se retire de ses engagements publics[19].

Après cette décision, les 200 associations qui étaient sous son patronage seront réparties entre le prince de Galles et le duc de Cambridge.

Alors qu’il avait déclaré publiquement qu’il se tenait à disposition de la justice américaine, « le prince Andrew a complètement fermé la porte à une coopération volontaire », annonce la justice américaine en mars 2020[20].

AscendanceModifier

TitresModifier

Titulature complèteModifier

En tant que fils de la souveraine, il est prince du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord avec le prédicat de Son Altesse Royale. Couramment appelé par son titre de duc d'York, sa titulature complète est « Son Altesse Royale le prince Andrew Albert Christian Edward, duc d'York, comte d'Inverness, baron Killyleagh, chevalier compagnon royal de l'ordre très noble de la Jarretière, chevalier grand-croix de l'ordre royal de Victoria, aide de camp de sa Majesté ».

Il est connu successivement sous les titres suivants :

  • 19 février 1960-23 juillet 1986 : Son Altesse royale le prince Andrew (naissance) ;
  • depuis le 23 juillet 1986 : Son Altesse royale le duc d'York (mariage).

DistinctionsModifier

  •   -  : commandeur de l'ordre royal de Victoria (CVO)
  •   depuis le  : chevalier royal de l'ordre de la Jarretière (KG)
  •   -  : chevalier commandeur de l'ordre royal de Victoria (KCVO)
  •   depuis le  : chevalier grand-croix de l'ordre royal de Victoria (GCVO)

Notes et référencesModifier

  1. Portant un titre royal, Andrew n'est pas désigné par son nom de famille, Mountbatten-Windsor, bien que, selon les lettres patentes de février 1960, son nom de famille officiel soit Windsor
  2. en mars 2020
  3. Dominique Bonnet, « Andrew refuse de devenir amiral pour protéger sa mère Elizabeth II », sur parismatch.com, (consulté le 10 février 2020).
  4. Royal UK
  5. Archives photos AP
  6. Archive photo AP
  7. [1]
  8. Daily Mail - Ascot 2016 17/06/16
  9. Daily Mail Acost juillet 2016 - 23/07/16
  10. Hello Magazine, juillet 2016
  11. Article The Telegraph - 19/06/15 - La famille d'York à Ascot
  12. L'un des reportages GettyImages sur le Prince Andrew et Sarah Ferguson à Ascot. 19/06/15
  13. Reportage du photographe Mark Stewart à Ascot, avec la révérence de la duchesse d'York à la reine. 19/06/15
  14. Le prince Andrew et son ex-épouse au Royal Ascott en présence de la reine. DailyMail - 19/06/15
  15. Article du Daily Mail sur l'incendie de Dolphin House
  16. Article Purepeople sur l'incendie avec le détail de la vie commune après le divorce
  17. Article du Daily Mail sur le soutien de Sarah Ferguson au Palais Saint-James, pour Pitch Palace en novembre 2015
  18. Paris Match, « Jeffrey Epstein, milliardaire ami des puissants, arrêté pour trafic sexuel », sur parismatch.com,
  19. Le Point magazine, « Affaire Epstein : le prince Andrew se retire de la vie publique », sur Le Point, (consulté le 26 mars 2020)
  20. « Le prince Andrew pas coopératif dans l’affaire Epstein, selon la justice », sur www.20minutes.fr,

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier