Andreas Bodenstein

théologien allemand

Andreas Rudolf Bodenstein, ou encore Andreas Rudolff-Bodenstein von Karlstadt, né en 1486[1] à Karlstadt-sur-le-Main et mort le à Bâle, est un réformateur allemand du XVIe siècle. Il est le plus souvent dénommé Karlstadt, aussi orthographié Carlstadt. Il est considéré comme un précurseur du spiritualisme.

Andreas Bodenstein
Image dans Infobox.
Portrait de Andreas Bodenstein
Fonction
Recteur de l'université de Bâle
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonymes
Karlstadt Theologe, Karlstadt, Andreas Carlstadius, Andreas Rudolf CarlstadtVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Mouvement

BiographieModifier

Karlstadt, après avoir étudié dans les universités Erfurt et de Cologne, obtint son titre de docteur en théologie en 1510 dans la nouvelle université de Wittemberg. La même année, il fut nommé archidiacre et titulaire de la chaire de théologie. En 1511 il devint chancelier de l'université de Wittemberg, ce qui lui permit en 1512 de remettre son doctorat à Martin Luther. De 1515 à 1516 il séjourna à Rome où il passa un double diplôme de droit civil et de droit canon (utriusque juris) à l'université de La Sapienza.

Dans son premier livre publié en 1518 Apologeticae conclusiones, il étudie la conduite humaine placée entre volonté et grâce.

Il fut un des premiers à embrasser la Réforme et à se marier. En 1520 il se rend au Danemark où il participe aux réformes royales de Christian II de Danemark qui instaurent la Réforme dans le royaume de Danemark[2].

En 1521, pendant que Luther séjourne au château de la Wartbourg, il œuvre à la Réforme à Wittemberg. Après le retour de Luther à Wittemberg il ne tarde pas à se séparer de ce dernier au sujet de l'eucharistie et de la consubstantiation. Il est en 1522 l'auteur d'un des premiers écrits iconoclastes de la Réforme. Dans un de ses ouvrages, il rejette l'idée communément admise que Moïse soit l'auteur du Pentateuque, puis il évoque l'idée, qui devait déjà circuler parmi certains théologiens, qu'Esdras en soit le véritable auteur, pour la rejeter également[3].

RéférencesModifier

  1. Edward J. Furcha, The essential Carlstadt : fifteen tracts, éd. Herald Press, 1995, p.19
  2. René H. Esnault, Luther et le monachisme aujourd'hui : Lecture actuelle du De votis monasticis judiciume, 1964
  3. A.B. Karlstadt, De canonicis scripturis libellus, 1520, cité par Albert de Pury et Thomas Römer, Le Pentateuque en question : les origines et la composition des cinq premiers livres de la Bible à la lumière des recherches récentes, Labor et Fides, , 429 p. (ISBN 978-2-8309-1046-9, lire en ligne)

SourceModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.