André Lalande (philosophe)

philosophe français

Pierre André Lalande, né à Dijon le et mort à Asnières-sur-Seine le , est un philosophe français.

BiographieModifier

Pierre André Lalande est né le à Dijon au domicile de ses parents 18, rue Saint Philibert. C'est le fils de Charles Marc Lalande, âgé de 40 ans, censeur au lycée Impérial de la ville, et de Marie Julie Amanda Labastie, âgée de 30 ans, sans profession, son épouse.

 
Cours d'André Lalande à la Sorbonne dans l'amphithéâtre Guizot (Bibliothèque de la Sorbonne, NuBIS)

Docteur en lettres et agrégé de philosophie (1888)[1], il enseigne en tant que professeur aux lycées Louis-le-Grand, Condorcet et Henri IV (de 1896 à 1897), puis en tant que professeur de philosophie au lycée Michelet (entre 1897 et 1904). Il est par la suite chargé de conférence à la Faculté des lettres de Paris (de 1904 à 1905), puis maître de conférences de logique et méthodologie des sciences (de 1906 à 1909). Il devient professeur adjoint à la Sorbonne en 1909, puis directeur des études pour la section de philosophie en 1915. Il effectue une mission comme professeur à l'Université du Caire (de 1926 à 1928, puis de 1929 à 1930)[2].

Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1922 et de l'Académie royale de Belgique en 1945.

Le nom de Pierre André Lalande est resté attaché à l'ouvrage fondamental dont il dirigea la rédaction, le Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Outre ce fruit des discussions de la Société française de Philosophie, Lalande développa un rationalisme qui fait de la raison un ensemble de normes intellectuelles continûment en progrès.

Il meurt à Asnières le .

OuvragesModifier

  • Lectures sur la philosophie des sciences (1893)
  • La Dissolution opposée à l'évolution dans les sciences physiques et morales, Paris, Félix Alcan, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine» (1899)
  • Précis raisonné de morale pratique, par questions et réponses (1907)
  • Vocabulaire technique et critique de la philosophie, revu par MM. les membres et correspondants de la Société française de philosophie et publié, avec leurs corrections et observations par André Lalande, membre de l'Institut, professeur à la Sorbonne, secrétaire général de la Société (2 volumes, 1927). Réédition : Presses universitaires de France, Paris, 2006.
  • La Psychologie des jugements de valeur (1928)
  • Les Théories de l'induction et de l'expérimentation (1929)
  • La Raison et les normes, essai sur le principe et sur la logique des jugements de valeur (1948)

DistinctionsModifier

André Lalande est nommé officier de la légion d'honneur en 1932.

RéférencesModifier

  1. http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire_laureats&nom=lalande&annee_op=%3D&annee%5Bvalue%5D=&annee%5Bmin%5D=&annee%5Bmax%5D=&periode=All&concours=All&items_per_page=10.
  2. Christophe Charle, « 59. Lalande (Pierre, André) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 2,‎ , p. 122–124 (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2020)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • André Lalande par lui-même, préface de Georges Davy, Vrin, Paris, 1967.

Liens externesModifier