Ouvrir le menu principal

André Lalande (philosophe)

philosophe français
Page d'aide sur l'homonymie Pour le général français, voir André Lalande (général). Pour autres homonymes, voir Lalande.

Pierre André Lalande, né à Dijon le 19 juillet 1867 et mort à Asnières-sur-Seine le 15 novembre 1963, est un philosophe français.

Sommaire

BiographieModifier

Pierre André Lalande est né le à Dijon au domicile de ses parents 18, rue Saint Philibert. C'est le fils de Charles Marc Lalande, âgé de 40 ans, censeur au lycée Impérial de la ville, et de Marie Julie Amanda Labastie, âgée de 30 ans, sans profession, son épouse.

Docteur en lettres et agrégé de philosophie, il enseigne à l'École normale supérieure de Sèvres, puis à la Sorbonne et à l'université du Caire. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1922 et de l'Académie royale de Belgique en 1945.

Le nom de Pierre André Lalande est resté attaché à l'ouvrage fondamental dont il dirigea la rédaction, le Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Outre ce fruit des discussions de la Société française de Philosophie, Lalande développa un rationalisme qui fait de la raison un ensemble de normes intellectuelles continûment en progrès.

Il meurt à Asnières le 15 novembre 1963.

OuvragesModifier

  • Lectures sur la philosophie des sciences (1893)
  • La Dissolution opposée à l'évolution dans les sciences physiques et morales, Paris, Félix Alcan, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine» (1899)
  • Précis raisonné de morale pratique, par questions et réponses (1907)
  • Vocabulaire technique et critique de la philosophie, revu par MM. les membres et correspondants de la Société française de philosophie et publié, avec leurs corrections et observations par André Lalande, membre de l'Institut, professeur à la Sorbonne, secrétaire général de la Société (2 volumes, 1927). Réédition : Presses universitaires de France, Paris, 2006.
  • La Psychologie des jugements de valeur (1928)
  • Les Théories de l'induction et de l'expérimentation (1929)
  • La Raison et les normes, essai sur le principe et sur la logique des jugements de valeur (1948)

RéférencesModifier

AnnexesModifier