André Flahaut

personnalité politique belge

André Flahaut
Illustration.
André Flahaut, en 2001.
Fonctions
Ministre francophone du Budget, à la Fonction publique et à la Simplification administrative

(5 ans, 1 mois et 26 jours)
Ministre-président Rudy Demotte
Gouvernement Demotte III
Prédécesseur André Antoine (Budget)
Jean-Marc Nollet (Fonction publique)
Successeur Frédéric Daerden (Budget & Fonction publique)
Président de la Chambre des représentants de Belgique

(3 ans, 11 mois et 10 jours)
Législature 53e
Prédécesseur Patrick Dewael
Successeur Patrick Dewael
Ministre fédéral de la Défense nationale

(8 ans, 5 mois et 9 jours)
Premier ministre Guy Verhofstadt
Gouvernement Verhofstadt I
Verhofstadt II
Prédécesseur Jean-Pol Poncelet
Successeur Pieter De Crem
Ministre fédéral de la Fonction publique

(4 ans et 19 jours)
Premier ministre Jean-Luc Dehaene
Gouvernement Dehaene II
Prédécesseur Louis Tobback
Successeur Luc Van den Bossche
Biographie
Nom de naissance André M.J.Gh. Flahaut
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Walhain (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de Université libre de Bruxelles
Membre du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

André Flahaut, né le à Walhain (Belgique), est un homme politique socialiste belge francophone.

Ministre du gouvernement fédéral, puis Président de la Chambre des représentants du au , durant la 53e législature. Il devient, le , Ministre francophone du Budget, à la Fonction publique et à la Simplification administrative au sein du Gouvernement Demotte III.

Il fut nommé ministre d'État le .

BiographieModifier

André Flahaut est le fils d'un employé de la Société de mécanographie et d’application des lois sociales. Il fut éduqué par sa mère, femme au foyer. D'autre part, son grand-père, cheminot, l'encouragea pour son engagement politique.

C'est à l'Athénée de Gembloux qu'André Flahaut s'engage dans le jeu politique. Il poursuit ses études à l'Université libre de Bruxelles, de laquelle il sort diplômé d'une licence en sciences politiques et administratives publiques.

Militant au Parti socialiste depuis 1973, il assume diverses fonctions, prenant progressivement du galon : de la présidence de la section locale jusqu'à la présidence de la fédération du Brabant wallon, il fut successivement conseiller communal à Walhain, puis à Nivelles, avant de se faire élire conseiller provincial du Brabant ; élu au Parlement fédéral en 1994, il est finalement nommé ministre au sein du gouvernement fédéral, dans un premier temps chargé du portefeuille de la Fonction publique, puis de la Défense nationale.

Il fut également Directeur de l'Institut Émile-Vandervelde (Centre d’études du PS) pour lequel il collaborait déjà depuis 1979, de 1989 à 1995. Durant cette période, il présida également l'Office de la naissance et de l’enfant (ONE), fut vice-président de l’Intercommunale des Œuvres sociales du Brabant wallon (IOSBW) de 1993 à 1995 et Président de la Mutualité socialiste du Brabant wallon de 1993 à nos jours, considérant cependant une « mise en congé » obligatoire pour cause de mandat ministériel.

André Flahaut siégea au Conseil régional wallon du au .

Durant ses huit années et demi à la tête du département de la Défense, André Flahaut a engagé une réforme en profondeur de la Défense nationale.. Travaillant dans le cadre d’un budget constant durant deux législatures, il dut revoir en profondeur le système de dépense de l'armé[précision nécessaire],[réf. nécessaire].

André Flahaut est l’auteur d’un livre reprenant ses premiers pas en politique, au cœur de sa terre natale « Brabant passion ».

Il fut réélu au Parlement wallon le mais préféra rester à la Chambre.

Le , il est nommé médiateur par le Roi Albert II en compagnie du président du Sénat, Danny Pieters pour tenter de trouver une sortie de crise à la situation politique délicate dans laquelle se trouve la Belgique après l'échec des négociations pour la formation d'un gouvernement après les élections législatives du .

Il préside la Chambre des représentants durant la 53e législature de 2010 à 2014. Il a laissé à l'État-major, notamment Augueste Van Daele, le dossier de la surveillance humaine.

En juillet 2014, il devient ministre dans le gouvernement Demotte III (Communauté française).

PolémiqueModifier

Le , lors d'une manifestation pro-palestinienne, il compare l'État israélien au nazisme[1]. À la suite de cette accusation, il décide de porter plainte contre le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) s'estimant atteint dans son honneur et perd le procès en appel en 2014[2].

DiversModifier

André Flahaut est Commandeur de l'Ordre de Léopold.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier