Ouvrir le menu principal

André Burthe

général français

BiographieModifier

Il entre en service le , dans le 2e régiment de dragons. Remarqué après la bataille de Neerwinden le , il devient sous-lieutenant au 10e régiment de dragons à l'armée du Nord. Il reçoit son brevet de capitaine par le général Bonaparte en , à l'armée d'Italie, et le , il est nommé aide de camp du général Masséna à l'armée d'Helvétie.

Après la bataille de Zurich, il est fait chef d'escadron le , par le général Masséna, et en , il passe en Italie avec son général. Le , il porte au premier consul les drapeaux pris à l’ennemi, et il est élevé au grade d'adjudant-général le suivant. De 1801 à 1805, il sert à l'armée de Batavie, en Hollande et à Hanovre. En 1803, il s'embarque pour la Louisiane avec l'administrateur Pierre-Clément de Laussat et son cousin Dominique François Burthe. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le , et officier de l'ordre le suivant.

 
4e Hussards à la Bataille de Friedland, 14 juin 1807.

De retour en France, il est nommé colonel au 4e régiment de hussards le , et il participe à la campagne d'Autriche. Il combat à Austerlitz le , et il est élevé au grade de commandeur de la Légion d'honneur le . En 1806 et 1807, il fait les campagnes de Prusse et de Pologne, et il est créé baron de l'Empire le à l'armée d'Espagne.

Aide de camp de Masséna, il est promu général de brigade de cavalerie le , et en , il commande la 7e brigade de la 2e division de cavalerie du 2e corps de la Grande Armée en Russie. Le , il est blessé à la bataille de la Moskova, et fait prisonnier.

Rentré de captivité le , il est employé à l'armée du Nord, comme commandant de la 1re brigade de la 9e division du 2e corps de cavalerie, et il charge à Fleurus le . Il est mis en non-activité lors du licenciement de l'armée en .

Il meurt le , à Paris[1]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (28e division, carré des maréchaux). À ses côtés reposent son épouse, née Mademoiselle Sarpy, médaillée de Sainte-Hélène, qui participa aux campagnes 1805-1808 et accompagna son mari à Iéna et Auerstaedt, Jules Félix Burthe (1804-1837), officier de cavalerie, Octavie Burthe (1825-1839) et André Adolphe Burthe (1808-1846), capitaine de cavalerie.

DistinctionsModifier

DotationModifier

  • Le , donataire d’une rente de 4 000 francs en Westphalie.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du 1er baron d’Annelet et de l’Empire (décret du , lettres patentes du (palais d’Erfurt))

Écartelé : le premier d’azur au sauvage d’or (portant un carquois et s’appuyant sur un arc du même, posé sur le sol à senestre) ; le second des barons militaires ; le troisième de gueules aux six drapeaux en sautoir d’or posés en trophée ; le quatrième parti d’argent et d’azur, l’argent à la tête de cheval de sable surmontée d’un étoile d’azur, l’azur chargé d’une lyre d’or.[2],[3],[4],[5]

Livrées : les couleurs de l’écu[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Liste des généraux mosellans du consulat et de l'empire sur patrimoines.lorraine.eu
  2. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  3. Source : www.labanquedublason2.com
  4. La noblesse d’Empire sur http://thierry.pouliquen.free.fr
  5. a et b PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).

SourcesModifier