André Bucher (écrivain)

écrivain
André Bucher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

André Bucher, né en 1946 à Mulhouse, est un écrivain-paysan[1] français, un écrivain des grands espaces. Il prolonge la tradition de la nature writing nord-américaine en France[2],[3]. Il vit à la ferme de Grignon, commune de Montfroc dans la Drôme, à 1100 mètres, face à la montagne de Lure, dans la vallée du Jabron[1].

BiographieModifier

André Bucher passe son enfance en Alsace, il habite ensuite dans le Doubs, près de Montbéliard. Son père est chef de gare et cultive un jardin. La famille déménage à cinquante kilomètres de Besançon, en Franche-Comté[1].

À partir de seize ans, il voyage beaucoup dans la plus pure tradition beatnik[4] et exerce divers métiers (bûcheron, ouvrier agricole, routier, pécheur en Espagne...)[4]. Plus tard, il est embauché à Besançon comme assimilé-cadre dans une entreprise de gravures chimiques. Il étudie la psychologie. En 1968 il participe au soutien des immigrés et des réfugiés politiques espagnols[1].

Âgé d'une vingtaine d'années, il écrit d'abord des poèmes puis un premier récit[5].

En 1972, en famille, il met le cap vers le Sud. Entre Apt et Forcalquier, dans une ferme en location, il se forme à l'agriculture biologique et à l'agronomie[4],[1].

Il s'installe à la ferme de Montfroc en 1975, dans la Drôme, où il vit toujours. Il est un militant de l'agriculture biologique[4]. Il entreprend un important effort de reboisement sur ses terres favorisant le sylvopastoralisme : en 10 ans 20 000 arbres y seront plantés[4].

Il fonde en 1984 la foire aux produits biologique de Montfroc[6].

Il publie ses premiers romans à partir de 2003 et s'inscrit dans le courant littéraire de la nature writing[7],[8].

Son fils, Lionel, a repris la ferme. André Bucher a pris l'habitude de ne pas écrire à la bonne saison et continue de l'aider[9].

Œuvre littéraireModifier

André Bucher est un écrivain des grands espaces, de la nature sauvage (wilderness). Il prolonge la tradition de la nature writing nord-américaine en France[2],[3],[10]. C'est un lecteur de Rick Bass, Jack London, James Crumley, Jim Harrison et des écrivains amérindiens, Louise Erdrich, Luis Owens, David Treuer, Joseph Boyden, James Welch, Linda Hogan, Richard Wagamese[1],[11]... Christine Ferniot dans Télérama écrit que « la nature qu'il décrit n'est pas un simple décor mais un personnage essentiel et sans fard »[12]. André Bucher puise son rythme dans « le blues, la poésie, le jazz et le rock and roll »[13].

Son premier roman, Le Pays qui vient de loin, est publié par Sabine Wespieser éditeur en 2003 (en poche en 2017). Josyane Savigneau, dans Le Monde, écrit : « A la manière dont Bucher évoque cette vallée du Jabron, cadre de son roman, on sent qu'il la connaît intimement, pas en touriste ébahi, ce qui lui évite précisément les naïvetés, les descriptions enflammées qu'on a pu lire ici et là chez quelques faux Giono citadins redécouvrant la nature »[14]. Michel Henry, pour Libération, part à la rencontre de l'écrivain : « ce premier roman publié tient par le style et l'ambiance (...). Bucher écrit sur son coin de montagne sèche (...), un pays dont il se dit à la fois héros, pour ce qu'il y réalise, et victime, pour ce qu'il y subit. Il cherche, et trouve, la poésie épurée. »[15]

André Bucher a reçu le prix Terre de France - La Montagne en 2004[16] pour Le Cabaret des oiseaux, publié chez Sabine Wespieser éditeur.

Pays à vendre, publié en 2005 par Sabine Wespieser éditeur (SW Poche 2018), est un roman noir, « un roman à rebrousse-poil » selon l'écrivain, un retour sur les années beatnik et libertaire[17].

Le sociologue Bernard Lahire, dans un entretien au magazine Regards[18] en à propos de La Condition littéraire, la double vie des écrivains, décrit les conditions pratiques du travail d'écrivain : « Ainsi, André Bucher (publié chez Sabine Wespieser éditeur) raconte qu’il prend des notes sur son tracteur. Il écrit dans tous les interstices de son métier. Pour comprendre son activité littéraire, on doit tenir compte de sa vie. »

En 2007, Le Matricule des Anges salue Déneiger le ciel  : « clairé par une âpre beauté, le quatrième roman d'André Bucher, le temps d'un monologue, mêle harmonieusement dimensions terrienne et poétique »[19]. Ce roman qui raconte une nuit hallucinée, un dans la neige, a reçu en 2016 le Prix Lire en Poche de littérature française au festival Lire en Poche de Gradignan[20].

« L’hiver usait et abusait. Il exténuait les corps, les arbres, les plantes et les animaux. Seules les montagnes lui résistaient et même le vent, son grand complice, était dérouté par elles de sa course, venant emboutir les flancs des vallées. »

— André Bucher, Déneiger le ciel

Écrivain et critique littéraire, Aliette Armel propose un parallèle : « André Bucher est poète et non philosophe. Son roman ne revendique rien de théorique. Et pourtant on peut parler, à propos de Déneiger le ciel, de Psychanalyse de la neige comme Bachelard parlait de Psychanalyse du feu. »[8]

La Cascade aux miroirs (Denoël, 2009) raconte l'histoire d'un vol d'identité. Le livre est dédié à Jim Harrison (L'homme qui abandonna son nom, Légendes d'automne) et à Thomas McGuane (L'Homme qui avait perdu son nom).

Les personnages de Fée d'hiver (Le Mot et le Reste, 2012), comme ceux des autres romans, habitent un pays qui ressemble à celui de l'écrivain. Pour Pascal Jourdana dans Le Matricule des anges[7], « l'intérêt littéraire réside surtout dans la justesse d’une confrontation de [la] nature omniprésente aux actions et aux sentiments des personnages ». Dans Zone littéraire[21], Vanessa Curton, souligne l'invention de la langue et le travail musical : « une écriture aérienne dont les flocons révèlent la beauté et la dignité des êtres, tout en faisant miroir à leur noirceur profonde et à leur vilénie, la polyphonie des voix éclot comme la sève qui remonte la feuille par les phrases. Ces voix se rencontrent et apprennent strate après strate à vibrer au ton juste…ou plutôt, elles apprennent à s’entendre et à se connaître. » Michel Abescat dans Télérama[22] décrit le souffle du récit : « la violence, à tout moment, est en embuscade. Mais André Bucher est un poète et la tragédie vire au conte de fées. Il s'attache aux lumières, aux nuages, à la grandeur du ciel, traque les silences, fait parler les non-dits. L'émotion est à fleur de mots, la langue puissamment imagée. »

Alain Veinstein invite l'écrivain dans Du jour au lendemain sur France Culture le [23].

L'émission Il existe un endroit sur France Inter lui consacre un long reportage diffusé le et le et en parle comme « l'une des voix les plus singulières de la littérature actuelle »[24].

André Bucher est l'invité de François Busnel dans La Grande Librairie, le [25] pour la sortie du récit A l'écart et la nouvelle publication de Fée d'hiver. Le journaliste le présente comme « l'un de nos meilleurs écrivains »[26].

André Bucher compare son travail d'écrivain à celui de bûcheron et de planteur d'arbres :

« En soi, l’écriture propose un déracinement dans ce mélange permanent d’appartenance et d’exil. Ce qui explique mon obstination face à cet incessant flux et reflux, à vouloir planter, éclaircir, élaguer et non seulement abattre, mais remplacer, réparer même. Les arbres symbolisent la jonction, une symbiose adéquate entre ces pratiques. »

— André Bucher, A l'écart

André Bucher accorde une attention centrale à la nature sauvage[3]. La perméabilité entre l’humain et le naturel est au cœur de son écriture[27],[28].

« Autour de lui, à travers le brouillard un saule pleurait à la façon d’une effraie à face blanche, c’est-à-dire dans l’aigu et les bouleaux, les frênes et les trembles, jouxtant la mare, plaignaient doucement sous la morsure du vent. Cela intriguait [Alain]. Il tentait d’imaginer quelle espèce de créature se prolongeait ainsi en eux. »

— André Bucher, La Vallée seule

À Justine Minet, qui l'interroge pour La Tribune de Montélimar en [29], André Bucher décrit le vieux cerf de son histoire :

« Pour moi, être humain ou animal n’empêche pas de voir comment la vie se déroule autour de nous. Ce cerf, je ne voulais pas lui prêter des éléments humains, ne pas faire d’anthropomorphisme. J’ai opté pour approche plus comportementale, avec un procédé d’écriture lui faisant ouvrir et fermer chaque chapitre »

— André Bucher

La Montagne de la dernière chance est l'histoire d'un canyon en danger[30].

Un court instant de grâce fait échos aux combats contemporains des militants écologistes : le personnage d'Émilie défend sa forêt contre un projet de centrale à biomasse.

Le , dans l'émission CO2 Mon Amour sur France Inter, Denis Cheissoux part à la rencontre de l'écrivain. Il est question de résistance pour préserver les arbres et les forêts environnants[31].

En , André Bucher est invité au festival Étonnants Voyageurs[32]. Son roman La Vallée seule a été proposé à la lecture aux lycéens qui participeront aux journées scolaires 2019[33]. Il dialogue avec Catherine Poulain autour du thème du Grand Dehors[34].

L'universitaire Davide Vago souligne l'importance accordée au monde vivant et analyse la façon dont l'écrivain donne « voix à ceux qui n'en ont pas : les rochers, les animaux, voire les plantes. »[11]

En février 2020, l'émission d'Arte, Invitation au voyage[35], évoque Jean Giono et part à la rencontre d'André Bucher autour du thème "l'homme qui plantait les arbres".

Tordre la douleur[36] (Le Mot et le Reste, 2021) dessine le chemin de deuil et de résilience de personnages lors d'un hiver commun et fait écho aux remous du mouvement des gilets jaunes. Le Dauphiné libéré situe le lieu du drame : « L'affliction des êtres fait écho à la nature sauvage, rude et belle des chemins de Haute Provence, leur offrant un espoir de guérison, une chance de tordre la douleur[37]. »

BibliographieModifier

RomansModifier

  • Tordre la douleur, Le Mot et le Reste, janvier 2021
  • Un court instant de grâce, Le Mot et le Reste,
  • La Montagne de la dernière chance, Le Mot et le Reste, 2015 ; Libretto, poche mai 2022 (préface de Franck Bouysse)
  • La Vallée seule, Le Mot et le Reste, 2013, poche
  • Fée d’hiver, Le Mot et le Reste, 2012, nouvelle édition 2016, poche 2019
  • La Cascade aux miroirs, Denoël, 2009 ; Le Mot et le Reste, poche janvier 2021
  • Déneiger le ciel, Sabine Wespieser éditeur, 2007, SW Poche, 2016
  • Le Cabaret des oiseaux, Sabine Wespieser éditeur, 2004 ; France-Loisirs, 2005 ; traduction en langue espagnole El Funambulista, 2007, traduction en chinois, 2008
  • Pays à vendre, Sabine Wespieser éditeur, 2005, SW Poche 2018
  • Le Pays qui vient de loin, Sabine Wespieser éditeur, 2003, Points, 2009, SW Poche, 2017

RécitsModifier

  • A l'écart, Le Mot et le Reste, 2016
  • Le Retour au disloqué, publication par l’auteur, 1973

NouvellesModifier

  • Leurres pour les bâtisseurs d'empire, extrait de La Montagne de la dernière chance (roman, Le Mot et le Reste, 2015), Travail, Bacchanales n°53, revue de la Maison de la poésie Rhône-Alpes
  • Comme un sanglier, 20 ans de Lecture en Tête à Laval, 2012
  • Histoire de la neige assoupie, Une hirondelle qui pleure tout le temps dans André Bucher, Une géographie intime, Chiendents n°17, Cahier d’arts et de littératures, éditions du Petit Véhicule, 2012
  • Contrôle de proximité, revue Littera n°15,
  • Lent lifting au noir, Les Amis de l’Ardenne N° 12,
  • Visages graves nuages pâles, Les Amis de l’Ardenne N° 11,

TextesModifier

  • Lorsque la peine descend dans les souliers, à propos de Félix Leclerc, Dialogues d'hommes et de bêtes (Montréal 1992), revue Zinc n°13 (Montréal), 2007

PoèmesModifier

  • Le Juste Retour des choses, éditions Saint-Germain-des-Prés, Miroir oblique, 1974
  • La Lueur du phare II, éditions de la Grisière / éditions Saint-Germain-des-Prés, Balises, 1971
  • La Fin de la nuit suivi de Voyages, éditions Jean Grassin, 1970
  • Le Retour au disloqué, récit, publication par l’auteur, 1973

Carnet de voyageModifier

  • Le Pays de Haute Provence, carnet de voyage, vu de l’intérieur, récit, en collaboration avec un photographe, Pascal Valentin, pour l’office de tourisme du Pays de Haute Provence, 2007

EntretiensModifier

  • Cultiver la convergence. Entretien d’André Bucher avec Davide Vago in Literature.green[11], septembre 2019
  • Confidences de l'oreille blanche, avec Benoît Pupier, , Revue critique de fixxion française contemporaine No 11, Écopoétiques, 2015[38]
  • Conversations ou la Libre Parole (Tome I), avec Pascale Arguedas, , Éditions du Petit Véhicule, 2011

ÉtudesModifier

  • André Bucher en osmose, Virginie Troussier, Alpes Magazine, 18 août 2021, n°190
  • Penser à l'air libre. Quand nature résonne avec littérature, de Thoreau aux écrivains français contemporains, Aliette Armel, Magazine-livre Ultreia, été 2017 (à propos d'André Bucher, p. 178-179 : Produire, créer de la beauté et développer une forme d'intelligence du cœur)[10]
  • L'analisi linguistica e letteraria, universita cattolica del Sacro cuore, Milano, [39] : Le Canyon (texte, p. 17-20) ; La Porosité du réel : Sur quelques stratégies stylistiques d'André Bucher par Davide Vago (p. 99-109)[27]
  • Ce qui a lieu : Essai d'écopoétique, Pierre Schoentjes, Wildproject, (à propos d'André Bucher, pp.  43, 86-88, 102, 171, 210)
  • André Bucher, une géographie intime, Chiendents n°17, Cahier d’arts et de littératures, éditions du Petit Véhicule, 2012[40]
  • La Condition littéraire : La Double Vie des écrivains, Bernard Lahire, éditions La Découverte, 2006 (III / Portraits d'écrivains à second métier 13. Des métiers hors culture - André Bucher : écrivain multiactif)

DocumentaireModifier

  • André Bucher, entre ciel et terre, documentaire de Benoît Pupier, 2013[41], sélection juin 2014 Images en bibliothèques[42], présent au catalogue de l'ADAV et de COLACO.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f André Bucher, A l'écart, Marseille, Le Mot et le Reste, , 107 p. (ISBN 978-2-36054-196-6, OCLC 944303820, lire en ligne), p. 19, 18, 13-15, 16-17, 60-61
  2. a et b Alexandre Héraud, « Il existe un endroit - André Bucher, écrivain dans la vallée, seul », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c Pierre Schoenberg, Ce qui a lieu : essai d'écopoétique, Wildproject, , 295 p. (ISBN 978-2-918490-42-5 et 2-918490-42-3, OCLC 905244630, lire en ligne), p. 43, 86, 171
  4. a b c d et e Alain Bosmans, « André Bucher, écrivain paysan des Baronnies », Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  5. « Rencontre avec l'écrivain André Bucher », Le Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  6. Cécile Lepage, « André Bucher, plume et fourche », La Vie,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Pascal Jourdana, « Conte de saison », Le Matricule des anges,‎
  8. a et b Aliette Armel, « En écho littéraire à la COP21 - André Bucher - Psychanalyse de la neige - La vie en livres », sur aliette-armel.blogs.nouvelobs.com, (consulté le )
  9. Nicole Gellot, « Les gens cabossés peuvent garder une ferveur », L'âge de faire,‎
  10. a et b Aliette Armel, « Penser à l'air libre. Quand nature résonne avec littérature, de Thoreau aux écrivains français contemporains », revue Ultreïa, (consulté le )
  11. a b et c Davide Vago, « Cultiver la convergence », sur www.literature.green/,
  12. Christine Ferniot, « Déneiger le ciel, André Bucher », Télérama,‎ (lire en ligne)
  13. « Portrait d'André Bucher », sur www.swediteur.com, Sabine Wespieser éditeur (consulté le )
  14. Josyane Savigneau, « André Bucher cultive la terre et les mots », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. MIchel Henry, « Labour, toujours », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Liste des lauréats depuis sa création », sur leprixterredefrancelamontagne.e-monsite.com (consulté le )
  17. André Bucher, Pays à vendre : roman, Paris/80-Abbeville, Sabine Wespieser éditeur, , 200 p. (ISBN 978-2-84805-284-7)
  18. Marion Rousset, « Rentrée littéraire. "Profession : écrivain", entretien avec Bernard Lahire », Regards,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. Delphine Descaves, « Le Matricule des Anges : Déneiger le ciel - André Bucher », sur www.lmda.net, (consulté le )
  20. « Prix Lire en Poche de littérature française, Gradignan »,
  21. Vanessa Curton, « Fée d'hiver, d'André Bucher », Zone littéraire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Michel Abescat, Fée d'hiver, André Bucher, Télérama, (lire en ligne)
  23. Alain Veinstein, « André Bucher », Du jour au lendemain, France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Alexandre Héraud, « Il existe un endroit - André Bucher, écrivain-bûcheron (entre autres) à Montfroc, Drôme », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. La Grande Librairie, « André Bucher, écrivain-paysan », (consulté le )
  26. « François Busnel sur Instagram : André Bucher a été bûcheron, berger, ouvrier agricole. C'est aussi l'un de nos meilleurs écrivains. Découvrez "l'écrivain-paysan" jeudi… », sur Instagram (consulté le )
  27. a et b Davide Vago (chercheur en littérature française à l'université du Sacré-Coeur de Milan), « La "porosité" du réel : sur quelques stratégies stylistiques chez André Bucher »,
  28. Cathy Garcia, « Fée d'hiver, André Bucher », sur lacauselitteraire.fr,
  29. Justine Minet, « André Bucher : Écoutez ce que dit le vieux cerf », La Tribune de Montélimar, (consulté le )
  30. Virginie Troussier, « La Montagne de la dernière chance », Montagne Magazine,‎
  31. « Balade dans la Drôme en compagnie de l'écrivain et paysan écolo André Bucher », sur franceinter.fr,
  32. « BUCHER André », sur www.etonnants-voyageurs.com (consulté le )
  33. « À la rencontre des auteurs de la journée », sur www.etonnants-voyageurs.com (consulté le )
  34. « Étonnants Voyageurs 2019. Café littéraire avec : André Bucher et Catherine Poulain. Animé par Michel Abescat et Pascal Jourdana. », sur www.etonnants-voyageurs.com,
  35. Arte, « Giono, l’homme qui aimait les arbres de Haute-Provence », sur Arte.tv,
  36. André Bucher, Tordre la douleur, Le Mot et le Reste, , 158 p. (ISBN 978-2-36139-687-9, lire en ligne)
  37. Alain Bosmans, « André Bucher regarde les hommes tomber et signe son dixième roman, “Tordre la douleur” », Le Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  38. André Bucher et Benoît Pupier, « Confidences de l'oreille blanche », Revue critique de fixxion française contemporaine, vol. 0, no 11,‎ , p. 133–159 (ISSN 2033-7019, lire en ligne, consulté le )
  39. universita cattolica del Sacro cuore, Milano, « L'analisi linguistica e letteraria », sur www.analisilinguisticaeletteraria.eu, (consulté le )
  40. André Bucher, une géographie intime, Éditions du Petit Véhicule, (ISBN 978-2-84273-884-6)
  41. « André Bucher, entre terre et ciel », sur film-documentaire.fr (consulté le )
  42. Images en bibliothèques, « Sélection de juin », sur www.imagesenbibliotheques.fr, (consulté le )