Ouvrir le menu principal

Anderl Heckmair

alpiniste, guide de haute montagne
Anderl Heckmair

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Naissance ,
Munich
Décès (à 98 ans),
Oberstdorf
Carrière
Disciplines alpinisme
Ascensions notables première ascension de la face nord de l'Eiger
Profession Guide de haute montagne, moniteur de ski

Anderl Heckmair, né le à Munich et mort le à Oberstdorf, est un alpiniste et guide allemand. Il est surtout connu comme le vainqueur avec Ludwig Vörg de la face nord de l'Eiger en 1938, en compagnie de la cordée autrichienne composée de Heinrich Harrer et Fritz Kasparek.

BiographieModifier

Né d'un père jardinier, Anderl Heckmair passe les premières années de sa vie à suivre les traces de son père. Cependant à la mort de ce dernier, il se retrouve en orphelinat, n'ayant que très peu d'argent pour vivre[1]. Il termine rapidement son diplôme d'horticulture et se tourne alors vers l'alpinisme. Il commence à grimper dans le Kaisergebirge et dans le Wetterstein. Dès les années 1930, il fait l'utilisation de crampons à douze pointes qui l'aide à acquérir rapidement un haut niveau en alpinisme, et notamment en escalade glaciaire[2]. Son intérêt se porte alors rapidement sur les faces nord du Cervin, des Grandes Jorasses et de l'Eiger, « les trois derniers problèmes des Alpes », et dès 1931, il fait deux tentatives sur la face nord des Grandes Jorasses, mais il doit renoncer durant l'ascension à cause du mauvais temps.

En 1933, il devient guide alpin et moniteur de ski. Durant les deux années suivantes, il effectue plusieurs tentatives sur la face nord des Grandes Jorasses, qui restent sans succès. La face nord du Cervin ayant été conquise en 1931 et la face nord des Grandes Jorasses en 1935, il alors recentre son objectif sur la face nord de l'Eiger, dans laquelle primait les difficultés de l'escalade glaciaire. En 1938, il s'allie à Ludwig Vörg pour tenter l'ascension. Lors de la tentative, la cordée allemande « Heckmair-Vörg » rattrape la cordée autrichienne « Kasparek-Harrer » moins bien équipée pour la glace, si bien que la cordée allemande finit la montée en tête et atteint le sommet le 24 juillet 1938[2]. Quelques années plus tard, Anderl Heckmair participe à un certain nombre d'expéditions, dans l'Himalaya (1954), en Afrique (1960), dans la cordillère Blanche et dans les montagnes Rocheuses (1965).

AscensionsModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) « Portait Anderl Heckmair », sur www.anderlheckmair.de, (consulté le 29 mai 2012)
  2. a et b Charlie Buffet, « Anderl Heckmair », Le Monde,‎

Voir aussiModifier