Ancre (architecture)

L'ancre, en architecture (ou ancre de façade), est l’extrémité d’une barre de fer, le tirant, destinée à empêcher l'écartement de deux murs opposés ou en angle.

Le principe de l'ancre de façade.
Ancre de façade à l'abbaye de la Cambre en Belgique.
1570 : date de construction du Vieux Cornet à Uccle.

HistoriqueModifier

Selon Viollet-le-Duc[1], certaines maisons du XVe siècle présentaient des « ancres en bois, bloquées par des clés également en bois, reliant les solives des planchers aux sablières hautes et basses des pans de bois de face ».

DescriptionModifier

Par nécessité, l’ancre étant destinée à prendre appui sur l’extérieur du mur, elle apparaît en façade où elle est traitée comme un ornement, prenant une forme allant du simple au plus complexe :

  • simple barre
  • cercle
  • lettre X, Y, S…
  • crochet
  • losange
  • fer à cheval
  • cœur
  • moustaches
  • fleur de lys
  • chiffres composant le millésime de la construction ou de la transformation du bâtiment
  • monogramme…

L’ensemble peut aussi s’appeler chaînage.


 
Lettre X.
 
Crochet.
 
Lettre Y.
 
Fer à cheval.
 
Losange chantourné.
 
Moustaches.
 
Simple barre.
 
Cœur.
 
Fleur de lys.
 
Monogramme
des mines d’Ostricourt.

Notes et référencesModifier

  1. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire de l'architecture médiévale, Bibliothèque de l'image, 1997, article « Ancre ».

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier