Ouvrir le menu principal

Anciennes gares ferroviaires de Draguignan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare des Arcs - Draguignan.

Anciennes gares ferroviaires de Draguignan
Image illustrative de l’article Anciennes gares ferroviaires de Draguignan
Ancienne gare ferroviaire du PLM et de la SNCF.
Localisation
Pays France
Commune Draguignan
Adresse Place du Docteur Angelin German (gare PLM / SNCF)
Boulevard des Fleurs (ancienne gare du Central-Var)
Coordonnées géographiques 43° 32′ 04″ nord, 6° 27′ 50″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF, ville de Draguignan
Exploitant Exploitants initiaux : PLM, Chemins de fer de Provence ;
Exploitants actuels : SNCF, ville de Draguignan, communauté d'agglomération dracénoise
Services Guichet SNCF, gare routière
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne des Arcs à Draguignan
Ligne Central-Var
Voies 0
Altitude 182 m
Historique
Mise en service 1864 (gare PLM / SNCF),
1888 (gare du Central-Var)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Anciennes gares ferroviaires de Draguignan

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Anciennes gares ferroviaires de Draguignan

Géolocalisation sur la carte : Var

(Voir situation sur carte : Var)
Anciennes gares ferroviaires de Draguignan

Les anciennes gares ferroviaires de Draguignan sont un ensemble de bâtiments voisins, situés au centre de Draguignan. Ces deux gares étaient autrefois desservies par deux lignes ferroviaires distinctes, la ligne des Arcs à Draguignan pour l'une, dont elle était le terminus, la ligne Central-Var pour l'autre, sans interconnexion en raison des différences d'écartement. Seule l'une d'elles conserve actuellement une fonction de transport, puisqu'elle est devenue une gare routière, et qu'elle héberge un bureau de vente de titres de transport de la SNCF. On peut y prendre un autocar desservant la gare ferroviaire la plus proche, celle des Arcs - Draguignan.

Sommaire

Histoire des chemins de fer à DraguignanModifier

La gare du PLMModifier

 
Gare du PLM.

La ligne des Arcs à Draguignan forme un embranchement à partir de la ligne de Toulon à Nice déclarée d'utilité publique en 1859, dans le contexte de l'annexion de la Savoie et du Comté de Nice à la France. La gare des Arcs en est l'origine et celle de Draguignan le terminus. La gare la plus proche du terminus est celle de Trans-en-Provence, aujourd'hui désaffectée.

La ligne est inaugurée le 18 octobre 1864. Elle est exploitée par le PLM jusqu'à la création de la SNCF.

En 1981, la gare de Draguignan est fermée au trafic ferroviaire et devient un simple point de vente. La voie ferrée est ensuite déposée entre Draguignan et la gare de La Motte-Sainte-Roseline.

Une gare routière est construite à l'emplacement des voies, adossée au bâtiment voyageurs. C'est toujours sur le quai longeant la gare que les voyageurs attendent mais ce sont désormais des autobus et autocars qui viennent s'arrêter sur les emplacements des anciens rails.

Outre le bâtiment voyageurs, il ne subsiste des anciennes installations ferroviaires qu'une partie du quai et que l'emplacement semi-circulaire de la plaque tournante qui, en bout de ligne, permettait de faire faire demi-tour aux locomotives.

Les emprises de la ligne des Arcs à Draguignan sont occupées, dans la commune de Draguignan et dans celle de Trans-en-Provence voisine, par des voies publiques, dont une piste cyclable essentiellement en site propre.

La gare des Chemins de fer de ProvenceModifier

 
Gare des Chemins de fer de Provence.

À partir de 1888 avec la création du Central-Var, Draguignan fut le centre technique de cette ligne à écartement métrique de 211 kilomètres reliant Nice (Gare du Sud) à Meyrargues dans les Bouches-du-Rhône.

La gare de Draguignan fut inaugurée le 25 avril 1890 par le président Sadi Carnot.

Surnommée Train des Pignes, cette ligne à voie métrique, au profil difficile et à la faible vitesse commerciale, ne put résister à la concurrence de la route et le dernier train entra en gare de Draguignan le 2 janvier 1950.

Le bâtiment voyageurs est aujourd'hui reconverti en école et en locaux associatifs ; les annexes techniques ont disparu. Dans Draguignan, les emprises de la ligne ferroviaire ont été en grande partie converties en rues et routes.

La place située à l'extrémité Est de l'ancienne gare a été baptisée Place du Train des Pignes, pour commémorer le souvenir de ce moyen de transport autrefois important pour la population dracénoise et les villages environnants.

Desserte ferroviaire actuelle de la villeModifier

La ville de Draguignan, qui avait perdu quelques années plus tôt son statut de préfecture au profit de Toulon, perd en 1981 sa gare ferroviaire. La ville n'est plus desservie par le rail désormais, et la gare la plus proche est celle des Arcs - Draguignan.

Compte tenu du temps de trajet en autocar depuis Draguignan, mais non du temps de la rupture de charge entre l'autocar et le train aux Arcs, la ville est ainsi aujourd'hui, pour les meilleurs trains (dont certains directs), à environ :

  • 8 heures 10 de Bordeaux,
  • 5 heures de Paris,
  • 3 heures 40 de Lyon,
  • 1 heure 50 de Marseille,
  • 1 heure 35 de Nice.

État des anciennes installations ferroviairesModifier

Outre les bâtiments des deux gares, il subsiste encore aujourd’hui quelques bordures de quais, et l'emplacement de la plaque tournante à l'extrémité de la ligne PLM / SNCF, soutenu par un imposant mur de maçonnerie en arc de cercle. Les anciennes emprises ferroviaires sont désormais occupées par des immeubles d'habitation, des voies publiques, des espaces de stationnement, des espaces verts, la cour de récréation d'une école maternelle et primaire...

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :