Amphion

personnage de la mythologie grecque, fils de Zeus

Dans la mythologie grecque, Amphion (en grec ancien Ἀμφίων / Amphíôn) est le fils de Zeus et d’Antiope, et frère jumeau de Zéthos (en grec ancien Ζῆθος, Zēthos). Tous deux font partie d'un des deux grands mythes sur la fondation de Thèbes, pour en avoir construit le mur.

Amphion
Fonction
Roi de Thèbes (d)
Biographie
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Sipyle (d)
Astynomé (d)
Astycratie (d)
Archémore (d)
Archénor (d)
Astyoché (d)
Cléodoxa (d)
Chias (d)
Etodaea (d)
Clytie (d)
Eupinytus (d)
Amalée (en)
Amphion (d)
Alphénor (en)
Chloris
Amyclas
Neaera (d)
Damasichthon (d)
Tantalus (d)
Ismène (d)
Ilioneus (d)
Phaedimos (d)
Agénor (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Amphion et Zéthos, sur l’ordre de leur grand-oncle Lycos, roi de Thèbes, sont abandonnés enfants sur le mont Cithéron et recueillis par des bergers.

Ils sont appelés « Dioskouroi, cavaliers de chevaux blancs » (λευκόπωλοι) par Euripide dans sa pièce Les Phéniciennes (la même épithète est utilisée dans Héraclès et dans la pièce perdue Antiope). Conformément au thème de la distinction entre les jumeaux, Amphion était considéré comme le plus contemplatif et le plus sensible, tandis que Zethos était plus masculin et lié à des activités physiques, comme la chasse et l'élevage[1],[2],[3].

Amphion devient un grand poète et musicien, comme Orphée. Orphée avait le pouvoir d’entraîner les animaux par son chant ; Amphion, lui, pouvait par le même moyen déplacer des pierres. En effet, pour venger sa mère, maltraitée par Dircé, il tue celle-ci puis bâtit les remparts de Thèbes uniquement à l’aide de sa flûte et de sa lyre. Il rendit Niobé mère de plusieurs enfants, les Niobides, tous massacrés - à un enfant près - par Artémis et Apollon pour venger leur mère, insultée par Niobé. Selon Ovide, Amphion se suicide de désespoir après la mort de ses enfants. Selon Hygin, il essaye de s’attaquer au temple d’Apollon par vengeance, mais le dieu le transperce de ses flèches. Héraclide, dans son ouvrage intitulé Recueil des musiciens célèbres, a écrit que la "citharodie" (chant accompagné de la cithare) et la composition citharodique furent inventées par Amphion, qui reçut apparemment les leçons de son père.

Selon les Histoires incroyables de Palaiphatos de Samos, Amphion et Zéthos étaient tous deux d'excellents joueurs de lyre, qui faisaient payer leur spectacle. À cette époque, les gens n'avaient pas d'argent (Palaiphatos dit à d'autres endroits de son ouvrage qu'il fait référence à une époque où la monnaie n’existait pas encore). Amphion et son frère demandaient, à ceux qui voulaient les entendre, de travailler à l'édification des remparts - de là naquit la légende que les murs furent construits au son de la lyre.

Représentations dans les arts

modifier
 
Amphion bâtissant Thèbes au son du luth par Sébastien Leclerc pour les Métamorphoses d'Ovide en rondeaux (1676)

Sébastien Leclerc a illustré l'épisode de la construction des remparts de Thèbes dans Les Métamorphoses d'Ovide en rondeaux par Isaac de Benserade (1676).

Autrefois conservés dans la Bibliothèque du Palais des Arts, les estampes sont aujourd'hui dans le fonds de la Bibliothèque municipale de Lyon.

L'Amphion de Leclerc n'a pas de flûte ni de lyre, mais il joue du luth et semble chanter. La représentation des pierres témoigne du grand savoir-faire du graveur, elles s'éloignent d'Amphion dans un mouvement très fluide pour s'assembler et former les remparts en arrière-plan.

Sources

modifier
 
Amphion et Zéthos, bas-relief au Palazzo Spada de Rome.

Musique

modifier

Voir aussi

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

modifier
  1. (en) Siarhei Sanko, « Reflexes of Ancient Ideas about Divine Twins in the Images of Saints George and Nicholas in Belarusian Folklore », Folklore, vol. 72,‎ , p. 15–40 (DOI 10.7592/fejf2018.72.sanko  )
  2. (en) Luke Roman et Monica Roman, Encyclopedia of Greek and Roman Mythology, Infobase Publishing, , 58 p. (ISBN 978-1-4381-2639-5, lire en ligne)
  3. (en) « Apollodorus, Library, book 3, chapter 5, section 5 », sur www.perseus.tufts.edu