Amos (Québec)

ville du Québec

Amos est une ville située dans la MRC d'Abitibi en Abitibi-Témiscamingue, au Québec, au Canada[1].

Amos
Amos (Québec)
Blason de Amos
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Abitibi-Témiscamingue
Subdivision régionale Abitibi (Chef-lieu)
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Sébastien D'Astous
2021-2025
Code postal J9T
Constitution
Démographie
Gentilé Amossois, oise
Population 12 823 hab. ()
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ nord, 78° 07′ ouest
Superficie 42 776 ha = 427,76 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Refuge Pageau
Langue(s) Français
Fuseau horaire UTC-5
Code géographique 2488055
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Amos
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Amos
Géolocalisation sur la carte : Abitibi-Témiscamingue
Voir sur la carte administrative d'Abitibi-Témiscamingue
City locator 14.svg
Amos
Géolocalisation sur la carte : Abitibi-Témiscamingue
Voir sur la carte topographique d'Abitibi-Témiscamingue
City locator 14.svg
Amos
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Seule ville majeure le long de la rivière Harricana, ses principales ressources sont l'eau de source et les produits forestiers (principalement le papier).

Première ville de l'Abitibi, elle fut baptisée à ce titre le « Berceau de l'Abitibi »[2].

ToponymieModifier

La Commission de toponymie écrit à son sujet : « La ville d'Amos, riveraine de l'Harricana, a reçu ce nom en l'honneur de lady Gouin, née Alice Amos, épouse de sir Lomer Gouin qui était premier ministre du Québec au moment de la fondation de la municipalité, en 1914. Auparavant dénommée Latulipe, du nom de monseigneur Élie-Anicet Latulipe (1859-1922), évêque du diocèse d'Haileybury (1915-1922) qui englobait cette portion de territoire, le changement du nom de cet endroit a longtemps provoqué du regret au sein de la population pionnière, originaire de Saint-Prosper-de-Champlain dans la région de Trois-Rivières. Jadis le territoire portait le nom algonquin « Koakikashi », portage des grands pins, puis d'Harricana, souvent orthographié Harricanaw, à l'époque de la construction du chemin de fer Transcontinental[3]. » En 2002 Amos pouvait s’enorgueillir d'être la première municipalité québécoise et canadienne à élire un maire noir (Ulrick Chérubin), originaire d'Haïti.

GéographieModifier

 
Dans la MRC : Abitibi.

Située au cœur de l'Abitibi, Amos jouit, de par sa localisation, d'une situation privilégiée qui la place au centre des principales voies de circulation de la région. Elle est aussi traversée par la rivière Harricana, voie de communication qui a joué un rôle prépondérant au début du XXe siècle dans le développement et la colonisation de la région, reliant les nouveaux centres miniers entre eux.

Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

Ce que l'on appelle aujourd'hui l'Abitibi faisait partie de la Terre de Rupert, propriété de la Compagnie de la Baie d'Hudson jusqu'à son achat par le gouvernement du Canada en 1869. L'Abitibi a été annexée au Québec le par décret fédéral[4].

Amos a été le premier point de colonisation en Abitibi en raison de sa situation privilégiée le long de la rivière Harricana. La colonisation débuta en 1910, la municipalité d'Amos étant fondée légalement en 1914, avec l'émission de la première charte municipale[5]. Le nom de la ville provient du nom de famille d'Alice Gouin (née Alice Amos), épouse du Premier ministre du Québec de l'époque, Lomer Gouin[6].

Berceau de l'Abitibi à juste titre, c'est en qu'y débarqueront les premiers convois de colons abitibiens transportant 134 personnes issus de 22 familles. Celui auquel d'ailleurs on affublera le vocable de Père de l'Abitibi, l'avocat Hector Authier, deviendra de 1914 à 1918 le premier maire d'Amos et préfet du comté d'Abitibi naissant.

Au début du XXe siècle, la région de l'Abitibi-Témiscamingue apparaissait comme une terre promise, un vaste territoire vierge qu'il fallait coloniser. Venus des régions plus au sud, des milliers d'habitants s'y installèrent afin d'en exploiter les ressources naturelles.

Chronologie municipaleModifier

  •  : Constitution de la municipalité de village d'Amos à partir de territoire non-organisé.
  •  : Constitution de la municipalité des cantons unis de Figuery-et-Dalquier-Partie-Ouest à partir de territoire non-organisé.
  •  : Constitution de la municipalité des cantons unis de Figuery-et-Dalquier-Partie-Est à partir de territoire non-organisé.
  •  : Le village d'Amos change son statut pour celui de ville d'Amos.
  •  : La municipalité de paroisse de Saint-Marc-de-Figuery se détache de Figuery-et-Dalquier-Partie-Est.
  •  : La municipalité de Saint-Félix-de-Dalquier se détache de Figuery-et-Dalquier-Partie-Ouest et celle-ci change son nom pour municipalité des cantons unis de Figuery-et-Dalquier-Partie-Sud-Ouest.
  •  : La municipalité de paroisse de Saint-Mathieu-d'Harricana se détache de Figuery-et-Dalquier-Partie-Sud-Ouest.
  •  : Figuery-et-Dalquier-Partie-Sud-Ouest change son nom pour municipalité d'Amos-Ouest
  •  : Figuery-et-Dalquier-Partie-Est change son nom pour municipalité d'Amos-Est
  •  : Amos et Amos-Ouest se fusionnent sous le nom de ville d'Amos.
  •  : Amos et Amos-Est se fusionnent sous le nom de ville d'Amos.

ClimatModifier

Relevé météorologique de Amos (1981-2010) - altitude : 310 m - 48° 34′ N, 78° 08′ O
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −22,8 −21,3 −14,1 −4,6 3 8,3 11,2 9,9 5,5 0,2 −7,4 −18 −4,2
Température moyenne (°C) −17,3 −15,2 −8,2 0,9 9,3 14,7 17,2 15,6 10,5 4,1 −4 −13,2 1,2
Température maximale moyenne (°C) −11,7 −9 −2,2 6,4 15,6 21 23,1 21,3 15,4 8 −0,6 −8,5 6,6
Record de froid (°C)
date du record
−48,9
1951
−52,8
1914
−42,2
1916
−29,4
1923
−16,7
1923
−5,6
1914
−3,9
1926
−1,7
1936
−7,2
1939
−14,4
1933
−33,3
1929
−47,8
1933
−52,8
10/2/1914
Record de chaleur (°C)
date du record
8,3
1946
11
1994
21,7
1945
29
1986
32,2
1921
37,2
1927
37,2
1921
35,6
1947
32,8
1953
26,7
1938
20
1945
14,5
1982
37,2
3/7/1921
Ensoleillement (h) 81,3 121,4 152,1 173,3 212,8 235,3 249,4 215,6 131,5 83,7 52,9 59,8 1 769
Précipitations (mm) 55,1 35,1 52,7 62,6 79 96,9 112,8 99,8 110,7 84,4 71,5 57,9 918,4
dont neige (cm) 50,6 33 38,2 22,8 1,3 0,1 0 0 0,4 9,1 41,8 51 248,4
Nombre de jours avec précipitations 11,6 8,1 9,4 10,2 12,2 14,1 14,9 14 16,7 15,3 13,3 12,5 152,3
Nombre de jours avec neige 11 7,8 6,9 4,2 0,45 0,03 0 0 0,14 2,6 9,4 11,5 54
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
−11,7
−22,8
55,1
 
 
 
−9
−21,3
35,1
 
 
 
−2,2
−14,1
52,7
 
 
 
6,4
−4,6
62,6
 
 
 
15,6
3
79
 
 
 
21
8,3
96,9
 
 
 
23,1
11,2
112,8
 
 
 
21,3
9,9
99,8
 
 
 
15,4
5,5
110,7
 
 
 
8
0,2
84,4
 
 
 
−0,6
−7,4
71,5
 
 
 
−8,5
−18
57,9
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

DémographieModifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
13 78313 63213 04412 58412 67112 823
(Sources : [8],[9])

AdministrationModifier

 
Ulrick Chérubin, maire d'Amos de 2002 à 2014, lors d'un événement associé aux festivités du 100e anniversaire de la ville.

Le maire Ulrick Chérubin (mort en fonction en ) était, avec Michel Adrien (maire de Mont-Laurier), un des deux seuls maires issus d'une minorité ethnique (haïtien) au Québec[10]. Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[11].

Selon les données statistiques annuelles compilées par le MAMH (Ministère des affaires municipales et de l'Habitation du Québec), la valeur foncière totale des bâtiments et terrains taxables sis sur le territoire de la Ville d'Amos (valeur uniformisée) s'établissaient à 1,376 milliard ($CAD) en 2019 et 1,435 milliard ($CAD) en 2020, soit un bond de 59 millions ($CAD)[12].

Amos
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 Ulrick Chérubin Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2015 Sébastien D'Astous Voir
2017 Voir
2021 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

SportsModifier

Amos a accueilli les Jeux du Québec durant l'hiver 1978 ainsi que pendant l'été 2005, soit du 5 au [14].

La ville est représentée par les Forestiers dans la ligue de hockey midget AAA du Québec depuis la saison 1990-91. Les équipes Kodiak de l'école secondaire La Calypso et de la Polyvalente de la Forêt évoluent dans plusieurs domaines tels le basket-ball, la gymnastique et le volleyball. La natation quant à elle est représentée par le club de Aquamos, le cyclisme est représenté par le Club Cycliste d'Amos et le vélo de montagne par le Club Vélo-XTRM Amos.

CultureModifier

 
Maison de la culture d'Amos, Québec

Amos possède une école de théâtre (l'école d'arts La Rallonge) ainsi que plusieurs équipes d'improvisation telles que "Les hystérik" de l'école, "La Calypso", "Les Zuccini Zizanique" de "La polyvalente de la forêt" et la ligue pour adultes "La libaba". "L'ensemble vocal de l'amitié" existe depuis 1987[réf. nécessaire][15].

Depuis 2007, le festival estival annuel H20 a lieu dans la ville d'Amos. Lors de cet évènement, les festivaliers peuvent notamment assister à des spectacles de musique, participer à des courses de bateaux et expérimenter de nombreux divertissements familiaux. En 2018, il y a eu un achalandage record de 55 103 festivalier et 388 bénévoles[16].

Depuis 2013, la ville est l'hôte de la fête éclectique envahissante de l'Abitibi-Témiscamingue. Comme le dit son nom, cet événement célébrera l'éclectisme culturel, en envahissant des espaces de diffusion alternatifs et inusités sur le territoire de la MRC Abitibi. Le projet est né dans la tête de Mathieu Larochelle et Jenny Corriveau, qui ont fondé le Collectif des Fées en feu.[réf. nécessaire]. Le festival existait toujours en 2016[17].

Le Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue est le conseil régional de la culture qui accompagne le développement des artistes professionnels et des organismes culturels sur tout le territoire de la région, incluant la ville d'Amos[18].

Personnalités connuesModifier

ÉvêchéModifier

Pensionnat autochtone d'Amos (Saint-Marc-de-Figuery)Modifier

L'ancien pensionnat indien d'Amos (IRS) était situé à Saint-Marc-de-Figuery à une quinzaine de kilomètres au sud d’Amos. Il faisait partie de l'un des 139 pensionnats pour Autochtones du Canada (12 au Québec). Ouvert en 1955, l'école et le pensionnat ont fermés le [19].

Communautés avoisinantesModifier

LittératureModifier

La Cathédrale Sainte-Thérèse-d'Avila, son architecture, son histoire, sa crypte où sont inhumés les pères fondateurs d'Amos, voire de l'Abitibi elle-même, Mgr Dudemaine et Hector Authier, sont avantageusement mis de l'avant dans le roman arthurien L'ultime trésor[20] écrit par Joël Pagé en 2017. Il en est également de même de deux autres particularismes patrimoniaux de cette ville, soit son hôpital régional spécialisé en traumatologie, l'Hôtel-Dieu d'Amos, de même que la rivière Harricana qui traverse du sud au nord cette ville.

Notes et référencesModifier

  1. Répertoire des municipalités : Amos (Abitibi) sur le site des Affaires municipales, régions et occupation du territoire.
  2. « Amos « Histoire du Québec », sur histoire-du-quebec.ca (consulté le )
  3. toponymie.gouv.qc.ca
  4. « Ville d'Amos », sur Société d'histoire d'Amos, (consulté le )
  5. « Ville d'Amos - Berceau de l'Abitibi », sur Ville d'Amos (consulté le )
  6. « Fiche descriptive », sur Commission de toponymie Québec (consulté le )
  7. « Données des stations pour le calcul des normales climatiques au Canada de 1981 à 2010 », Environment Canada (consulté le )
  8. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Amos, V » (consulté le )
  9. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Amos, V » (consulté le )
  10. « Des religieuses saines et sauves », sur Radio-Canada (consulté le )
  11. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en )
  12. MAMH - Ministère des Affaires Municipales et de l'Habitation du Québec, « Données statistiques sur l'évaluation foncière pour les exercices financiers 2008 à 2020 - Tableaux par municipalité », (consulté le )
  13. societehistoireamos.com
  14. Claudine Douville, « Amos reçoit le Québec », sur RDS.ca, (consulté le )
  15. « À propos », sur École d'Arts La Rallonge (consulté le ).
  16. « H2O le Festival - Créateur de souvenirs », sur H20 le festival (consulté le )
  17. Radio-Canada, « Mara Tremblay, The Vasts et Sunny Duval à la Fête éclectique envahissante », sur ICI Radio-Canada, (consulté le ).
  18. « Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue », sur ccat.qc.ca (consulté le )
  19. (en-US) « Amos (Saint-Marc-de-Figuery) », sur NCTR, (consulté le )
  20. Joël Pagé, L'ultime trésor : un thriller mystico-scientifique (roman), Rouyn-Noranda, Éditions en Marge, , 371 p. (ISBN 978-2-924691-10-6, OCLC 980364708, lire en ligne), chap. 31 (« 24 Juillet, 18h, Hôpital Hôtel-Dieu, Amos, Canada »), p. 246

    « (...) mais c'est seulement trois siècles plus tard que cette Abitibi, territoire aux perspectives infinies, fut colonisée. D'ailleurs, les tout premiers pionniers ecclésiastiques arrivèrent en canot à Amos par cette rivière majestueuse. Sitôt à terre, aux abords du cours d'eau, ils célébrèrent une messe le jour de la fête de Sainte Thérèse d'Avila. C'est à partir de cette journée historique qu'elle devint la patronne de la paroisse naissante d'Amos, et elle donna son nom à la cathédrale du diocèse. Deux des plus célèbres pionniers d'Amos, des visionnaires, sont d'ailleurs inhumés dans la crypte souterraine de cette fameuse cathédrale : le curé fondateur du lieu de culte et du diocèse qui en résulta, monseigneur J.O.V. Dudemaine P.A. (1879-1966), et monsieur Hector Authier (1881-1971), celui qui fut proclamé de facto "père de l'Abitibi". »

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier