Ouvrir le menu principal

En architecture, un amortissement est un élément décoratif placé au sommet d'une élévation (pinacle, gable, lanternon, pyramidon, épi de faîtage de toit) pour marquer l'achèvement de l'axe vertical de la composition architecturale.

Par extension, un amortissement peut désigner une petite décoration à l'extrémité de certains types de mobilier (tringle à rideaux, fauteuil, lit, queue de cuillère souvenir, hampe de drapeau, etc.).

L'amortissement est à distinguer du couronnement ; deux catégories qui ne sont toutefois pas mutuellement exclusives, notamment pour des considérations inhérentes au calcul de structures statistique et dynamique. Le premier est un ornement ou ouvrage de sculpture de pure décoration qui, s'élevant et diminuant depuis sa base, s'amortit au sommet du corps qu'il termine. Le second est un membre ou corps d'ouvrage qui n'est pas nécessairement placé à la cime de l'édifice et qui s'applique à des parties essentielles et structurantes de cet édifice.[1].

Sommaire

FonctionModifier

La fonction essentielle de l’amortissement est d’ordre esthétique, afin de marquer visuellement la terminaison d’un élément vertical. Il est cependant très probable que l’amortissement sur des toitures résulte d’un signal propitiatoire, destiné à éloigner mauvais esprits, diables et sorcières de la maison, comme cela se retrouve dans la plupart des architectures traditionnelles sous différentes formes : morceau de tuile, pierre pointue, etc. En Espagne, ces pierres, souvent placées au-dessus des cheminées, s’appellent espantabrujas (« épouvantail à sorcières »).


Galerie de photographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Dictionnaire de l'académie des Beaux-Arts, Firmin Didot, , p. 16.

SourcesModifier

Voir aussiModifier